Jean Riolan (1577-1657)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riolan.
Jean Riolan le Jeune.

Jean Riolan, né en à Amiens[1] et mort en , dit Jean Riolan le Jeune, est un médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Riolan (1539-1605), médecin lui aussi, il devint premier médecin de Marie de Médicis, la suivit dans l'exil et ne la quitta qu'à sa mort.

Il sollicita et obtint la formation d'un jardin de botanique (ancêtre du Jardin du Roi, aujourd'hui Jardin des plantes), qui fut établi par Louis XIII en 1626.

Partisan de la médecine de Galien, très opposé aux nouveautés, il combattit avec violence la médecine chimique[réf. nécessaire]. Il est surtout connu pour son Anthropographie (1618), description anatomique de l'homme, et ses Opuscula anatomica (1649).

Dans ce dernier ouvrage, il critique la découverte du système lymphatique par Thomas Bartholin[2] et celle de la circulation du sang par William Harvey[3] ; il fut lui-même combattu par Harvey[4], par Bartholin et par Domenico Marchetti (it)[5], successeur de Johann Vesling à Padoue et maître de Bartholin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jean Riolan the Younger.jpg

Publications traduites[modifier | modifier le code]

  • (en) A sure guide, or, The best and nearest way to physick and chyrurgery — Nombreuses éditions

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Éponymie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Louis Marie Prudhomme, « Somme », Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, vol. 5,‎ 1805 (lire en ligne).
  2. Bartholin lui avait dédié son livre Vasa lymphatica avec ses éloges (« Maximo … anatomico » (« très grand anatomiste »). Le dédicataire avait republié l'ouvrage en France la même année, tout en le faisant précéder d'une attaque en règle : dans la seule page 2, Bartholin se voit traiter de faux modeste, de montagne qui accouche d'une souris et d'homme de mauvaise foi (parce qu'il prétend ajouter à Pecquet).
  3. Sur ce sujet : Roger French, William Harvey's Natural Philosophy, Cambridge University Press, 2006 (ISBN 0521031087 et 9780521031080).
  4. William Harvey, La circulation du sang — Des mouvements du cœur chez l'homme et les animaux — Deux réponses à Riolan, trad. Charles Richet, Paris, Masson, 1879.
  5. Dominici de Marchettis Patavini, Petri Equitis, Professoris Filii, Anatomia : cui responsiones ad Riolanum, anatomicum Parisiensem, in ipsius animadversionibus contra Veslingium additae sunt.
  6. Mais voir « Riolan's arch : confusing, misnomer, and obsolete. A literature survey of the connection(s) between the superior and inferior mesenteric arteries », dans Am J Surg., 2007 Jun;193(6):742-8 PMID : 17512289.
  7. « AOR, named after Jean Riolan, a French anatomist, is also known as meandering mesenteric/central anastomotic artery. It connects middle colic branch of SMA with left colic branch of IMA that runs close to the root of the mesentery. » : Sureka Binit et Mahesh Kumar Mittal, « Arc of Riolan », dans Indian J Med Res., juin 2014, 139(6), p. 965–966. PMID : PMC4165021 PMC4165021.