Jean du Tillet (sieur de La Bussière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean du Tillet.

Jean du Tillet, sieur de La Bussière, (mort en 1570) est un juriste et historien français, greffier du parlement de Paris de 1521 à sa mort.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il fut greffier du parlement de Paris (1521-1570), Protonotaire et secrétaire du roi sous Henri II. Il est l'un des premiers historiens à avoir traité l'histoire de France en se fondant sur des documents d'archives.

Son immense érudition juridique et historique l'ont rendu indispensable à quatre rois qu'il a servis (François 1er, Henri II, François II et Charles IX). Il a su comprendre et analyser quel monde nouveau était en train de naître, lui qui écrit : "L'Estat est la suprême puissance du Royaume de France"[1]. Il a bien écrit "l'Estat" et non pas le Roi. C'est que Du Tillet plaçait au-dessus des rois, détenteurs provisoires du pouvoir, "la Royauté, la Couronne, puissance abstraite et permanente" -ce en quoi il annonce Jean Bodinn[2]-.

Jusqu'à la Révolution, les œuvres de Du Tillet furent rééditées et largement pillées. Dans De l'esprit des lois, Montesquieu le cite comme un auteur familier "Voyez Dutillet". Même ensuite, il ne fut pas oublié. Chateaubriand le célèbre[3]. Balzac le met directement en scène dans son essai romanesque "Sur Catherine de Médicis". Il a été redécouvert récemment comme l'un des fondateurs de la "nouvelle histoire", comme constitutionnaliste aussi, attentif à la symbolique des rites, notamment par H. Pinoteau, R.E. Giesey, D.R.Kelley, M.P. Holt, G. Huppert, S. Charton-Le Clech, Sarah Hanley et Elisabeth A.R.Brown.

Il a laissé plusieurs ouvrages qui n'ont été imprimés qu'après sa mort, par les soins de ses enfants, plus particulièrement de son second fils Hélie :

  • Recueil des Roys de France, leurs couronne et maison, Ensemble, le rengs des grands de France, par Iean du Tillet, Sieur de la Bussiere, Protenotaire et Secretaire du Roy, Greffier de Son Parlement. Plus, Une Chronique abbregée contenant tout ce qui est advenu, tant en fait de Guerre, qu'autrement,entre les Roys et Princes, Republiques et potentats estrangers : Par M. I. du Tillet, Evesque de Meaux freres. A PARIS, Chez Iaques du Puys, Libraire iuré en l'Uniuersité de Paris, ruë sainct Iean de Latran, à la Samaritaine. M. D. LXXX. Avec previlege du Roy (Août 1578). Première édition sous ce titre. D'après le bibliophile Brunet (II, 923), la véritable édition originale fut imprimée en Troyes en 1578.
  • Sommaire de la guerre faite contre les Albigeois, 1590 ;
  • Recueil de guerres et de traites de paix… entre les rois de France et d'Angleterre, depuis Philippe I jusqu'à Henri II, 1588 ;
  • Mémoire et advis fait en l'an 1551 sur les libertés de l'Église_gallicane, 1594 Édition numérisée chez Google_livres
  • Trois tomes en un fort volume édité par Abel L'Angelier, Paris, 1606-1607
    • Tome 1 : Recueil des Roys de France. Leurs Couronne et Maison. Ensemble, le rang des grands de France
    • Tome 2 : Contenant les guerres et traictez de paix, trefves et alliances d'entre les rois de France & d'Angleterre. Briefve recollection des principales querelles des roys d'Angleterre & deffense de ceux de France
    • Tome 3 : Chronique abbrege des rois de France de 1420 à 1549. Suite de la chronique abrégée de 1554 à 1604. Mémoires et advis de Maistre Du Tillet … sur les libertés de l'Église Gallicane. Estat de l'Église gallicane durant le schisme, extraict des registres & actes publiques

Le manuscrit original du Recueil des Roys de France, leurs Couronne et Maison, présenté par l'auteur au roi Charles IX en 1565, est conservé à la BNF (fonds français, n° 2848). Il est orné de beaux portraits peints des rois de France[4].

Famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille du Tillet.

Fils de Hélie_du_Tillet, maire et capitaine d'Angoulême (1502-1503), maître d'hôtel de François Ier et vice-président de la chambre des Comptes du royaume. Il est le frère de Louis du Tillet, curé de Claix, qui hébergea Jean Calvin ; de Jean du Tillet, évêque de Saint-Brieuc et de Meaux, et de Séraphin du Tillet, auquel il succédera au parlement de Paris. Sa fille Marie épousa Pierre Séguier, marquis de Sorel, président à mortier au parlement de Paris et conseiller d'État, oncle du chancelier Pierre Séguier.

Il épousa en 1533 Jeanne Brinon, qui appartenait à une famille de magistrats et qui lui apporta la terre de La Bussière. Les deux époux furent inhumés en l'église Saint-André des Arts de Paris, où se trouvaient déjà plusieurs membres de la famille Brinon. Ils seront les parents de Charlotte du Tillet, maîtresse du duc d'Épernon.

Sa charge de greffier au parlement de Paris fut tenue pendant plus d'un siècle par ses descendants.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Dutillet (Jean, sieur de La Bussière) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 15 vol., 1863-1890 [détail de l’édition].
  • Michel Popoff, Prosopographie des gens du parlement de Paris (1266-1753), Paris, 2003.
  • Catalogue général de la BnF
  • Claire Marcadeux, "Au cœur du pouvoir : "Jean du Tillet, greffier du Parlement de Paris (1530-1570)", Revue de l'Association française pour l'histoire de la Justice n°10, 1997, p.81-97

Notes[modifier | modifier le code]

1 Du Tillet," Du rang des Grands de France", manuscrit, Bibliothèque de l'Assemblée nationale, BE 2a, folio 73 verso. 2 Jean Moreau-Reibel, "Jean Bodin et le droit public comparé dans ses rapports avec la philosophie de l'histoire" (Vrin, 1933), notamment p.143 et 185. 3 Chateaubriand, "Etudes historiques" (Œuvres complètes, Furne, 1834, tome I, p.375).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]