Jeanne Dupuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupuis (homonymie).

Jeanne Dupuis, née vers 1366, morte à Paris en 1436, est une noble française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle épouse en premières noces Nicolas Boulard, ou Nicolas Brûlard, propriétaire de terres à Plessis-Raoul (devenu Plessis-Robinson) et demeurant à Paris rue de l'Averon dans le quartier de la Grande Boucherie, pour qui elle devait payer des rentes à la fondation de trois messes journalières pour le repos de l'âme de ce dernier, à la paroisse de l'église Saint-Jacques-la-Boucherie.

Jeanne Dupuis épousa en secondes noces Jean de La Haye, dit Picquet, trésorier général des Finances, et lui apporta en dot la seigneurie du Plessis-Raoul avec ses biens de Paris en 1407. Cette terre prit le nom de son nouveau propriétaire, Plessis-Picquet. Ils feront construire en 1412 leur maison de plaisir au Plessis, bâtiment devenu l'actuelle mairie de Plessis-Robinson. De juin au 5 juillet 1416, le couple y reçut la reine Isabeau de Bavière, entourée de sa cour.

Le couple prendra la fuite après les victoires anglaises (Traité de Troyes 1420) pour se réfugier à Angers. Tous leurs biens furent saisis par les Anglais. Richard de Beauchamps (1382-1439) prit possession de l'hôtel de Jean de La Haye au voisinage des Blancs Manteaux et de la rue du Temple. Le 26 septembre 1423, la seigneurie du Plessis fut attribuée à Guillaume de Dangueil, avec la Boursellière, par le roi d'Angleterre Henri V. Les bouchers de sa paroisse ayant pris le parti des Bourguignons, elle eut à subir les exactions de ces derniers l'accusant du non-paiement des dites rentes pour les messes à la mémoire de feu son mari. Ils saisirent ses biens. Elle réussit en 1436 à obtenir des lettres de rémission au vu de son âge[1] et de sa fragilité, et put récupérer ses biens, puis elle mourut cette même année. Elle était veuve de Jean de La Haye depuis 1431.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Environ 70 ans.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, 15 vol., 1754-1758.
  • Georges Poisson, Évocation du Grand Paris, tome 1, Éd. de Minuit, 1956, pp. 444-445.
  • René Pottier, Histoire d'un village : Le Plessis-Robinson, Éd. Sorlot, 1941 ; réédition NEL, 2008.
  • P. Anselme, Histoire généalogique de la Maison de France.
  • Jules Claisse , Le Plessis-Robinson, Éd. de la Ville du Plessis-Robinson, 1984, pp. 40-55.

Iconographie[modifier | modifier le code]