Jeanne Barbillion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jeanne Barbillion
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Jeanne Marie Louise Barbillion, née le à Paris et morte le dans la même ville[1], est une pianiste, violoniste, et compositrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne Barbillion (parfois orthographié Jeanne Barbillon[2]) suit les cours de la Schola Cantorum de Paris dès l'âge de 8 ans[3]. Elle est l'élève de Vincent d'Indy (qui la surnommait « le Caméléon »[4]) qui lui donne des cours d'orchestration, Armand Parent et Berthe Duranton[5].

À la fin des années 1910, elle se produit comme violoniste aux côtés de Vincent d'Indy dans des pièces de Nicola Porpora, Franz Schubert et Vincent d'Indy[6].

Dans les années 1920, elle crée le quatuor Barbillion, en collaboration avec Denise Vidaillet, Edwige Bergeron, Madeleine Portier, et Marcel Vernet[7],[8]. Pour son quatuor, elle compose et crée plusieurs de ses œuvres (La tristesse de Pan, 13 mars 1926[8], par exemple).

Dans les années 1940, Jeanne Barbillion enseigne la musique de chambre à l’École César-Franck[9].

En 1972, elle participe à une journée en hommage à Charles Fourier, pour laquelle elle compose un Hymne sylvestre, pour chœur mixte et mezzo-soprano, des Scènes champêtres pour piano à quatre mains, et En forêt pour piano à quatre mains[10].

En 1926, elle habite avenue de l'Observatoire[8]. Elle est décorée en 1939 du titre d'Officier d'académie (Palmes académiques)[11].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1926. Provence. Deux pièces, pour piano (éd. Maurice Senart)
  • 1926. Sonate en ré majeur, pour violon et piano (éd. Maurice Senart). En concert à la Salle des agriculteurs en juin 1925[12], au Salon d'automne de septembre 1925[13], et en concert à la TSF en juin 1927[14]
  • 1928. Trio, pour piano, violon et violoncelle (éd. Fortin)
  • 1930. Sonate synthétique, pour violoncelle et piano (éditions Fortin, 1934)
  • 1936. Quatuor à cordes, pour deux violons, alto et violoncelle
  • 1972. Hymne sylvestre, pour chœur mixte et mezzo-soprano (partition disponible sur la-colonie.org[15])
  • 1972. Scènes champêtres, 6 pièces pour enfants (« Sur la route », « Aux champs », « Le ruisseau », « À la ferme », « L’orage », « Le retour »), pour piano à quatre mains
  • 1972. En forêt (« Jeux », « Soir », « Départ matinal », « Sieste »), pour piano à quatre mains
  • Aurore, pour chœur d'hommes
  • Automne, pour chant et piano
  • Chorale et pastorale en rondeau, pour ondes Martenot, orgue et cordes
  • Cortège funèbre, pour cor anglais et orchestre à cordes
  • Dédicace, pour soprano, chœur de femmes et piano
  • Deux mouvements symphoniques, pour orchestre
  • Étude symphonique, pour orchestre
  • Hymne dorienne, pour alto et harpe chromatique
  • Ile de France, pour flute et piano
  • Impression maritime, pour piano (éditions Fortin, 1930)
  • Jeanne d'Arc à Rouen, pour solistes, chœur et orchestre
  • Cadence pour le Concerto pour violon de Beethoven
  • La tristesse de Pan, pour baryton, flute, harpe et (?)
  • Les Érinnyes, pour soprano, ténor et orchestre
  • Les mouches, pour chœur de femmes
  • La noce, nocturne, pour chant et piano. En concert à la TSF, le 26 juin 1927[14],[16]
  • Poème d'été, pour flute, hautbois, violoncelle, basson et piano
  • Poème, pour violoncelle et piano
  • Provence, pour piano
  • Quatuor avec piano, pour violon, alto, violoncelle et piano
  • Quintette à vent
  • Sonate, pour piano
  • Trio avec piano, pour violon, violoncelle et piano. Prix Marmontel, 1928[17],[18]
  • Variations sur des vieux Noëls, pour quatuor à cordes et orgue. Création le 25 décembre 1935 par Maurice Duruflé[19]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Quatuor no 2 de Vincent d'Indy, par le Quatuor Barbillion. Gramophone W 507 à 509, 1923[6]
  • Provence, deux pièces pour piano de Jeanne Barbillion, par Marie-Catherine Girod (piano), Regards de femmes, Mirare, 2021[20].

Captations vidéo[modifier | modifier le code]

  • 2020. Sonate pour violon et piano, par Francis Paraïso[21]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « BARBILLION Jeanne Marie Louise », sur deces.matchid.io (consulté le )
  2. « BARBILLION Jeanne », sur Présence compositrices (consulté le )
  3. (en) Adel Heinrich, Organ and Harpsichord Music by Women Composers: An Annotated Catalog, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-26802-1, lire en ligne), p. 247.
  4. De Baecque et Associés, « Jeanne BARBILLION (1895/1992), compositrice », sur De Baecque et Associés (consulté le ).
  5. « Jeanne Barbillion (1895-1992) », sur www.klassika.info.
  6. a et b Manuela Schwartz, Vincent d'Indy et son temps, Éditions Mardaga, (ISBN 978-2-87009-888-2, lire en ligne), p. 70.
  7. « Quatuor Barbillion », Le salut public,‎ .
  8. a b et c (en) « Pierre Key S Music Year Book 1926-27 », sur Internet Archive (consulté le ).
  9. Circulaire de l'École César-Franck, Paris, École César-Franck, (lire en ligne), p. 1.
  10. La Colonie, Hommage à Charles Fourier 1772-1837. Programme, Condé-sur-Vesgre, (lire en ligne).
  11. « Barbillion, Jeanne », sur composers-classical-music.com.
  12. « La Semaine à Paris : Paris-guide... : tout ce qui se voit, tout ce qui s'entend à Paris », sur Gallica,
  13. « Comoedia », sur Gallica,
  14. a et b « Le Gaulois : littéraire et politique », sur Gallica,
  15. « Hymne sylvestre », sur la-colonie.org
  16. « Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances », sur Gallica,
  17. « Jeanne Barbillion (1895-1992): Klaviertrio », sur www.klassika.info
  18. « Pianoquintet | Piano Quartets », sur www.pianoquintet.nl
  19. « Duruflé, biographie concertante », sur www.france-orgue.fr
  20. Stéphane Capron, « Regards de femmes : 17 compositrices oubliées réhabilitées », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  21. « https://twitter.com/temin_koda/status/1255578057592770561 », sur Twitter

Liens externes[modifier | modifier le code]