Jenneval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hypolite Louis Alexandre Dechet[1], dit Jenneval, est un comédien et poète français né à Lyon le [1] et mort au combat près de Lierre lors de la Révolution belge de 1830.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jenneval.jpg

Il joue d'abord sur scène à Ajaccio et à Marseille. En 1826, il est engagé au Théâtre de l'Odéon à Paris.

En 1828, engagé à la Comédie-Française, il joue dans Mérope (tragédie de Voltaire) et L'Étourdi (comédie de Molière).

Il quitte Paris après les journées des 27, 28 et 29 juillet 1830 (les Trois Glorieuses qui mirent fin au règne de Charles X) pour rejoindre Bruxelles, où il est artiste au Théâtre de la Monnaie.

Il s'inscrit parmi les membres de la Garde Urbaine qui voulaient maintenir l'ordre lors des troubles de la Révolution belge.

Il meurt le en défendant Lierre dans le corps d'armée de Charles Niellon, entre Lierre et Malines, la tête emportée par un boulet hollandais.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il a écrit les paroles de la première version de La Brabançonne, l'hymne national de la Belgique.

Hommage[modifier | modifier le code]

En 1897, un monument à sa mémoire est érigé au côté nord de la place des Martyrs au centre de Bruxelles. Il porte l’inscription « À Jenneval, poète de la Brabançonne, mort pour l’indépendance nationale. Hommage de la Ville de Bruxelles, 23 septembre 1897 ».

Article détaillé : Monument à Jenneval.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]