Jean de Trie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Ier de Dammartin
Fonctions
Seigneur de Trie et de Mouchy
Prédécesseur Mathieu Ier de Trie
Successeur Renaud II de Trie
Comte de Dammartin
Biographie
Dynastie Maison de Trie
Date de naissance vers 1225
Date de décès
Père Mathieu Ier de Trie
Mère Marsilie de Montmorency
Conjoint (1) Ermengarde
(2) Yolande de Dreux

Jean de Trie

Jean Ier de Dammartin ou Jean II de Trie (c. 1225 - 11 juillet 1302), est comte de Dammartin. Il est le fils de Mathieu Ier de Trie, maréchal de France et de Marsilie de Montmorency.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il succède à son père, Mathieu, seigneur de Trie et Mouchy, à la mort de ce dernier en 1272. On lui attribue quelques chansons courtoises[N 1].

Combattant aux côtés des Français contre les Flamands, Jean trouve la mort le à la bataille des Éperons d'or près de Courtrai.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Jean de Dammartin est marié en premières noces à Ermengarde, puis à Yolande, fille de Jean Ier de Dreux, qui lui donne six enfants :

  • Jean de Trie.
  • Renaud III de Dammartin (ou Renaud II de Trie, ou Renaud Ier de Trie-Dammartin), comte de Dammartin, fait chevalier en 1313 par le roi Philippe IV le Bel et qui lui succède. Marié vers 1290 à Philippa de Beaumont, veuve de Geoffroi de Joinville, seigneur d'Alise, et fille de Pierre de Beaumont Grand-Chambrier de Sicile et de Jeanne Drouard de Chamerolles.
  • Philippe de Dammartin, prêtre et trésorier à Bayeux, conseiller du roi.
  • Jean de Dammartin, seigneur de Mouchy, sénéchal de Toulouse et de l'Albigeois, sert en Gascogne en 1326 sous Mathieu III de Trie.
  • Mahaut de Dammartin, dame de Saint-Aubin, épouse en 1298 Henri II de Vergy (mort en 1333).
  • Aliénor de Dammartin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La première, Bonne dame me prie de chanter, est parfois attribuée à [[Thibaud Ier de Navarre[Thibaud Ier de Navarre]] ou à Gace Brulé. Les autres, Li lons consirs et la grans volentés, ne sont pas contestées.

Références[modifier | modifier le code]