Jean du Buit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean du Buit
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Père
Parentèle
Arsène Henry (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jean du Buit, né en 1886 à Paris et mort le 17 janvier 1988 à Versailles, était un haut fonctionnaire et banquier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Henry du Buit et élève de l'École polytechnique[1], Jean du Buit suit une carrière dans l'inspection générale des Finances.

En 1913, il est nommé adjoint à l'inspection générale des Finances.

Il est mobilisé d'août 1914 à décembre 1918.

Il devient inspecteur général des finances.

En 1922, il est chargé de mission au cabinet du ministre des Finances[2] et devient, en 1926, chef de cabinet de Raymond Poincaré, ministre des Finances[3].

Il dirige le Crédit national de 1929 à 1942[4]. Il est administrateur de la Compagnie du port, des quais et entrepôts de Beyrouth.

Il est fait commandeur de la Légion d'honneur.

Il avait épousé la fille d'Arsène Henry[5].

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Notes de du Buit; notes dites M. de Moüy, directeur du Mouvement général des fonds
  • Notes pour M. de Lasteyrie, ministre des Finances (1923)
  • Notes pour M. Clémentel, ministre des Finances (1922-1925)
  • Notes pour M. François-Marsal, ministre des Finances (1924)
  • "Document bleu" (1924-1925)
  • Notes sur les mécanismes auxquels avait recours le Trésor depuis 1923 pour ses échéances difficiles (1925)
  • Correspondance du ministère des Finances avec M. Robineau, gouverneur de la Banque de France (1924-1925)
  • Rapports de M. Drouineau, inspecteur des Finances, sur les procédés employés par la Banque de France pour atténuer le chiffre de la circulation des billets (1925), dont note de Paul Doumer
  • Note sur la Trésorerie du début de l'année 1925
  • Notes du Mouvement fédéral des fonds pour le Ministre (1925-1926)
  • Notes Moret adressées aux ministres des Finances: Joseph Caillaux (avril-octobre 1925), Paul Painlevé (octobre-novembre 1925), M. Loucheur (novembre-décembre 1925), Paul Doumer (décembre 1925- janvier 1926), Raoul Péret (mars 1926)
  • Notes de du Buit, notamment sur les structures financières de la France, les élections du 11 mai 1924, les deux cabinets de Poincaré en juillet 1926, l'affaire du monopole des allumettes en 1927.
  • Discours de Poincaré (1927-1928), coupures de presse de 1928.
  • Dossiers sur les difficultés avec les radicaux
  • Discours de Caen (28 octobre 1928)
  • Conflit avec la commission des Finances
  • Fin du ministère Poincaré: notes de du Buit à la fin du ministère (novembre 1928); presse de novembre 1928; caricatures parues dans la presse début 1927-fin 1928
  • Notes diverses de du Buit, notamment sur quelques hommes politiques (Clemenceau, Blum, Herriot, Caillaux, Briand, Poincaré, Doumergue)
  • Articles de Georges Suarez (octobre 1930)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Wright, Éric Anceau, « Les préfets de Gambetta », Presses Paris Sorbonne, 2007.
  2. Augustin Frédéric Hamon, « Les maîtres de la France, Volume 2 », Éditions sociales internationales
  3. François Roth, « Raymond Poincaré », Fayard, 2011
  4. « Les Donateurs du Louvre: exposition présentée à Paris, Musée du Louvre, hall Napoléon, 4 avril-21 août 1989 », 1989.
  5. Augustin Hamon, Les maîtres de la France, Volume 2, 1936

Liens externes[modifier | modifier le code]