Jeanne Baudot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeanne Baudot
Pierre-Auguste Renoir - Portrait de Jeanne Baudot.jpg
Pierre-Auguste Renoir, Portrait de Jeanne Baudot de trois-quarts et de face (1896), localisation inconnue.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
LouveciennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jeanne Baudot est une artiste peintre française[1] née le [2] à Courbevoie (département de la Seine) et morte le à Louveciennes (Yvelines).

Elle a été l'élève d'Auguste Renoir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste Renoir, Jeanne Baudot en chapeau vert (1896), localisation inconnue.

Jeanne Baudot est la fille du docteur Émile Baudot, médecin-chef de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest et médecin d'Auguste Renoir. Elle a vécu au 4, rue du Général-Leclerc à Louveciennes, où Renoir a eu son atelier de 1897 à 1914.

En 1893, c'est par l'intermédiaire de son cousin collectionneur, Paul Gallimard, père de Gaston Gallimard, que Jeanne Baudot fait la connaissance d'Auguste Renoir[3] dont elle devient l'unique élève[4].

« Elle avait seize ans, était la fille du médecin en chef de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, et, au grand étonnement de ses parents qui avaient la sensation de poules ayant couvé un canard, elle faisait de la peinture et admirait Renoir. »

— Jean Renoir, Pierre-Auguste Renoir, mon père

En 1896, lors du baptême de Jean Renoir, deuxième fils d'Auguste Renoir, à l'église Saint-Pierre de Montmartre, Jeanne Baudot est sa marraine[5] et Georges Durand-Ruel, fils de Paul Durand-Ruel, son parrain. Jean Renoir se souvient : « Ma mère aurait voulu marier Jeanne Baudot et Georges Durand-Ruel. C'est pour les réunir qu'elle leur avait demandé d'être mon parrain et ma marraine ».

Elle garde tout au long de sa vie une relation très proche avec Jean Renoir devenu un réalisateur célèbre. Celui-ci a préfacé le catalogue de la rétrospective Jeanne Baudot, organisée en 1960 à la galerie Durand-Ruel[6].

Pierre-Auguste Renoir réalisa plusieurs portraits de Jeanne Baudot parmi lesquels le Portrait de Jeanne Baudot de trois quarts et de face (localisation inconnue), Jeanne Baudot en chapeau vert (localisation inconnue) et Portrait de Jeanne Baudot (localisation inconnue). Le peintre Maurice Denis réalisa un tableau intitulé Auguste Renoir et Mademoiselle Baudot[7] en 1906 (localisation inconnue).

Jeanne Baudot fut l'amie d'enfance de Julie Manet, fille de Berthe Morisot et d'Eugène Manet, comme en témoigne de nombreux passages du Journal de Julie Manet[8].

Jean Griot qui rejoignit le général de Gaulle à Londres et la France libre, vécu chez elle avec sa mère[9],[10].

Durant l’hiver 1942, Jeanne Baudot peint Le Château du Pont en hiver, effet de neige représentant tel qu'elle voyait le château du Pont à Louveciennes depuis le premier étage de sa maison. Le tableau est reproduit sur le lieu de sa création dans un des parcours labellisés Pays des Impressionnistes[11].

Son œuvre peinte est consacrée essentiellement au portrait, au paysage ou à la nature morte. « Un voyage en Afrique du Nord, au début du XXe siècle, ajoute à sa création une note de pittoresque et éclaircit encore sa palette[12]. »

Jeanne Baudot écrit ses souvenirs dans Renoir, ses amis, ses modèles, publié en 1949[13],[14].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1966, Paris, galerie Durand-Ruel, Dame & Demoiselles – Blanche Hoschedé, Jeanne Baudot, Paule Gobillard, du au . Le texte du catalogue a été écrit par Agathe Rouart-Valéry.
  • 1960, Paris, galerie Durand-Ruel, Rétrospective Jeanne Baudot. 1877-1957, du au .
  • 1950, Paris, galerie Durand-Ruel, du au .
  • 1930, Paris, galerie Dru, 11 rue Montaigne, novembre et , Peintures de Jeanne Baudot.
  • 1925, Paris, Salon des Tuileries[15],[16].
  • 1906, Paris , Salon des indépendants.
  • 1905, Paris, Salon d'automne.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Renoir : Ses amis, ses modèles, Éd. littéraires de France, 1949, 137 p.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2020, Michèle Dassas publie aux éditions Ramsay un roman intitulé À la lumière de Renoir, qui évoque le destin de Jeanne Baudot[17]. Ce livre a reçu une nomination au prix Simone Veil 2018.

Le livre de Laurent Manœuvre Les Pionnières (2019)[18] établit un état des lieux des femmes impressionnistes et postimpressionnistes parmi lesquelles Berthe Morisot, Eva Gonzalès, Blanche Hoschedé et Jeanne Baudot.

Une rue porte son nom à Louveciennes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Gaëtan, Monique Nonne, « Renoir au XXe siècle Chronologie 1892-1919 », RMN, p. 11.
  2. Dictionnaire Bénézit
  3. « Chapeau Renoir ! », La Gazette de l'Hôtel Drouot.
  4. « Elle reçut des conseils artistiques de Renoir et peut être considérée comme sa seule véritable élève »Dictionnaire Bénézit.
  5. Christiane Duparc, « Portrait de Jean », L'Express, (consulté le 12 juillet 2012).
  6. Notice sur le site du Sudoc.
  7. seine-saintgermain.fr.
  8. Manet, Julie., Journal (1893-1899) : (1893-1899). Sa jeunesse parmi les peintres impressionnistes et les hommes de lettres. Préface de Jean Griot., Paris, Klincksieck, , 288 p. (ISBN 2-252-02143-8 et 9782252021439, OCLC 713393307, lire en ligne).
  9. Pierre Riché, C'était un autre millénaire. Souvenirs d'un professeur de la communale à Nanterre, Tallandier, (ISBN 9791021008984), p. 10.
  10. louveciennestribune.typepad.com.
  11. Anthony Lacoudre, Ici est né l'impressionnisme : guide de randonnées en Yvelines, préface Claude Bonin-Pissarro, Éd. du Valhermeil, 2003, (ISBN 2913328415 et 9782913328419).
  12. Notice « Jeanne Baudot », in Renoir-Renoir, Paris, Éditions de La Martinière / Cinémathèque française, 2005 (ISBN 978-2-7324-3325-7).
  13. Renoir, ses amis, ses modèles, 1949, Éditions Littéraires de France, 137 p. (notice BnF no FRBNF31774635).
  14. [PDF] Paul Garcin, Les amis de Renoir.
  15. « Baudot Jeanne » sur le site de L'Univers des Arts.
  16. « L'Express du Midi, 1 juin 1925 — Rosalis, Bibliothèque numérique de Toulouse », sur rosalis.bibliotheque.toulouse.fr (consulté le 8 juillet 2019).
  17. Voir https://ramsay.fr/dd-product/a-la-lumiere-de-renoir/.
  18. « Les pionnièresfemmes et impressionnistes », sur Éditions des falaises (consulté le 2 juillet 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]