Jean Yole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Yole
Mont des Alouettes - Portrait Jean Yole.JPG
Fonctions
Maire
Sénateur (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
VendéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Léopold RobertVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Portrait et citation de Jean Yole au mont des Alouettes (Vendée).

Léopold Robert, dit Jean Yole, né à Soullans (en Vendée, France) le et décédé à Vendrennes (Vendée) le , est un écrivain et homme politique français. Il fut maire de Vendrennes et sénateur de Vendée de 1936 à 1944[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une vielle famille de paysans et d'artisans[1]. Il suit des études au petit séminaire des Sables-d'Olonne puis à La Roche-sur-Yon[1]. Le bac obtenu, il suit des études de médecine à la faculté catholique de Lille puis à la faculté de médecine de Paris[1].

Devenu médecin en 1904, il revint exercer à Soullans[1], dans le marais vendéen, et se maria le 23 octobre 1906 avec une fille du bocage, Marie-Joseph Boisdé. Il adopta alors Jean Yole comme nom de plume, car il se déplaçait en yole pour visiter ses malades.

Politique[modifier | modifier le code]

Se revendiquant comme « catholique et traditionaliste », il a été maire de Vendrennes de 1933 à 1945 et est élu sénateur (conservateur) de la Vendée en janvier 1936[1].

Il vote les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Nommé membre du Conseil national institué en 1941 par le maréchal Pétain pour remplacer le Parlement et pour le conseiller, et membre du conseil départemental de Vendée remplaçant le conseil général, il adhère pleinement à l'idéologie de la Révolution nationale. Il est déclaré inéligible par un jury d'honneur après la Libération.

Après guerre, en 1948, Léopold Robert/Jean-Yole est élu membre de l'Académie d'agriculture.

Écriture[modifier | modifier le code]

Écrivain de la terre et chantre de l'éternel paysan, il a surtout traité dans ses romans, ses pièces de théâtre et ses essais, de la Vendée et des problèmes sociaux d'un monde rural affecté par des mutations venant bouleverser l'ordre ancien de la société traditionnelle. Originaire du marais breton, il a utilisé comme nom de plume un emblème de ce pays, la yole, qui est une petite embarcation.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Le profil en bas-relief et une citatio[n de Jean Yole ont été apposés sur un des moulins du Mont-des-Alouettes, aux Herbiers.
  • 2006 année Jean Yole. Le conseil général de la Vendée a décidé de lui dédier une année spéciale débutée le 2 novembre 2006.
  • Son œuvre a été présentée dans le numéro 21 de la revue trimestrielle Encres de Loire consacrée aux métiers du livre et à la littérature et éditée par le conseil régional des Pays-de-la-Loire.

Lieux portant le nom de Jean Yole[modifier | modifier le code]

Différents lieux portent son nom en Vendée :

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
  • Les Arrivants (1909)
  • La Dame du bourg (1910)
  • Les Démarqués (1911)
  • Sa veuve (1918)
  • Limogé (1921)
  • La servante sans gages (1928)
Théâtre
  • Le Palais du paysan (1933, inédit)
  • Théâtre de la terre
    • La servante sans gages (1934)
    • Ève (1938)
    • Le Capitaine de paroisse (1950)
Essais
  • Le Malaise paysan (1929)
  • La Terre et les vivants (1941)
  • La Population et l'habitation rurales (1929)
  • La Vendée (1936)
  • Les Marais de Monts en Vendée (1938)
  • Méditations à la barrière d'un champ
  • Combats

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Robert Léopold sur le site du Sénat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Gaury : La terre et les hommes de Vendrennes, Jean Yole, Delacourt, 1987, 50p.
  • « Jean Yole », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]