Jeanne Siaud-Facchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jeanne Siaud-Facchin
Image dans Infobox.
Jeanne Siaud-Facchin en 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
AvignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jeanne Siaud-Facchin, née le à Avignon, est la fondatrice des centres Cogito'Z, qui se spécialisent dans l'accueil des surdoués en leur proposant essentiellement bilans psychologiques et initiation à la méditation.

Après avoir assisté à des cours de psychologie et de communication, elle exerce comme psychologue à Paris, puis Marseille, une expérience dont elle tire un livre, paru en 2008, Trop intelligent pour être heureux ?, qui la fait connaître. Elle y popularise le terme « zèbre » pour désigner les enfants à haut potentiel intellectuel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Jeanne Siaud-Facchin est née à Avignon le 26 mars 1957. Son père, Louis Siaud, spécialiste des livres anciens sur la Provence et les provinces méridionales fut, à partir de 1953[1], le propriétaire de l'historique librairie Roumanille[2].

Formation[modifier | modifier le code]

Elle vit à Avignon pendant toute son enfance et sa scolarité, jusqu'au baccalauréat[3]. Elle part à Aix-en-Provence pour quatre années d'études de psychologie. En 1978, elle intègre l'EFAP, devenue l'École des nouveaux métiers de la communication à Paris.

Elle travaille pendant douze ans dans la communication[4] puis elle reprend ses études de psychologie. Elle obtient la même année un DESS et un DEA à l’université Paris-Nanterre sous l'égide du Pr. Bernard Gibello, psychiatre qui a ouvert la voie, en France, à la psychologie intégrative et travaillé sur la psychopathologie, les troubles des fonctions cognitives et de l'intelligence. À l'hôpital de la Salpêtrière, elle travaille dans son laboratoire de recherche basé sur l'exploration par les tests de toutes natures[5].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1999, Jeanne Siaud-Facchin et son mari choisissent de vivre à Marseille et quittent Paris. Elle participe à la création de l’Espace Arthur, unité psychiatrique pour adolescent, auprès de Marcel Rufo[3].

En 2003, la psychologue clinicienne est attachée à l’unité d’adolescents de l’hôpital de la Timone à Marseille et membre du Laboratoire d’exploration fonctionnelle cognitive de l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Dans son activité en cabinet libéral, elle s’intéresse particulièrement aux enfants surdoués[6].

Cogito'Z et zèbres[modifier | modifier le code]

Jeanne Siaud-Facchin fonde en 2003 Cogito’Z, premiers centres français de diagnostic et de prise en charge des troubles des apprentissages scolaires[7]. Le « Z » vient de « zèbre », le terme qu'elle a choisi pour les jeunes surdoués qu'elle rencontre en consultation (le terme intègre Le Petit Larousse en 2021[8]), pour éviter des appellations qu'elle juge plus stigmatisantes[9]. Cogito'Z se développe par la suite en franchise[10] : le centre Cogito’Z d’Avignon ouvre en 2006, puis Paris en 2008, Lyon en 2015 et Nantes en 2016. Des centres sont également ouverts à Lille, Bordeaux, Toulouse, Dax, comme à Londres, Bruxelles et Genève.

En 2011, elle fonde le centre d'accueil Zébra Alternative, qui se situe à Marseille. D'après le site du centre, il permet aux adolescents surdoués de reprendre confiance en eux et en leurs capacités afin de retourner dans un cursus scolaire[11].

À partir du milieu des années 2010, Jeanne Siaud-Facchin s’est engagée personnellement et professionnellement dans la méditation de pleine conscience. Elle a mis au point des programmes français de méditation de pleine conscience[12] pour les enfants et les adolescents, Mindful UP, dont les centres Cogito'Z se font l'écho.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Dans une tribune du HuffPost[13], elle défend que la méditation pleine conscience est indispensable à l'école. « La méditation pour les enfants c’est formidable, c’est une pratique de l’attention [...]. Il s’agit de s’accorder des endroits de soi où on peut se poser, se reposer, être attentif à soi, réfléchir à ce qu'on vit », explique-t-elle sur France Info[14].

Critiques[modifier | modifier le code]

Si elle se targue d'une approche scientifique de la psychologie, Jeanne Siaud-Facchin a été l'objet de plusieurs critiques pour sa propension à véhiculer des idées reçues sur le haut potentiel, flirtant parfois avec le spiritualisme ou l’ésotérisme. Cette critique est notamment développée dans un épisode du podcast Méta de Choc[15], référence francophone en matière de pensée critique et de lutte contre les dérives sectaires[16], par une invitée, la psychologue spécialisée dans l’intelligence[17] Stéphanie Aubertin. Cette dernière l'accuse de prendre des positions trop déterministes et stigmatisantes envers les personnes à haut potentiel. Cette critique est également formulée par le psychologue et chercheur en sciences cognitives Nicolas Gauvrit[18], ainsi que par Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS travaillant sur le développement cognitif de l'enfant[19].

Le psychologue et chercheur en sciences cognitives Nicolas Gauvrit estime qu’elle décrit les hauts potentiels « avec des traits de personnalité un peu vagues, ce qui n'est pas prouvé par la recherche. Cela a permis à beaucoup de gens de s'y retrouver »[20].

Jeanne Siaud-Facchin a également reçu sur sa chaîne YouTube l'écrivain français Didier van Cauwelaert, promoteur notoire de la communication avec l'Au-delà et de la loi de l'attraction, auquel elle offre pourtant une caution scientifique. Par ailleurs, elle a notamment participé au Festival pour l’École de la vie de Montpellier[21], réputé pour son orientation pseudoscientifique car invitant régulièrement des intervenants issus des mouvements scientologues, anthroposophes ou New Age.

Elle est aussi présentée comme « intervenante de voyages initiatiques » par l'agence de voyages spirituels Voyages Intérieurs[22].

Par ailleurs, l'aspect industriel et onéreux des bilans dispensés « à la chaîne » par les centres Cogito'Z fait également l'objet de critiques[23],[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir, Éd. Odile Jacob, 2002, 2008 (édition de poche)
  • Les surdoués, Éd. Cavalier bleu, 2004
  • Aider l’enfant en difficulté scolaire, Éd. Odile Jacob, 2006
  • Guide de Psychologie de la Vie Quotidienne, sous la direction de Christophe André, Odile Jacob, 2008
  • Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué, Éd. Odile Jacob, 2008
  • Génération Ado Le Dico, avec El don Guillermo (illustrations) et Régis Faller (illustrations) Bayard, 2011, 2012, 2013, 2019
  • Comment la méditation a changé ma vie…et pourrait bien changer la vôtre ! Éd. Odile Jacob, 2012
  • Tout est là, Juste là, Méditation de Pleine Conscience pour les enfants et les ados aussi, Éd. Odile Jacob, 2014
  • Mais qu’est ce qui l’empêche de réussir ?, Éd. Odile Jacob, 2015
  • Forcer le destin, ouvrage à deux voix co-écrit avec Aude de Thuin, Robert Laffont 2016
  • Mon métier, ma pratique, mon point de vue… et le bonheur
  • S'il te plaît, aide-moi à vivre, Éd. Odile Jacob, 2018
  • Un Printemps pour Soi, Éd. Odile Jacob, 2020

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'association Kabellion lève le voile sur les trésors littéraires de la librairie Roumanille », sur La Provence (consulté le ).
  2. « Rue Saint Agricol », sur Avignonlacitemariale (consulté le ).
  3. a et b « Jeanne Siaud-Facchin, psychologue surdouée | ToutMa » (consulté le )
  4. « Jeanne Siaud-Facchin, psychologue surdouée ToutMa », sur www.toutma.fr (consulté le )
  5. « Jeanne Siaud-Facchin : "Les surdoués sont des réserves de leadership et d'innovation" », sur region-aura.latribune.fr (consulté le )
  6. « Notes de lecture », Journal français de psychiatrie 2003/1 (no18), pages 48 à 49,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « JEANNE SIAUD-FACCHIN », sur ANPEIP, .
  8. « Dans les coulisses du Petit Larousse illustré 2021 ! », sur Le Point, .
  9. « Définition du mot "zèbre" », sur Larousse,
  10. a et b Christel Brigaudeau, « La précocité, un business florissant », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « L'Association Zebra Alternative - Enfants et Adolescents surdoués - Marseille », sur www.associationzebra.fr (consulté le )
  12. « Edito », sur www.meditez.com (consulté le )
  13. « Pourquoi la pratique de la méditation à l'école est indispensable », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Coronavirus : le masque cache et crée des souffrances », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Contes et légendes de l'intelligence | Méta de Choc », sur Metadechoc (consulté le )
  16. « Méta de Choc / Afis Science - Association française pour l’information scientifique », sur Afis Science - Association française pour l’information scientifique (consulté le )
  17. « Surdoue.fr – Pour en finir avec les idées reçues » (consulté le )
  18. « Être très intelligent ne prédispose pas à des troubles psychologiques », sur Franceinfo, (consulté le )
  19. Franck Ramus, « La pseudoscience des surdoués », sur web.archive.org, La Recherche, (consulté le )
  20. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/il-y-avait-de-l-argent-a-se-faire-le-business-des-surdoues_2151187.html
  21. « Montpellier 2017 », sur Festival pour l'Ecole de la vie (consulté le )
  22. Voyages Intérieurs, « Jeanne Siaud Facchin, intervenante de Voyages Intérieurs », sur Voyages Intérieurs (consulté le )
  23. Frédéric Lewino, Gwendoline Dos Santos, « « Le business des surdoués est tout à fait juteux », dénonce Nicolas Gauvrit », sur Le Point, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]