Jean de Cop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean de Cop de Pocé fut maire de Tours de 1765 à 1768.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de René de Cop, sieur du Haut et Bas-Pocé, trésorier de France au bureau des finances de Tours, et de Jeanne Soulas.

Conseiller du roi, trésorier de France et avocat du roi au bureau des finances de la Généralité de Tours, il succède à Jacques Cormier de la Picardière comme maire de Tours de 1765 à 1768.

Jacques Cormier de la Picardière avait été désigné d'office par le gouverneur Choiseul comme maire alors qu'il était arrivé cinquième et bon dernier de l'élection précédente. Il s'était tout de suite heurté à l'hostilité d'une partie des magistrats ainsi qu'au barreau et suscité de multiples incidents au bailliage et au siège du présidial. Choiseul s'aperçut très vite de son erreur. Le 1er juillet 1765, lors des premières élections qui suivirent, Cormier fut néanmoins placé en tête par l'assemblée électorale avec 15 voix contre 12 à Sain de Bois-le-Comte et 11 à Jean de Cop de Pocé et à Girault, trésorier de France. Pourtant cette fois, le gouverneur Choiseul ne choisit pas Cormier, et annonça par lettre la nomination comme maire de Jean de Cop de Pocé[1].

Références[modifier | modifier le code]

  • « Mémoires de la Société archéologique de Touraine: Série in-80 », 1866