Jeanne Henri-Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeanne Henri-Robert
Portrait Jeanne Henri-Robert-1b.jpg
Portrait de Jeanne Henri-Robert, alors épouse de Paul Reynaud, vers 1930
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Nationalité
Père
Conjoint
Autres informations
Distinction

Jeanne Reynaud, née Henri-Robert (, Paris - ) est une juste française, première épouse du président du Conseil Paul Reynaud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du bâtonnier et académicien Henri-Robert, elle épouse en 1912 Paul Reynaud, futur président du Conseil avec qui elle a une fille, Colette Reynaud (1914-2010).

Elle fait la connaissance de la résistante d'origine juive Gisèle Gonse-Boas en 1943. Recherchée, Jeanne Reynaud la prend en charge et la cache à son domicile de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, puis la conduit en zone libre, à Sainte-Maxime, en la cachant dans un wagon-lit, mais Gisèle Gonse-Boas tombe gravement malade, et Jeanne Reynaud décide alors de la conduire dans une clinique parisienne pour qu'elle puisse être soignée. Après cela, elle la cache à nouveau chez elle, jusqu’au 15 mai 1944, où Jeanne Reynaud est arrêtée et incarcérée à Vittel.

Jeanne Reynaud est honorée du titre de Juste parmi les nations le 3 décembre 2007, à titre posthume[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeanne Henri-Robert – son activité à sauver la vie des Juifs pendant l'Holocauste , sur le site Yad Vashem

Sources[modifier | modifier le code]

  • Raymond Krakovitch, Paul Reynaud: Dans la tragédie de l'Histoire, 1998