Jean de La Ville de Mirmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de la Ville de Mirmont et Laville.
Jean de La Ville de Mirmont
Description de l'image Jean de la Ville de Mirmont.jpg.
Naissance
Bordeaux
Décès (à 27 ans)
Verneuil
Nationalité Drapeau : France Français
Profession
Signature de Jean de La Ville de Mirmont

Jean de La Ville de Mirmont (Yon, Alexandre, Jean, pour l'état civil), né à Bordeaux le et mort pour la France le 28 ou [1] à Verneuil sur le Chemin des Dames[2], est un poète et homme de lettres français. Il est le fils de Henri de La Ville de Mirmont.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque avec citation sur la rive droite de Bordeaux.

Jean de La Ville de Mirmont naît dans une famille protestante bordelaise. Il est le fils d'Henri de La Ville de Mirmont et de Sophie Malan, qui eurent six enfants. Son père est un professeur de lettres reconnu pour ses traductions de Cicéron, et fut conseiller municipal de Bordeaux.

À 22 ans, Jean s’installe à Paris où il retrouve son ami d'enfance François Mauriac (le dernier a d'ailleurs souvent évoqué le premier, notamment dans La Rencontre avec Barrès, 1945). Jean occupe un emploi de fonctionnaire à la préfecture de la Seine où il est chargé de l'assistance aux vieillards. En 1914, il est mobilisé avec le grade de sergent au 57e régiment d'infanterie. Il meurt enseveli par un obus en novembre de la même année, sur le Chemin des Dames.

Le corps de Jean de la Ville de Mirmont fut exhumé puis rapatrié de l'Aisne par sa famille en 1920. Il repose dans le caveau familial H.42 du cimetière protestant de la rue Judaïque à Bordeaux.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres principales sont :

En 2008, les éditions Grasset ont repris ces deux œuvres, suivies des Contes, dans la collection « Les Cahiers rouges ».

L'intégrale de son œuvre, y compris sa correspondance, a été éditée par Michel Suffran :

Également :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La fiche de l'armée mentionne bien le 29 novembre, des autres sources le 28. Voir aussi cette discussion sur la date de décès de Jean de La Ville de Mirmont.
  2. « Fiche individuelle sur "La Mémoire des hommes" », sur La mémoire des hommes, (consulté le 13 avril 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Jean de la Ville de Mirmont, voyageur de troisième classe », in Patrice Delbourg, Les Désemparés - 53 portraits d'écrivains, Le Castor Astral, 1996
  •  Le jeune homme éternel », article de Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur du 26 juin 2008, p. 94
  • Mathieu Larnaudie, Strangulation, Gallimard, 2008 Roman qui met en scène un personnage largement inspiré par la vie de Jean de la Ville de Mirmont.
  • Jérôme Garcin, Bleus horizons, Gallimard, 2013 Roman évoquant à travers les souvenirs d'un imaginaire compagnon d'armes, la vie et le destin brisés de Jean de La Ville de Mirmont.
  • « Les départs inassouvis de Jean de la Ville de Mirmont (1886-1914) », article de Jean-Noël Cordier, revue de l'AMOPA, n° 207, janvier, février, mars 2015, p. 5-8
  • Cyril Piroux, Le Roman de l'employé de bureau ou l'art de faire un livre sur (presque) rien, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]