Jeanne Renaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeanne Renaud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (90 ans)
Nationalité
Activité
Fratrie

Jeanne Renaud est une danseuse, chorégraphe, professeure et directrice artistique canadienne, née le 27 août 1928 à Montréal. Elle est considérée comme l’une des grandes fondatrices de la danse contemporaine au Québec.

Elle est associée au mouvement des automatistes[1].

Elle est d’ailleurs la fondatrice de l’école de danse moderne de Montréal avec Françoise Riopelle en 1962[2].

Elle a aussi intégré le groupe de la Place Royale en 1966, duquel elle était directrice artistique.

Elle a fait des rencontres stimulantes lors de sa carrière avec les artistes québécois les plus marquants de cette époque : Jean-Paul Riopelle, Pierre Mercure, Jean-Paul Mousseau, Fernand Leduc, Serge Garant, Gilles Tremblay et Mariette Rousseau-Vermette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne Renaud est la cadette d’une fratrie de trois filles. Ses sœurs sont la peintre Louise Renaud et la poétesse Thérèse Renaud. L’art était très important dans leur famille. Jeanne s’y prête déjà en pratiquant certaines activités telles que le piano, la danse moderne et le ballet. Elle étudie la musique à l’École de Musique Vincent d’Indy. Elle apprend plus tard la danse moderne avec Gérald Crevier et le ballet avec Elizabeth Leese. Mais elle étudie aussi la danse à New-York en 1946 auprès de Hanya Holm et Mary Anthony afin de parfaire son niveau. Elle donne son premier récital à Montréal en 1948 avec Françoise Sullivan. Elle enseigne ensuite la danse à Paris de 1949 à 1954. Fréquentant déjà auparavant les automatistes au Québec, Jeanne décide de rejoindre certain d’entre eux ayant immigré à Paris en 1952. La même année avec ces derniers, elle présente un spectacle à l’American Club, collaborant avec le peintre Jean-Paul Riopelle, qui se charge du décor et les compositeurs Pierre Mercure et Gabriel Charpentier à la musique. Renaud s’associe à nouveau avec la chorégraphe Françoise Riopelle, femme du peintre Jean-Paul Riopelle, de 1959 à 1965 à l’école de danse moderne de Montréal ou elle est danseuse, chorégraphe et professeure. Juste après cela, elle décide de prendre son indépendance et présente son spectacle Expression 65. Ce dernier remporte un grand succès, ce qui donne l’occasion à Renaud de fonder en 1966 le groupe de la place royale avec Peter Bonheim. Elle est chorégraphe, danseuse et directrice artistique du groupe jusqu’en 1972. À partir de 1971, elle fonde Galerie III avec Ed Kostiner, un lieu de présentation de spectacles, d’arts visuels, de théâtre et de danse. À partir de 1975, occupe plusieurs postes au conseil des arts du Canada puis au ministère des affaires culturelles en tant que directrice du département de danse, de 1979 à 1981. Elle est ensuite directrice du conservatoire d’arts dramatique du Québec, à Québec et ensuite à Montréal avant d’occuper la codirection artistique des Grands Ballets Canadiens aux côtés de Linda Stearns, de 1985 à 1987. Elle sera ensuite professeure de danse à l’Université du Québec à Montréal de 1987 à 1989, et prendra sa retraite un an après.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Renaud, Jeanne », sur thecanadianencyclopedia.ca,
  2. « Jeanne Renaud », sur Québecdanse.org