Jeanne Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jeanne Simon
Biographie
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Paris
Nom de naissance
Jeanne Marie Camille Dauchez
Nationalité
Activité
Famille
Fratrie
Conjoint
Enfant
Autres informations
Membre de
Œuvres principales

Jeanne Dauchez, connue sous son nom marital Jeanne Simon, née à Paris 7e le [1] et morte à Paris 14e le , est une artiste-peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Fernand Dauchez (1842-1914), avocat à Paris, administrateur de biens au 14 rue Saint-Guillaume, et de Claire Thirial (1847-1914). D'une fratrie de neuf enfants, elle est suivie, entre autres, par un frère André Dauchez (1870-1948), artiste peintre également, puis viendront Marcel (1872-1969) et Reine (1876-1941).

Le à Paris 7, elle épouse le peintre Lucien Simon (1861-1945). Le couple part en voyage de noces à Venise. Ils auront quatre enfants : le sculpteur Paul Simon (1892-1979), l'artiste-peintre Charlotte Simon (1897-1994), Lucienne Simon (1898-1974) et Pauline Simon (née vers 1907).

Le couple partage les mêmes goûts pour la peinture, elle est une portraitiste et décoratrice de talent. Elle-même peintre de figures et de portraits, Jeanne Simon participa à Paris aux Salons des Artistes français et des Indépendants. Ils s'installent au no 70 boulevard du Montparnasse à Paris en 1890. Il lui fait découvrir la Bretagne en compagnie de sa belle-famille.

En 1892, ils font des séjours à Étretat, Arcachon, Biarritz et Bénodet. L'année suivante, son père fait l'acquisition de la résidence Kergaït à Bénodet. En 1894, naît son fils Bernard qui disparaîtra prématurément.

En 1895, ils déménagent au no 147 boulevard du Montparnasse. En 1897 et 1898, naissent respectivement Charlotte et Lucienne.

Une médaille d'or lui est décernée à l'Exposition universelle de Paris en 1900.

En 1901, le couple achète l'ancien sémaphore de Combrit, à Sainte-Marine, dans lequel ils s'installent en 1902, et le ils entreprennent la construction de leur maison-atelier du no 3 bis rue Cassini à Paris, dont ils confient la réalisation à l'architecte décorateur Louis Süe (1875-1968) et son collaborateur Paul Huillard[2]. En 1914, son fils Paul est fait prisonnier. En 1917, ils entreprennent la construction de l'atelier du sémaphore.

Jeanne Simon est l'amie de Maurice Denis et George Desvallières. Membre de la Société de Saint-Jean, elle réalisa plusieurs grandes aquarelles sur des motifs religieux et de très nombreux portraits d'enfants. Elle décora quatre panneaux d'une chapelle de l'église Saint-Dominique de Paris.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Paris, église Saint-Dominique, chapelle Sainte-Catherine-de-Sienne, quatre panneaux (peinture sur toile), 1929-1935 :
    • L'Enfance de Catherine, dans un paysage de Sienne ;
    • Le Christ portant sa croix, auprès de sainte Catherine vers qui il se penche ;
    • Paysage, animé de personnages contemporains de l'artiste qui y représente des membres de sa famille, enfants et petits-enfants, ainsi qu'elle même ;
    • Catherine soignant un pestiféré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance V4E 846, vue 4/31, acte 369, aux Archives de Paris en ligne (mention marginale du décès)
  2. Cité de l'Architecture et du Patrimoine, Centre d'Archives de l'architecture du XXe siècle, Fonds Louis Süe, 30 IFA, numéro d'inventaire : 30/12

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Buffet, « Décoration de l'église Saint Dominique (Paris) », in Bulletin paroissial, no 102,
  • Collectif, L'église Saint-Dominique de Paris, édition (?),
  • Dictionnaire Bénézit

Liens externes[modifier | modifier le code]