Jean Raymond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raymond.
Jean Raymond
Naissance
Décès (à 92 ans)

Jean Raymond est un comédien, imitateur, chansonnier et homme de télévision français, né le à Nice et mort le à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était percussionniste et sa mère pianiste. Titulaire d'une licence de philosophie, il a commencé sa carrière professionnelle comme instituteur à Tunis.

Mobilisé pendant la deuxième guerre mondiale, il fait connaissance au théâtre des Armées de Max Regnier (acteur, auteur et scénariste) qui l'initie au théâtre et lui donne le goût du milieu artistique. Après la guerre, dans les années 1945-46, il s'installe à Paris et abandonne son métier d'instituteur pour commencer sa carrière d'artiste. Il débute dans les cabarets parisiens : Les Deux Ânes et le Théâtre de dix heures entre autres. Au début ce sont surtout des imitations et des parodies de Tino Rossi, Maurice Chevalier, Charles Trenet et Luis Mariano.

À partir de 1950, il commence à être connu et sa carrière décolle. C'est alors qu'il ira s'installer à Cormeilles-en-Parisis (Val-d'Oise), 39 rue de Montigny, avec son épouse jusqu'en 2005.

Il continue à se produire dans les cabarets parisiens, il s'exerce à la radio, joue dans des opérettes (La Quincaillerie de Chicago, puis La Belle Hélène d'Offenbach mise en scène par Jean Riboux en 1954), dans des films (French Cancan de Jean Renoir en 1954 dans le rôle du chanteur Paulus) et débute à la télévision dans l'émission 36 chandelles animée par Jean Nohain. Cette émission diffusée sur l'unique chaîne de télévision française de l'époque à partir de 1953, enregistrée en public sur les grandes scènes parisiennes, lui a permis d'éclore et de se faire connaître du public français et du milieu artistique, ainsi que Darry Cowl, Alain Delon, Fernand Reynaud, Fernandel, Sim, Robert Hirsch et bien d'autres qui participèrent également à cette émission.

Dans les années 1960, 70 et au-delà il poursuivra sa carrière tant dans le théâtre qu'à la télévision où il participa à quelques téléfilms et séries et s'est illustré dans 8 des pièces de la série d’Au théâtre ce soir, ainsi, que dans l'opérette (La Vie parisienne d'Offenbach en 1969 mise en scène par Jean-Pierre Grenier au théâtre des Célestins). Il y interprétait le plus souvent des personnages faibles, dépassés par les événements et volontiers bafouilleurs.

Puis à partir du milieu des années 1970, il a été un fidèle invité de l'émission Les Jeux de 20 heures diffusée de mars 1976 à janvier 1987 sur FR3, créée par Jacques Solness et qui consistait à poser des questions de culture générale à des célébrités (comiques, acteurs, chanteur, sportifs, etc.). Il faisait partie de l'équipe qui secondait le candidat du jeu Système D et Passe et gagne aux côtés de Michel Dénériaz et Évelyne Grandjean.

Une de ses passions, avec son épouse, était l'élevage d'oiseaux, en particulier de pigeons, et ils avaient aménagé dans leur propriété de Cormeilles-en-Parisis plusieurs volières.

L'hommage funèbre a eu lieu au cimetière du Père-Lachaise à Paris le 26 octobre 2011 puis il a été inhumé au cimetière de la Côte Sainte-Avoie à Cormeilles-en-Parisis (Val-d'Oise) à côté de son épouse.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Théâtre[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue Les Portes du Parisis no 12, automne 2012 pages 2 et 3 "Un artiste cormeillais : Jean Raymond" Article écrit par Richard Micolay à la suite d'une interview de Joël et Josselyne Mourou, enfants de Jean Raymond. Revue de l'Association du Vieux Cormeilles et de l'Association pour la sauvegarde de l’église Saint-Martin, adresse de la revue : Aux musées réunis, 31 rue Thibault-Chabrand 95240 Cormeilles-en-Parisis

Références[modifier | modifier le code]