Jean Varenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varenne.
Ne doit pas être confondu avec Jean Varenne ou Jean de Varennes.
Jean Varenne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Jean Varenne, né à Marseille le et mort à Paris le , docteur d'État ès lettres, est un spécialiste français de l'hindouisme, du sanskrit, des cosmogonies védiques (Upaniṣad védiques), et de nombreux sujets touchant la tradition de l'Inde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur d'enseignement général de l'enseignement technique, Jean Varenne a soutenu en 1959 une thèse de sanskrit à l'EPHE, IVe section, publiée en 1960. Il était détaché au ministère des Affaires étrangères en tant que lecteur de français à l'université de Poona d'avril 1959 à avril 1960. Il était par la suite détaché à l'École française d'Extrême-Orient, de mai 1960 à octobre 1962, pour occuper un poste contractuel de chargé de recherches indianistes. Il séjournait alors au Cambodge puis retourne à Poona.

En 1962, il a été nommé maître de conférence à l'Université d'Aix-Marseille où il enseignerait jusqu'en 1980. Durant cette période il enseignait aussi au Colegio de Mexico en 1965 et à l'Université de Chicago en 1967. De 1981 jusqu'à sa retraite en 1987, il enseignait en tant que professeur de sanskrit et de civilisation indienne à l'Université de Lyon III. Il est considéré comme l'un des meilleurs sanskritistes français[1].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Personnalité de la Nouvelle Droite, il fut le cofondateur et le président du GRECE. En 1990, il est nommé membre du conseil scientifique du Front national (FN)[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mahâ-Nârâyana Upanisad, [éd. critique et trad.], 2 vol., Paris, Éditions de Boccard (PICI), 1960.
  • Mantra védiques dans le « Raurava-âgama », JA 250/2, p. 185-189, 1962.
  • Zarathushtra et la tradition mazdéenne, Paris, Seuil [rééd. 1977], 1962.
  • Le Véda, ed. Planète, 1967, 453 p. Réédition 2003, Les Deux Océans, (ISBN 2-86681-010-4)
  • Mythes et légendes, extraits des Brâhmanas, Paris, Gallimard, 1968.
  • Grammaire du sanskrit, Paris, PUF (Que sais-je ?, 1416), 1971.
  • Upanisads du Yoga, traduits du sanskrit et annotés, Paris, Gallimard (Connaissance de l'Orient, 39), 1971.
  • Le Yoga et la tradition hindoue, Paris, Denoël, 1971.
  • Célébration de la Grande Déesse (Dévî-mâhâtmya), Paris, Les Belles Lettres, 1975.
  • Cosmogonies Védiques, Milan, Archè Milano, 1981, Paris, Les Belles Lettres, 1982[3].
  • Aux Sources du Yoga, J. Renard, 1989.
  • La Gîta- Govinda, Le Rocher, 1991.
  • L'Enseignement secret de la divine Shakti, Grasset, 1995.
  • Le Tantrisme : mythes, rites, métaphysique, Albin Michel, 1997.
  • Zoroastre, le prophète de l'Iran, Dervy, 1996.
Direction d’ouvrages collectifs

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Varenne. Le Véda (compte rendu), A. Bareau, Revue de l'histoire des religions, Année 1969, Volume 175, Numéro 2, p. 208-209
  2. « La « force intellectuelle » du conseil scientifique », sur lemonde.fr, .
  3. J. Varenne. Cosmogonies védiques (compte rendu), André Bareau, Revue de l'histoire des religions, Année 1983, Volume 200, Numéro 3, p. 325-326

Liens externes[modifier | modifier le code]