Jean Sulpice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Sulpice
Image dans Infobox.
Jean Sulpice en 2019
Biographie
Naissance
(43 ans)
Aix-Les-Bains (France)
Nationalité
Française
Activité
Autres informations
Distinctions
2/3 étoiles au Guide Michelin (2018)
Chevalier de l'Ordre du Mérite (2019) Cuisinier de l'année 2018 Gault et Millau (2018)

Jean Sulpice, né le à Aix-les-Bains en Savoie, est un chef cuisinier français, deux étoiles au Guide Michelin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Apprentissage[modifier | modifier le code]

D’origine savoyarde, Jean Sulpice a la cuisine dans le sang. Issu d’une famille de restaurateurs, il joue dans les cuisines de ses grands-parents, goûte les plats, et évolue dans cette atmosphère si particulière.[2]

À 16 ans, il devient apprenti à l’Auberge Lamartine, aux côtés de Jean et Pierre Marin au Bourget-du-Lac. «J’arrivais toujours très tôt le matin en cuisine, pour en repartir le dernier, le soir».[1]

Après lui avoir envoyé une candidature spontanée, Jean Sulpice fait ses armes chez Marc Veyrat. Une étape déterminante dans son parcours culinaire où il se retrouve au milieu des jus émulsionnés et des infusions de plantes sauvages. Jean Sulpice y découvre un univers culinaire atypique au plus près de la nature.

Quatre ans plus tard, il est nommé second dans le restaurant La Ferme de mon Père à Megève. Il y rencontre Magali, jeune sommelière bretonne, qui deviendra sa femme et avec laquelle il aura deux enfants : Paul et Sophie.

«La première fois que Jean m’a courtisée, c’était dans son modeste logement de saisonnier. Il m’avait fait une omelette aux truffes avec les oeufs de ses poules, dans une vieille poêle sur une plaque électrique. On avait bu un vin du domaine de l’Aube des Temps 1991 (…) on a compris que l’on partageait les mêmes choses: la générosité, la simplicité, la nature». - Magali Sulpice.

L'Oxalys à Val Thorens[modifier | modifier le code]

En 2002, avec Magali, Jean Sulpice s’installe à l’Oxalys, hôtel et résidence de montagne au coeur de Val Thorens. À 23 ans, il y tient le restaurant. L’objectif est de donner le goût de la cuisine gastronomique aux adeptes des sports de glisse. Un pari audacieux à plus de 2300m d’altitude. En effet, l’ébullition de l’eau, la conservation du vin, la difficulté de l’acheminement des produits, la neige, tout y est différent! Jean Sulpice ne renonce pas et parvient à développer une cuisine fine et légère, un menu d’hiver qui séduit les clients.[2]

En 2006, à 26 ans, Jean Sulpice obtient sa première étoile au Guide Michelin. En 2010, à 31 ans, toujours à Val Thorens, il obtient une deuxième étoile au Guide Michelin[1].

Entre temps, Jean Sulpice publie son premier livre Ma Cuisine de Savoie en 2005 puis en 2008 Altitude 2300 m où il revient notamment sur le défi d’installer un restaurant gastronomique en haute montagne.

En 2013, l’émission Masterchef fait escale à Val Thorens pour filmer une épreuve. Les candidat(e)s ont pour but de reproduire deux plats emblématiques de la cuisine de Jean Sulpice[1].

Quinze années après le début de l’aventure sur les sommets. Jean et Magali Sulpice - et leurs deux enfants, quittent Val Thorens.

« À Val Thorens, je suis allé au bout d’une expérience qui a été indispensable pour créer ma patte de chef. Mais je ne me voyais plus progresser là-haut ». - Jean Sulpice[1]

L'Auberge du Père Bise à Talloires[modifier | modifier le code]

En 2016, Jean et Magali Sulpice deviennent les nouveaux propriétaires d’une maison emblématique de Haute-Savoie : l’Auberge du Père Bise à Talloires. Une illustre maison créée en 1903, plusieurs fois ornée de trois étoiles au Guide Michelin grâce à la cheffe Marguerite Bise (troisième femme à obtenir la 3e étoile au Guide Michelin en 1951) et de son fils François Bise. Ouverte au début du siècle dernier à Talloires sur les rives du Lac d’Annecy, de nombreuses personnalités font halte à l’Auberge du Père Bise : Winston Churchill, Richard Nixon, Charlie Chaplin, Brigitte Bardot, Jean-Paul Sartre...

Photo de l'équipe du chef Jean Sulpice avec le bonhomme Michelin au centre. Clin d'oeil et hommage à l'oeuvre célèbre de Léonard de Vinci : La Cène.

À l’Auberge du Père Bise, la volonté de Jean Sulpice est de poursuivre l’histoire de cette maison emblématique tout en « préservant l’âme » pour qu’elle reste toujours « un lieu chaleureux de bien-être et de gastronomie »[1].

En 2017, Jean Sulpice est sacré « Cuisinier de l’année » par le guide Gault&Millau.[3]

En 2018, le Guide Michelin décerne deux étoiles à Jean Sulpice pour son restaurant gastronomique à l’Auberge du Père Bise.[4]

En , Jean Sulpice est élevé au grade de Chevalier de l’Ordre National du Mérite.[5]

En 2020, Jean Sulpice obtient l’étoile verte au Guide Michelin, elle récompense une gastronomie durable et responsable.[6]

Le , il publie aux éditions Glénat Jean Sulpice : le chef, l'Auberge et le lac un livre dans lequel il revient sur sa reprise de l'Auberge du Père Bise et ses ambitions. Il y dévoile également des recettes signatures incontournables de sa cuisine ainsi que des plats emblématiques de Marguerite Bise réinterprétés.[7]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean Sulpice est très proche de son frère Patrice, qui fût un grand espoir du cyclisme français de vitesse avant d’être victime d’un accident en 1995 qui le laissa sur un fauteuil, paralysé. Aujourd’hui, il est pilote automobile et ambitionne de courir pour les 24 Heures du Mans en 2024.[8]

En , Jean Sulpice participe en amateur à « L’Étape du Tour », une épreuve cycliste coïncidant avec le Tour de France. Il parcourt 169km séparant Annecy et le Grand-Bornand et termine 134e sur 13 000 participants.[9]

Jean Sulpice est marié à Magali Sulpice. Ils ont deux enfants, Paul et Sophie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Ma Cuisine de Savoie[10] aux éditions Libris.
  • 2008 : Altitude 2300m[11] aux éditions Glénat.
  • 2010 : Cuisine en Famille[12], M6 Éditions.
  • 2013 : D'un Hiver à l'Autre[13] aux éditions Glénat.
  • 2015 : L'Assiette Sauvage[14] aux éditions du Cherche-Midi.
  • 2020 : Le chef, l'Auberge & le Lac[7] aux éditions Glénat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Jean Sulpice, l'authenticité de la montagne », sur cuisine.journaldesfemmes.fr (consulté le )
  2. a et b « Jean Sulpice : biographie courte, dates, citations », sur www.linternaute.fr (consulté le )
  3. « Gault et Millau 2018: Jean Sulpice et Cédric Grolet à l'honneur », sur LExpress.fr, (consulté le )
  4. « Jean Sulpice, 2 étoiles: le Michelin "est le guide le plus mystérieux qui existe" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  5. « Le chef Jean Sulpice est élevé au grade de Chevalier de l'ordre national du mérite », sur France Bleu, (consulté le )
  6. « Pour une gastronomie durable : Jean Sulpice, chef au lac d'Annecy », sur MICHELIN Guide (consulté le )
  7. a et b Jean Sulpice, Jacky Durand, Jean Sulpice : le chef, l'Auberge et le lac, Glénat, , 224 p. (ISBN 978-2344038444)
  8. « Les frères Sulpice, sur les routes de l'excellence », sur L'Équipe (consulté le )
  9. Christophe Bérard, « Tour de France: Jean Sulpice, chef étoilé, fan de vélo et de Bardet », sur leparisien.fr, (consulté le )
  10. Jean Sulpice, Ma Cuisine de Savoie, Libris, , 95 pages p. (ISBN 2-84799-095-X)
  11. Jean Sulpice, Philippe Boé, Jean-François Mallet, Altitude 2300m, Glénat, , 256 p. (ISBN 2723466914)
  12. Jean Sulpice, Cuisine en famille, M6 Éditions, , 160 p. (ISBN 978-2359850291)
  13. Jean Sulpice et Jean-Philippe Durand, D'un Hiver à l'Autre, Glénat, , 224 p. (ISBN 978-2-7234-9576-9)
  14. Jean Sulpice et Stéphane Meyer, L'Assiette Sauvage, Cherche-Midi, , 220 p. (ISBN 978-2749144443)

Liens externes[modifier | modifier le code]