Jean Stecher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stecher.
Jean Stecher
Jean Stecher.jpg
Jean Stecher par Lambert Salme (1872).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
LiègeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean Auguste StecherVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Lieven EverwynVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maîtres
François Huet, Henri Moke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean Stecher (1820-1909) est un philologue belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Auguste Stecher naît à Gand le . Il est le fils aîné d'un couple d'aubergistes ; son père est d'origine allemande et sa mère flamande.

Il s'inscrit en 1837 à la faculté de philosophie et lettres de l'université de Gand : parmi ses professeurs, Henri Moke (nl) et François Huet l'influencent durablement. Jean Stecher obtient son doctorat en 1841 et entame sa carrière dans l'enseignement à Gand. Il suit un semestre d'études en 1845-1846 à l'École spéciale des langues orientales de Paris. De retour à Gand, il fréquente la Société Huet et s'enthousiasme pour la Révolution française de 1848. Il écrit, parfois sous le pseudonyme de Lieven Everwyn, des articles dans le Broedermin et La Flandre libérale . Cet engagement politique libéral progressiste attire sur lui l'attention de la police secrète. Il écrit aussi plusieurs brochures de propagande à destination du petit peuple flamand.

En 1850, il est transféré à la faculté de philosophie et lettres de l'université de Liège où il enseigne d'abord les auteurs de l'Antiquité, puis enseigne le grec et le latin. Succédant à Auguste Baron, il enseigne l'histoire de la littérature française à partir de 1860. En 1869, il donne également le cours de l'histoire de la littérature flamande.

Engagé socialement, il est l'un des fondateurs, en 1866, de la Société Franklin de Liège et est le premier président de la Ligue de l'enseignement liégeoise l'année suivante.

Admis à l'éméritat en 1890, Jean Stecher meurt à Liège le .

Quelques publications[modifier | modifier le code]

En néerlandais[modifier | modifier le code]

  • Korte levensschets van Jacob van Artevelde (1295-1345), 1846
  • De eerste Fransche Revolutie, 1848
  • De Patriottentijd, 1849
  • Onpartijdige volkshistorie der Belgische Grondwet, 1851

En français[modifier | modifier le code]

  • Analyse des doctrines linguistiques de Guillaume de Humboldt, 1851
  • Flamands et Wallons, 1859
  • Schiller et la Belgique, 1860
  • Superstitions wallonnes, 1875
  • Œuvres de Jean Lemaire de Belges, 1882-1891 (4 vol.)
  • Histoire de la littérature néerlandaise en Belgique, 1886
  • Jean Lemaire de Belges : sa vie, ses œuvres, 1891
  • La Belgique bilingue, 1897

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Fredericq, « Notice sur Jean Stecher », Annuaire de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique,‎ , p. 411-557 (lire en ligne).
  • Walter Gobbers, « Stecher (Jean-Auguste) », dans Biographie nationale de Belgique, vol. XXXIV, Bruxelles, Établissements Émile Bruylant, (lire en ligne), col. 726-734.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :