Jean de Genève (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Genève.

Jean de Genève
Biographie
Naissance Comté de Genève
Décès
Évêque de l’Église catholique
évêque de Valence et Die
prieur de Nantua
ap. 1266 –
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Saint-Seine

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason comte Geneve ancien.svg

Jean de Genève, mort en 1297, est un prélat issu de la maison de Genève, évêque de Valence et Die du XIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Jean est le cinquième fils du comte Rodolphe de Genève et Marie de Coligny, dame de Varey en Bugey, fille d'Albert III, seigneur de la Tour du Pin, et de Béatrix dame de Coligny[ReG 1],[1]. Il a ainsi six frères et sœurs[1].

L'aîné Aymon († 18 novembre 1280), succède à leur père, ainsi le quatrième fils Amédée († 22 mai 1308)[1]. Le second, Guy († 1294), et le troisième, Henri, font une carrière religieuse[1],[2].

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Jean est le seizième prieur de Nantua après 1266 et gare la fonction jusqu'à sa mort[3]. En 1280, il est abbé de Saint-Seine[2], dans le diocèse de Langres où son oncle Gui est évêque.

Dans son testament établit le , le comte de Genève Aymon II le désigne comme exécuteur testamentaire, au côté de leur oncle Gui[ReG 2].

En 1283, le siège du diocèse de Valence est vacant[2]. Henri, son frère aîné, se présente et est élu évêque de Valence et Die[2],[1]. L'élection est annulée et cassée par le pape Martin IV[2],[1]. Le pape le nomme à sa place quelque temps après[2],[1], par décret du [ReG 3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Guichonnet, « de Genève » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  • Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

"Régeste genevois"[modifier | modifier le code]

Actes publiés dans le Régeste genevois (1866), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) :

  1. Document du (REG 0/0/1/737).
  2. Document du ), (REG 0/0/1/1170).
  3. Décret du , (REG 0/0/1/1185 BIS).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Duparc 1978, p. 188-189 (Lire en ligne).
  2. a b c d e et f Louis Boisset, Un concile provincial au treizième siècle : Vienne 1289 : église locale et société, vol. 21 de Théologie historique, Éditions Beauchesne, , 359 p. (ISBN 978-2-70100-055-8, lire en ligne), p. 119-120.
  3. Jean Irénée Depéry, Histoire hagiologique de Belley ou recueil des vies des saints, P.-F. Bottier, 1834, 405 pages, page 85 Lire en ligne.