Jean d'Albon de Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean d'Albon de Saint-André
Image dans Infobox.
Fonction
Gouverneur de Lyon
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Famille
Enfant
Autres informations
Distinction

Jean d'Albon de Saint-André est un membre de la famille d'Albon né en 1472, il est gouverneur de Lyon et proche de François Ier. Il décède à Lyon le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la branche roannaise de la famille d'Albon, il se tourne vers un métier d'arme après avoir hésité d’entrer dans l'Église[1]. Il se bat aux ordre du Royaume de France en Italie, en Espagne et en Picardie. Courageux et bon capitaine, il commence une ascension administrative lorsque le duc de Bourbon le nomme gouverneur du Roannais en 1502[1]. Il devient ensuite chambellan d'Anne de Beaujeu, puis en 1512, du roi Louis XII, ce qui lui permet d'épouser Charlotte de la Roche une riche héritière qui lui apporte le château de Tournoël en Auvergne[1]. Il est ensuite promu bailli du beaujolais et sénéchal de Mâcon.

François Ier, après l'avoir fait lieutenant de Guyenne puis gouverneur de Saint-Quentin, le nomme gentilhomme de sa chambre en 1523[2]. Après la trahison du duc de Bourbon, il évite de se compromettre ce qui fait que Louise de Savoie le confirme dans ses charges[1].

En 1530 il devient chevalier de l'ordre de Saint-Michel. En mars 1530 il prend part à l'expédition que conduit Anne de Montmorency pour échanger les deux fils aînés de François Ier en otage en Espagne depuis 1526, contre la rançon exigée par Charles Quint. En récompense, François Ier le nomme gouverneur de Henri de Valois qu'il élèvera avec son fils Jacques, ce qui permet l'élaboration d'une solide amitié entre les deux jeunes garçons, et fait la fortune de la famille d'Albon[1].

Promu d'abord sénéchal de Lyon, puis en 1539, gouverneur de Lyon'"`UNIQ--nowiki-00000013-QINU`"'2'"`UNIQ--nowiki-00000014-QINU`"', il cumule toutes ses charges et s'en occupe consciencieusement, ce qui lui donne une reconnaissance certaine. Henri de Valois, devenu roi, en fait un de ses favori jusqu'à sa mort en 1549[1].

Famille[modifier | modifier le code]

On lui connait au moins deux enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Association des amis du Musée d'histoire militaire de Lyon et de sa région (Lyon, Rhône),, Les gouverneurs de Lyon, 1310-2010 : le gouvernement militaire territorial, Lyon/Lyon, Ed. Lyonnaises d'Art et d'Histoire, 255 p. (ISBN 978-2-84147-226-0 et 2841472264, OCLC 758287729, lire en ligne)
  2. a et b Le Roux 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Associations des amis du Musée d'Histoire Militaire de Lyon et sa Région, Les gouverneurs de Lyon 1310 - 2010 : Le gouvernement militaire territorial, Ed. Lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2011
  • Nicolas Le Roux, La faveur du Roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », , 805 p. (ISBN 2-87673-311-0, présentation en ligne, lire en ligne), « Le "Gallant de la Court" : Jacques d'Albon de Saint-André »