Jean Stephan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Stephan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Jean Stéphan est un résistant français né le à Rennes et fusillé le au Mont Valérien.

Il ne doit pas être confondu avec un autre résistant, Jean Stéphan, né le à Scaër, mort en déportation au camp d'Ellrich le [1].

Résistance[modifier | modifier le code]

Sous l'Occupation, il s'engage dans la Résistance. Il rejoint l'Organisation secrète (OS) Francs-tireurs et partisans français et prend part à l’organisation locale du Front national, dont il est le responsable d'un secteur comprenant notamment Neuilly-Plaisance, Noisy-le-Grand et Gagny. Ils réalisent diverses actions de sabotage (incendie de matériel ennemi à Gonesse et à Vincennes en 1941, etc).

Le 21 mars 1942, il est arrêté, alors qu'il quitte l'hôpital de Ville-Évrard où il travaille comme infirmier, et sont découverts sur lui des tracts de la Résistance. Il est alors remis à la Gestapo et fusillé quelques jours plus tard, au Mont Valérien.

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Stéphan (Jean, Fernand) », dans Le Maitron
  • Monique Houssin, « Résistantes et résistants en Seine-Saint-Denis: un nom, une rue, une histoire », 2004
  • André Roumieux, « Ville-Evrard: Murs, destins et histoire d'un hôpital psychiatrique », éditions L'Harmattan, 2008
  • Noëlle Gérôme, « Le deuil en hommage: monuments et plaques commémoratives de la RATP », 1995
  • Pierre Maury, « La résistance communiste en France, 1940-1945: mémorial aux martyrs communistes », 2006