Jeanne Bohec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeanne Bohec
Jeanne Bohec 01.jpg
Jeanne Bohec vers 1940.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Surnom
La plastiqueuse à bicycletteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions
Prononciation

Jeanne Bohec Écouter, née le à Plestin-les-Grèves (Côtes-du-Nord, aujourd'hui Côtes-d'Armor) et morte le , est une résistante française.

Engagée dans le corps des Volontaires françaises des Forces françaises libres, elle intègre le Bureau central de renseignements et d'action et apprend les techniques de sabotage. Parachutée en , elle sillonne la Bretagne à bicyclette, d'où son surnom « la plastiqueuse à bicyclette ». Elle forme des équipes de saboteurs, organise plusieurs opérations et participe à la Libération.

Après la guerre elle devient professeur de mathématiques et maire-adjoint du 18e arrondissement de Paris. Elle écrit un livre évoquant son engagement dans la Résistance : La Plastiqueuse à bicyclette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , Jacques Chaban-Delmas écrit : « à une époque où l'équivalence entre les femmes et les hommes sert de thème à de nombreux discours ou fait l'objet de beaucoup de mesures, Jeanne Bohec apporte la preuve éclatante que les femmes sont fort capables d'atteindre un degré de courage, de détermination et d'efficacité accessible à peu d'hommes[1] ».

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Jeanne Bohec est bretonne, son père est marin, originaire de Lanmeur, sa mère est de Plestin-les-Grèves. Jusqu'à l'âge de dix ans, la fillette accompagne ses parents de port en port. « De Cherbourg à Brest de Brest à Toulon puis à nouveau à Brest, encore Cherbourg, puis Rochefort, puis Brest encore ». Si son souvenir le plus ancien la ramène, à l'âge de deux ans et demi, sous le soleil de Toulon, les plus nombreux viennent de Brest. De longues promenades sur les murs de la ville : « Une merveille ces remparts de Brest ! Il y avait des mûres gorgées de soleil ».

Jeanne a dix ans quand son père prend sa retraite de la marine et part occuper un emploi réservé à Angers. C'est dans cette ville qu'elle passe toute son adolescence. Elle fait ses études au collège Joachim-du-Bellay avec une prédilection marquée pour les mathématiques. Cela ne l'empêche nullement d'être une « liseuse acharnée ». Certains des ouvrages qu'elle affectionne racontent l'histoire de femmes belges qui firent de l'espionnage à travers les lignes allemandes pendant la Grande Guerre. Elle lit et relit aussi des histoires de batailles navales comme "Combats et batailles sur mer". Elle se rêve sur la passerelle d'un bateau coulant l'ennemi au milieu du fracas des canons. Son père a servi 8 ans dans les premiers sous-marins, de 1906 à 1913.

Elle passe son premier Bac en 1937, elle en profite pour se débarrasser de l'étude du Latin et se lance en math élém. Pour accéder à ce cursus, la seule solution dans sa ville est d'intégrer le lycée de garçons David-d'Angers où les contacts garçons-filles sont réduits au maximum. Après une solide année scolaire, elle est reçue au baccalauréat et rentre l'année suivante à la faculté catholique d'Angers (la catho). La première année est réussie avec une mention bien. L'année suivante, jeanne échoue à l'oral de calcul différentiel et intégral. Nous sommes à l'été 1939.

. La Pologne est envahie, la Grande-Bretagne et la France respectant leurs alliances, déclarent la guerre à l'Allemagne. Il semble à Jeanne que depuis qu'elle avait pu commencer à réfléchir, elle a senti le monstre approcher. Un jour, après une séance de sport, un inconnu, qui la croise, lui dit « c'est fini les jeux maintenant, il va falloir penser aux choses sérieuses ». Jeanne Bohec se souvient : « Il ne pouvait pas savoir combien j'étais d'accord avec lui… je ressentais le désir aigüe de faire quelque chose, mais quoi ? ». À Angers, loin de la guerre, elle se sent surtout inutile. Dans ce contexte, elle entreprend de se former aux techniques de défense passive et de secourisme, et reprend la voie des études scientifiques.

À Brest[modifier | modifier le code]

En , un de ses professeurs lui apprend qu'un poste d'aide-chimiste est vacant à la poudrerie de Brest[n 1]. À peine majeure, non diplômée, elle est sélectionnée pour l'emploi. Suivent de longues heures d'études alternant avec des petits moments de repos. Le salaire est maigre, mais l'expérience acquise n'aura pas de prix. Elle lit, dans les journaux, les nouvelles sur la drôle de guerre.

Le , les premières attaques sont portées sur la Belgique, elles sont suivies par la pénétration rapide du territoire français. Jeanne s'attend à une bataille de la Marne qui n'arrive pas. C'est le temps de la blitzkrieg, la guerre éclair.

Début , les discours défaitistes gagnent du terrain. À un collègue qui affirme qu'on ne pourra plus arrêter les Allemands, elle répond : « je ne resterai pas ici pour travailler avec eux, j'irai en Angleterre. Je trouverai un bateau ».

Départ pour la Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

« Le débuta comme les autres jours ». Les travaux d'analyses. « Déjeuner. Puis reprise du train train ». À 15 h, deux heures avant l'arrivée prévue des premiers allemands, les chefs de service demandent l'évacuation des locaux. Jeanne rejoint son domicile et prend très vite la décision de partir. Elle remplit une grosse valise, avertit ses cousines de son intention - « T'es folle, que vont dire tes parents ? ». Les parents sont loin et Jeanne est décidée.

Elle se hâte vers les escaliers et les plans inclinés qui mènent aux bateaux. Après avoir sollicité plusieurs équipages qui n'embarquent pas dans la bonne direction, elle découvre l'Abeille 4, un remorqueur qui s'apprête à partir pour l'Angleterre, « Quelques minutes plus tard, nous levons l'ancre. À bord, cinq ou six hommes d'équipage avec deux ou trois de leurs épouses, et une famille de quatre personnes accompagnées de leur chien ». Il est 19 h, le soir tombe. « Allons, ne regardons plus en arrière ! » C'est à l'aube du jour suivant que les Allemands occupent la ville.

Plymouth[modifier | modifier le code]

« Une quarantaine de bateaux de tous gabarits sont ancrés dans la rade. » L'attente dure deux longues journées pendant lesquels équipages et passagers sont ravitaillés. Peu de nouvelles sur le conflit, aucun d'entre nous « n'avait jusque-là entendu parler de ce Général qui avait osé dire non à la capitulation et qui voulait reprendre la lutte au côté de l'Angleterre. »

Le , le débarquement est autorisé et les bus à impériale se dirigent vers un centre de triage. Ceux qui ne sont ici que des réfugiés sont briefés. Un grand bâtiment, des tables derrière lesquelles les attendent des officiers de renseignement, pour une première prise de contact succincte : « Identité, parlez-vous la langue, pourquoi êtes-vous venus ? ». Quelques heures plus tard, tout le monde prend le train pour Londres.

Londres[modifier | modifier le code]

Le groupe est finalement logé dans une école de la banlieue londonienne, le L.C.C Anerly school[n 2].

Après avoir franchi le cap des interrogatoires par les Anglais pour vérifier qu'elle n'est pas une espionne, elle est placée comme dame de compagnie dans une famille anglaise, ce qui ne la satisfait pas[2].

Ayant appris la formation du corps des Volontaires françaises des Forces françaises libres, elle s'y engage en [2]. Elle travaille d'abord comme secrétaire puis comme chimiste dans un laboratoire de recherches sur la fabrication d'explosifs à partir de produits pouvant être achetés dans des drogueries ou des pharmacies en France occupée[2].

Grâce à l'appui d'Henri Frenay en visite au laboratoire où elle travaille, elle entre au Bureau central de renseignements et d'action (BCRA), où elle suit la formation d'instructeur sabotage (appelé « code râteau »)[2].

Parachutée en France, sabotages[modifier | modifier le code]

Elle veut combattre en France, et obtient difficilement d'y être parachutée — elle est une des cinq femmes parachutées en France[2]. Dans la nuit du , Jeanne Bohec (alias « Rateau », « Micheline ») embarque à bord d'un Halifax du Squadron RAF No. 138 et saute sur le terrain clandestin « Ouragan », aux environs d'Assé-le-Boisne, dans la région d'Alençon. Elle y est réceptionnée par Jean-François Clouët des Pesruches (alias « Galilée»), chef du Bureau des opérations aériennes de la région ouest, prévenu du parachutage par la diffusion du message de Radio Londres ; « Le boa en s’enroulant vous apportera un petit »[3],[4].

Elle achète une bicyclette et sillonne la campagne bretonne pour instruire des groupes de saboteurs dans des fermes isolées. Surnommée « la plastiqueuse à bicyclette »[2],[5], elle participe aux sabotages visant à entraver les communications allemandes, dans le cadre du « plan Vert »[n 3], pour ralentir l'envoi des troupes vers le front de Normandie[2].

Sachant bien manier les armes, elle demande à prendre part aux combats du maquis de Saint-Marcel, ce qui lui est refusé[2].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre elle termine ses études et travaille comme professeur de mathématiques au lycée Roland Dorgelès dans le 18e arrondissement de Paris. De 1975 à 1983, elle est maire-adjointe de ce même arrondissement, où elle a toujours vécu dans une cité des artistes de l'avenue Junot, à Montmartre[6]. Elle meurt le et est enterrée à Plestin-les-Grèves[7].

Décorations[modifier | modifier le code]

Elle est officier de l'Ordre national de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre national du Mérite.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Place Jeanne-Bohec : En , le conseil municipal du 18e arrondissement de Paris décide à l'unanimité, d'attribuer son nom à une place — située à l'intersection des rues de Clignancourt, Christiani, Poulet, et Myrha[6],[8]. Elle est inaugurée en 2016[1].

Publication[modifier | modifier le code]

  • La Plastiqueuse à bicyclette, Mercure de France (1975), éditions du félin (1999, avant-propos de Jacques Chaban-Delmas Document utilisé pour la rédaction de l’article), éditions du Sextant (2004).

(Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. poudrerie du Moulin blanc au Relecq-Kerhuon
  2. London County Concil, École d'Arnely
  3. Sabotage des lignes, des matériels et infrastructures ferroviaires, en liaison avec le mouvement Résistance-Fer.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Discours d’Eric Lejoindre : Inauguration de la Place Jeanne Bohec » [PDF], sur api-site.paris.fr, (consulté le 6 mars 2018)
  2. a b c d e f g et h Perrault 2014.
  3. Pierre Tillet, « Tentative de reconstitution de l’historique des in(ex)filtrations d’agents en France de 1940 à 1945 (Parachutages, atterrissages et débarquements) » [PDF], sur plan-sussex-1944.net (consulté le 14 mai 2019), p. 96.
  4. Jeanne Bohec, « Mon parachutage », Icare, revue de l'aviation française, no 144 « Aviateurs et résistants, tome 2 »,‎ 1er trimestre 1993, p. 62 (extrait de La Plastiqueuse à bicyclette).
  5. Été 1944 : Résistances et Libération en Trégor, Skol Vreizh.
  6. a et b « Dénomination d’une place Jeanne Bohec (18e) » [vidéo], sur conseil18.fr, (consulté le 6 mars 2018), 05:56
  7. (fr) Ouest France: Rubrique nécrologique
  8. « La place Jeanne-Bohec - 75018 », sur parisrues.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]