Jean de Hautefeuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean de Hautefeuille
Naissance
Orléans
Décès (à 77 ans)
Orléans
Nationalité France
Domaines physicien, ingénieur, inventeur
Institutions Royal Society
Distinctions membre de la Royal Society

Jean de Hautefeuille, né le à Orléans et mort le (à 77 ans) à Orléans, est un prêtre, physicien et inventeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Encore jeune, ses expérimentations attirent l’attention de Marie-Anne Mancini, duchesse de Bouillon, qui devient sa protectrice et le fait entrer dans son entourage. Cela lui permet de voyager en Italie et en Angleterre. Toujours grâce au soutien de la duchesse, il est ordonné prêtre[1]. Il se passionne, néanmoins, plus pour les sciences que pour les questions religieuses, et particulièrement pour les procédés techniques.

L’une de ses plus importantes contributions est sa proposition d’utiliser un ressort spiral avec un balancier à la place d’un pendule comme organe réglant d’une horloge. Dans les années 1670, il a un différend avec Christiaan Huygens, qui avec Robert Hooke en revendique l’invention. Huygens en est aujourd’hui généralement crédité car il a réussi à perfectionner le système et que la première montre de ce type a été réalisée sous sa direction[2].

Il s’est aussi intéressé à l’acoustique, en étudiant, à la suite de Samuel Morland et de Laurent Cassegrain, les « trompettes parlantes » (porte-voix), et écrit une dissertation sur la cause de l’écho, couronné en 1718 par l'Académie de Bordeaux. Il a également apporté des améliorations aux lentilles, et imaginé une méthode de collecte de l’eau à l’aide de l’action explosive de la poudre à canon. Il s’est également intéressé au phénomène des marées, et a inventé un instrument appelé un « thalassamètre » pour les enregistrer[1].

En 1678, il propose une forme primitive de moteur à combustion interne, en utilisant la poudre à canon comme combustible, mais il semble peu probable qu’une telle machine ait jamais été construite par lui. Il est, cependant, la première personne à proposer l’utilisation d’un piston dans un moteur thermique. Huygens a proposé un dispositif similaire de deux ans plus tard, en 1680, basé sur son idée et semble en avoir construit une sorte de prototype[3].

Bien que considéré comme intelligent, il ne va que rarement au bout de ses inventions, et a tendance à publier prématurément ses idées, puis à les abandonner au profit de nouvelles activités. L’Académie des Sciences, atteste de la valeur et de l’utilité de beaucoup de ses découvertes, mais ne lui a jamais conféré l’honneur de l’élire comme membre. Il est cependant élu membre de la Royal Society en 1687[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Catholic Encyclopedia : Jean de Hautefeuille », sur www.newadvent.org (consulté le 28 février 2017).
  2. (en) « Christoph Ozdoba. Brief History of Precision Timekeeping, Part 1: Ancient Times to the 17th Century »
  3. A History of the Growth of the Steam-Engine, D. Appleton and Company, 1878
  4. « Library and Archive Catalogue », Royal Society (consulté le 28 février 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]