Jeannette Colombel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombel.
Jeannette Colombel
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Frère

Jeannette Colombel est une philosophe française, née Prenant le 30 décembre 1919 à Paris et morte le 12 avril 2016[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Lucie Soto, qui fut directrice de l'ENS dite de Sèvres et du biologiste, militant et résistant Marcel Prenant, elle obtient l'agrégation de philosophie en 1947. Membre du Parti communiste, elle effectue des travaux sur les conditions de travail des ouvrières du textile du Nord, puis organise avec son mari Jean Colombel des mouvements de résistance à la guerre d'Indochine puis à la guerre d'Algérie. Elle quitte le parti communiste en 1968[2]. Au début des années 1970, elle participe à la tentative de refondation du Secours rouge en France (tentative à laquelle participent aussi Jean-Paul Sartre ou Serge July), puis soutient les débuts du quotidien Libération.

Parallèlement à cette vie militante intense, Jeannette Colombel fut professeur en khâgne à Lyon, puis à l'université de Vincennes (Paris-VIII), et entretint des liens d'amitié avec Michel Foucault, Jean-Paul Sartre ou encore Gilles Deleuze.

Elle est la marraine républicaine de la jeune actrice Linda Doudaeva, héroïne du film Les Mains en l'air de Romain Goupil.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Les murs de l'école, Christian Bourgois éditeur.
  • 1980 : Brumes de mémoire, Stock.
  • 1981 : Sartre ou le parti de vivre, Grasset.
  • 1985 : Sartre : un homme en situation, Tome I, Hachette.
  • 1986 : Sartre : une œuvre aux mille têtes, Tome II, Hachette.
  • 1990 : Les amants de l'ombre, Flammarion.
  • 1994 : Michel Foucault, la clarté ou la mort, Odile Jacob.
  • 1997 : La nostalgie de l'espérance, Stock.
  • 2000 : Jean-Paul Sartre, un homme en situation, LGF.
  • 2000 : Lettre à Mathilde sur Jean-Paul Sartre, LGF, Le Livre de poche.
  • 2005 : Silencieuse ritournelle en Corse, Éditions Materia Scritta.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Maggiori, « Jeannette Colombel, une philosophe pasionaria », Libération, 13 avril 2016.
  2. Claude Liscia, notice "Jeannette Colombel", in Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, 2007

Sources[modifier | modifier le code]