Jean de Triora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean de Triora
Image illustrative de l’article Jean de Triora
Saint
Naissance 15 mars 1760
Molini di Triora
Décès 10 avril 1479 
Changsha,
Nom de naissance Francesco Maria Lantrua
Nationalité Flag of Genoa.svg République de Gênes
Ordre religieux franciscain observant
Vénéré à basilique Santa Maria in Aracoeli
Béatification 27 mai 1900
par Léon XIII
Canonisation 1er octobre 2000
par Jean-Paul II
Fête 7 février

Jean de Triora (Molini di Triora, - Changsha, ) est un franciscain observant martyr en Chine et reconnu saint par l'Église catholique. Il est commémoré le 7 février selon le Martyrologe romain[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Molini di Triora d'Antonio Maria Lantrua et Maria Pasqua Ferraironi et reçoit au baptême le prénom de François. Il fréquente l'école des barnabites de Port-Maurice et ressent les premiers signes de sa vocation religieuses. Il obtient difficilement l'autorisation de se rendre à Rome où un autre ligurien, Louis de Port-Maurice, provincial des Franciscains, se trouve pour l'accueillir.

Le 9 mars 1777, il prend l'habit et commence son noviciat sous le nom de frère Jean. Il est ordonné en 1784 et devient professeur de théologie à Tivoli et Tarquinia. Plus tard, il est chargé de la des couvents de Tarquinia, Velletri et Montecelio[2].

En 1799, il quitte Rome et envoyé en mission en Chine. Après 8 mois de voyage, il arrive à Macao où il se forme à la culture chinoise, il apprend le chinois et s'habille en chinois, puis commence son travail d'évangélisation dans la province du Hunan ; la mission se déroule dans un calme relatif jusqu'en 1815, date à laquelle il est signalé au mandarin car son activité est considérée comme subversive.

Le 26 juillet 1815, après avoir célébré sa dernière messe, il est arrêté avec d'autres fidèles chinois, torturé pour lui faire renier sa foi et maintenu en prison[3].

Le 7 février 1816, il est attaché à une croix et tué par étranglement avec une corde autour du cou. Le corps est transporté et enterré dans la cathédrale Saint Paul à Macao puis à Rome dans la basilique Santa Maria in Aracoeli, où il se trouve encore[4].

Culte[modifier | modifier le code]

Il est déclaré bienheureux par le pape Léon XIII le 27 mai 1900 et canonisé par le pape Jean-Paul II le 1er octobre 2000 avec 119 autres martyrs chinois[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Giovanni da Triora » (voir la liste des auteurs).
  1. « Saint Jean de Triora », sur nominis.cef.fr (consulté le 7 février 2021)
  2. (it) « San Giovanni da Triora », sur https://it.aleteia.org (consulté le 2 mai 2020)
  3. (it) « San Giovanni da Triora », sur http://www.santiebeati.it (consulté le 2 mai 2020)
  4. (it) Massimiliano Capponi, Il carnevale delle lucciole, Sovera Edizioni, , 240 p. (ISBN 978-8-86652081-8), p. 184
  5. (en) « Saint Giovanni of Triora », sur https://catholicsaints.info (consulté le 2 mai 2020)