Jean Riolan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riolan.
Jean Riolan
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à AmiensVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants Jean RiolanVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession MédecinVoir et modifier les données sur Wikidata

Jean Riolan l'Ancien, né en Amiens[1] en et mort le , est un médecin français.

Generalis methodus medendi, 1580

Biographie[modifier | modifier le code]

Nommé docteur en médecine à Paris vers 1574, Riolan enseigna l'anatomie et la médecine à la Faculté de médecine de Paris, et en devint doyen en 1586[2].

Il a laissé beaucoup d'écrits : la plupart ne sont que des commentaires sur les doctrines d'Hippocrate et de Fernel. Il défend Hippocrate contre les chimistes, en particulier contre Joseph du Chesne, auteur de De priscorum philosophorum verae medicinae (1603), une interprétation chimique du cosmos et de l'homme[3].

Il s'oppose aussi violemment prétentions universitaires des chirurgiens[2].

Sa doctrine sur les fièvres est exposée dans le Tractatus de febribus (1640).

Il est le père de Jean Riolan (1577-1657), dit le Jeune, lui aussi médecin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ses ouvrages, comme ceux de son fils, sont signés Ioannes Riolanus ambianus : Jean Riolan d'Amiens.
  2. a et b « Jean Riolan l'Ancien, dans le dictionnaire d'Eloy », sur biusante.parisdescartes.fr (consulté le 18 décembre 2018)
  3. Mirko D. Grmek (dir.) et Allen G. Debus, Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 2 : De la Renaissance aux Lumières, Seuil, (ISBN 978-2-02-115707-9), « La médecine chimique », p. 48.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :