Jean (grand-duc de Luxembourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean de Luxembourg (1921))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Bourbon-Parme.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Luxembourg.
Jean
Le grand-duc Jean de Luxembourg lors du mariage de son petit-fils Louis, le 29 septembre 2006.
Le grand-duc Jean de Luxembourg lors du mariage de son petit-fils Louis, le 29 septembre 2006.
Titre
8e grand-duc de Luxembourg

(35 ans 10 mois et 25 jours)
Couronnement
(prestation de serment)
Premier ministre Jacques Santer
Jean-Claude Juncker
Président du gouvernement Pierre Werner
Gaston Thorn
Pierre Werner
Jacques Santer
Prédécesseur Charlotte
Successeur Henri
Grand-duc héritier de Luxembourg

(45 ans 10 mois et 7 jours)
Monarque Charlotte
Prédécesseur Hilda
Successeur Henri
Biographie
Dynastie Maison de Nassau
(branche de Bourbon-Parme)
Nom de naissance Jean Benoît Guillaume Robert Antoine Louis Marie Adolphe Marc d'Aviano de Nassau
Date de naissance (94 ans)
Lieu de naissance Colmar-Berg (Luxembourg)
Père Félix de Bourbon-Parme
Mère Charlotte de Luxembourg
Conjoint Joséphine-Charlotte de Belgique
Enfant(s) Marie-Astrid de Nassau
Henri Red crown.png
Jean de Nassau
Margaretha de Nassau
Guillaume de Nassau
Diplômé de Université Laval
Résidence Château de Fischbach

Signature

Jean (grand-duc de Luxembourg)
Monarques de Luxembourg

Le grand-duc Jean de Luxembourg, né le au château de Colmar-Berg, est le fils aîné de la grande-duchesse Charlotte et du prince Félix de Bourbon-Parme. Il a été le huitième grand-duc de Luxembourg de 1964 à 2000. Son parrain était le pape Benoît XV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Héritier du Luxembourg[modifier | modifier le code]

Le , jour de ses 18 ans, le prince Jean devient officiellement grand-duc héritier de Luxembourg. Quelques mois plus tard éclate la Seconde Guerre mondiale et les Luxembourgeois savent par expérience que la neutralité de leur pays ne les protégera pas.

Aussi, dans la nuit du 9 au , lors de l'invasion du grand-duché par l'armée allemande, le prince Jean suit sa mère qui évacue le pays sous la protection de l'armée française. Son exil le mènera en Grande-Bretagne avec la famille grand-ducale, puis il rejoint l'armée britannique comme volontaire dans les Irish Guards, dont il fut fait lieutenant en 1943, puis capitaine en 1944.

À cette date, sa tante maternelle, Antonia de Luxembourg épouse du prince royal Rupprecht de Bavière et sa famille sont internés dans un camp de concentration nazi. À l'instar de ses voisins, les départements français de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, le Luxembourg a été annexé par le Troisième Reich.

Six jours après le Jour J, le , le prince Jean débarque en Normandie, près de Bayeux et prend part à la bataille de Caen puis à la libération de Bruxelles. Le , il prend part à la libération de sa capitale Luxembourg.

De 1951 à 1961, le grand-duc héritier Jean est membre du Conseil d'État, ce qui lui permet d'être associé à la vie politique du pays.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse à Luxembourg le , Joséphine-Charlotte de Belgique, fille de Léopold III de Belgique et de feue Astrid de Suède, dont il aura cinq enfants.

  • S.A.R. la princesse Marie-Astrid (née le 17 février 1954), épouse en 1982 l'archiduc Charles-Christian d'Autriche (né en 1954)
  • S.A.R. le prince Henri (né le 16 avril 1955), épouse en 1981 Maria Teresa Mestre (née en 1956)
  • S.A.R. le prince Jean (né le 15 mai 1957), renonce à ses droits et épouse en 1987 Hélène Vestur (née en 1957) dont il divorce en 2004. Le 18 mars 2009, il se remarie avec Diane de Guerre.
  • S.A.R. la princesse Margaretha, sa jumelle (née le 15 mai 1957), épouse en 1982 le prince Nicolas de Liechtenstein (né en 1947)
  • S.A.R. le prince Guillaume, né le 1er mai 1963 épouse en 1994 Sibilla Weiller

Règne[modifier | modifier le code]

Le grand-duc Jean et la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, le .

Nommé lieutenant-représentant le 28 avril 1961, il succède à sa mère le 12 novembre 1964 et devient le nouveau grand-duc de Luxembourg, chef de l'État. Durant son règne, il ne commettra aucun faux pas et restera neutre au-dessus des partis politiques. C'est un Européen convaincu comme beaucoup de ses compatriotes et il a reçu en leur nom en 1986 à Aix-la-Chapelle le Prix international Charlemagne qui récompense chaque année une personnalité ou un pays pour sa contribution à la construction européenne.

Le grand-duc Jean est docteur honoris causa de l'université de Strasbourg (depuis 1957) et de l'université de Miami (depuis 1979). Il est aussi le président d'honneur du Comité olympique et sportif luxembourgeois et de l'Union des mouvements de la Résistance luxembourgeoise. Le grand-duc Jean a été membre du Comité international olympique de 1946 à 1998. La reine Élisabeth II du Royaume-Uni l'a nommé en 1984 colonel du régiment des Irish Guards, dans lequel il avait servi durant la Seconde Guerre mondiale.

Lors des festivités organisées en 1989 pour les 25 ans de règne du grand-duc Jean, le premier ministre Luxembourgeois Jacques Santer annonce la création d'un futur Musée d'art moderne grand-duc Jean (appelé aussi Mudam). Il sera construit sur le plateau du Kirchberg à Luxembourg-Ville et inauguré dix-sept ans plus tard en juin 2006 par la famille grand-ducale.

Abdication[modifier | modifier le code]

Après un règne prospère de 36 ans, le grand-duc Jean abdique le en faveur de son fils aîné, qui devient le grand-duc Henri. Avec son épouse la grande-duchesse Joséphine-Charlotte (décédée en janvier 2005), il quitte le château de Colmar-Berg pour s'installer au château de Fischbach. Le couple grand-ducal a 21 petits-enfants.

En décembre 2002, lors d'une cérémonie au centre militaire de Diekirch et en présence de la famille grand-ducale et des autorités du pays, le grand-duc Henri décerne à son père la Médaille militaire, la plus haute décoration militaire luxembourgeoise, pour sa participation à la Seconde Guerre mondiale.

En 2004, son oncle paternel, l'empereur Charles Ier d'Autriche époux de la princesse Zita de Parme, est béatifié par le pape Jean-Paul II.

Le 12 mars 2006, le grand-duc Jean devient arrière-grand-père pour la première fois lors de la naissance à Genève de Gabriel de Nassau, fils du prince Louis de Luxembourg (19 ans) et de sa compagne Tessy Anthony (20 ans) qu'il épouse en septembre suivant.

Décorations[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 1921-1939 : Son Altesse royale Jean de Nassau, prince de Luxembourg, prince de Nassau et de Bourbon-Parme (naissance)
  • 1939-1964 : Son Altesse royale le grand-duc héritier de Luxembourg, prince de Luxembourg, prince de Nassau et de Bourbon-Parme
  • 1964-2000 : Son Altesse royale Jean, grand-duc de Luxembourg, duc de Nassau, prince de Bourbon-Parme, comte palatin du Rhin, de Sayn, de Königstein, de Katzenelnbogen et Diez, vicomte de Hammerstein, seigneur de Mahlberg, de Wiesbaden, d'Idstein, de Merenberg, de Limburg et Eppstein, chevalier de Namur.
  • depuis 2000 : Son Altesse royale le grand-duc Jean, prince de Luxembourg, prince de Nassau et de Bourbon-Parme

Armoiries[modifier | modifier le code]

Ci-dessous l'évolution des armoiries du grand-duc Jean avant de devenir souverain de Luxembourg (1939-1964).

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les armoiries du Prince Jean prises lors de son mariage avec la princesse Joséphine-Charlotte de Belgique (1953), le lion (Nassau) est contourné par courtoisie héraldique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]