Jeanette Kimball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jeanette Kimball
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
CharlestonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
American Federation of Musicians. Local 496 (New Orleans, La.) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Genre artistique

Jeanette Kimball (), née Jeanette Salvant, est une pianiste de jazz de formation classique[1] qui joue dans des groupes de jazz pendant plus de 70 ans, principalement à la Nouvelle-Orléans[2]. Elle reçoit le prix Black Men of Labor Jazz Legacy en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Pass Christian, dans le Mississippi, Kimball est issue d'une famille aux racines créoles françaises et était la nièce du pianiste de blues Isadore "Tuts" à Washington[3]. À sept ans, elle commence à jouer du piano et à l'adolescence, elle se produit en tant que musicienne professionnelle avec des formations à cordes classiques, puis sur le terrain du jazz. Elle joue au cours de ses 70 ans de carrière dans des groupes de jazz traditionnels, en pour la première fois dans un groupe de danse "Society", l'Original Tuxedo Orchestra de Papa Celestin, avec qui elle part en tournée dans le sud des États - Unis. En , elle épouse le banjoiste et guitariste Narvin Kimball, membre du groupe de Papa Celestin[2]. En , elle quitte le groupe pour élever leurs enfants[4]. Après son divorce, elle utilise encore son nom de jeune fille, Kimball et commence sa nouvelle carrière au milieu des années . Elle travaille notamment avec Buddy Charles, Herb Leary et Sidney Desvigne. De plus elle est organiste et directrice de chorale à l'église catholique Holy Ghost.

Dans les années , Kimball travaille de nouveau avec Papa Celestin, lorsqu'il réactive son groupe, qui est alors sous la direction de Papa French. Elle est également membre du Preservation Hall Jazz Band et joue avec l'Original Camellia Jazz Band de Clive Wilson. Elle apparait en 1976 sur l'album live du Festival de jazz de Breda, Jeanette Kimball Meets the Fondy Riverside Bullet Band. L'album Sophisticated Lady (avec Frank Fields et Freddie Kohlman) sort en . La même année, elle reçoit le Black Men of Labor Jazz Legacy Award. Dans le domaine du jazz, Kimball réalise entre et 72 sessions d’enregistrement, notamment avec Alvin Alcorn, Paul Barbarin, Papa Celestin, Punch Miller et Johnny St. Cyr[5].

Elle quitte la Nouvelle-Orléans dans les années pour vivre en Ohio et en Caroline du Sud[2]. Elle meurt à Charleston, en Caroline du Sud, à l'âge de 94 ans[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sally Newhart, The Original Tuxedo Jazz Band : more than a century of a New Orleans icon, Charleston, S.C., The History Press, , 115 p. (ISBN 978-1-62619-007-8, lire en ligne)
  2. a b et c Vacher, « Jeanette Kimball », The Guardian (obituary), (consulté le )
  3. Smith, Michael P., Jazz Fest Memories, Pelican Publishing, , 111 p. (ISBN 978-1-4556-0657-3, lire en ligne)
  4. Linda Dahl, Stormy Weather : The Music and Lives of a Century of Jazzwomen, Limelight Editions, , 17 p. (ISBN 978-0-87910-128-2, lire en ligne)
  5. Brian Morton et Richard Cook, The Penguin Jazz Guide : The History of the Music in the 1000 Best Albums, Penguin Books, , 372 p. (ISBN 978-0-14-195900-9, lire en ligne)
  6. (en-GB) Peter Vacher, « Obituary: Jeanette Kimball », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]