Jean Queval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Queval
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean Édouard Augustin Queval
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Jean Queval, né à Paris le et mort à Fontainebleau le , est un écrivain, journaliste, traducteur et critique de cinéma français. Il est un des membres fondateurs de l'Oulipo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le dans le 18e arrondissement de Paris[1] d'un père interprète havrais et d'une mère rouennaise, originaires du Pays de Caux, il perd sa mère à l'âge de deux ans et est élevé par sa grand-mère à Rouen, rue des Petites eaux du Robec. Envoyé par son père dans une école chrétienne, qu'il déteste, il ne brille certes pas au cours de sa scolarité, mais apprend tout de même l'anglais lors d'un long stage à l'île de Wight en 1930, où il tombe amoureux de l'Angleterre, et l'amour de la littérature, qui restèrent ses fondamentaux tout au long de sa vie. C'est aussi sa prédilection pour le français littéraire qui explique son attachement au quotidien royaliste et nationaliste L'Action française d'avant 1939, explique-t-il dans son autobiographie « Tout le monde descend »[2].

Après la rupture avec son père, qui aurait souhaité qu'il reprenne l'atelier de couture familial, il entame à sa majorité[3] une carrière de journaliste sportif sous le pseudonyme de Jacques Dormeuil, notamment à L’Écho des sports, la Revue du Hockey[4], Sport et Santé, L’Aéro, La Revue du Tennis, Sporting, L’Auto. Il signe aussi des articles consacrés au sport dans des quotidiens généralistes, sous son pseudonyme. Il rencontre Bellin du Côteau, personnalité libérale et progressiste, qui lui demande de se lancer pour la première fois dans la critique cinématographique pour Les Nouvelles médicales. En même temps, il commence à travailler en dehors du sport pour Paris-Soir. et pour des journaux de province, tel le Courrier du Centre[5].

Il devient en 1935 l'ami d'André Voisin (André Bourgeois, futur cofondateur et dirigeant de La Fédération) et renoue avec ses convictions monarchistes. Il collabore aux pages sociales du Courrier royal, dirigées par Voisin/Bouregois[6] puis gagne Nevers pour y travailler comme secrétaire de rédaction au quotidien monarchiste Paris-Centre[7],[8]. Marc Pradelle, directeur de L'Avenir du Loir-et-Cher[9], autre périodique royaliste, l'embauche en 1937 comme rédacteur en chef [10]. Son pseudonyme apparait pourtant dans ce journal en 1936[11]. De retour à Paris, il collabore à divers journaux, notamment à La Justice sociale d'André Voisin qui milite alors pour le corporatisme[12],[13],[14]. Il est alors hostile à la démocratie et admire Charles Maurras[15]. Le journal de ce dernier, L'Action française, accueille favorablement en 1938 son premier essai, Vert et gris, publié sous le pseudonyme de Jacques Dormeuil[16].

Sur les conseils de Marc Pradelle, il entre à la fin de l'année 1938 à la très anticommuniste agence de presse Inter-France de Dominique Sordet, pour y travailler à la documentation comme chef de service[17]. Il quitte l'agence en juillet 1941 par hostilité à sa ligne de plus en plus collaborationniste et entre en résistance[18].

Il aurait été l'un des rares Français à avoir entendu l'appel du Général de Gaulle en direct, sur la BBC le 18 juin 1940, sans être cependant tout à fait convaincu que la France n'avait pas perdu la guerre[réf. nécessaire]. Il est arrêté en flagrant délit par la police française dans les rues de Paris en août 1941 pour avoir lacéré de nuit des affiches allemandes, et est transféré aux autorités militaires d'occupation. Il est cependant relâché dès le lendemain grâce à ses relations au sein d'Inter-France[19] et à la complicité de certains policiers français qui détruisent les pièces compromettantes trouvées lors de la perquisition à son domicile et rédigent un rapport complaisant[réf. nécessaire]. Il fait partie d'un groupe informel de résistants, dès la fin de l'année 1940, avec notamment Marc Rucart, ancien ministre du Front populaire, et le démocrate-chrétien Francisque Gay[20].

Il est embauché en 1941 grâce à André Voisin au Comité d'organisation (C.O.) du bois, où il est chargé en tant que chef du service économico-social de la liaison avec les entreprises et les syndicats, et de la formation[21]. André Voisin l'intègre à l'équipe fondatrice de l'Office des comités sociaux, fondé en 1941, et lui permet d'enseigner à l'Institut d'études corporatives et sociales de Maurice Bouvier-Ajam[22],[23]. C'est dans ce contexte qu'il publie en 1943 chez Fayard son deuxième livre, La Communauté d'entreprise. Il rompt définitivement avec l'Action française en 1943[24].

Tout en continuant ses activités de résistant, il commence à emmagasiner systématiquement toute une documentation sur la collaboration dans la presse pendant l'Occupation, qui lui permet de publier dès mars 1945 Première page, cinquième colonne. Son livre décrit, textes à l'appui, les compromissions plus ou moins affirmées des journalistes parisiens sous l'Occupation[25]. Queval raconte dans la partie inédite de Tout le monde descend que le manuscrit fut terminé le jour même de la Libération de Paris et qu'il fut arrêté par un barrage allemand sur le pont de la Concorde alors qu'il se rendait chez son ami et éditeur Jean Fayard avec le manuscrit. Le militaire allemand, fort âgé, ne lisait pas le français et le laissa passer. C'est le retentissement considérable de ce livre à l'époque qui assure à Jean Queval une certaine notoriété. Une de ses cibles, le journaliste collaborationniste et antisémite Pierre-Antoine Cousteau, se venge plus tard, dans Après le Déluge, en qualifiant son livre de « rapport de police » et en affirmant qu'il travailla sous l'Occupation pour l'agence de presse Inter-France, collaborationniste :

« Au lieu de prendre bêtement le maquis comme les patriotes téméraires, c’est à l’Agence Inter-France que M. Quéval préparait les lendemains mélodieux de la chose publique ressuscitée, à l’agence Inter France qui était – comme on le sait, ou comme on ne le sait plus – l’abomination de la désolation collaborationniste. Nanti de ce râtelier lucratif, M. Jean Quéval pouvait voir venir. N’étant point exagérément enclin à écrire, il ne risquait pas de se compromettre. Mais tout de même, si les cohortes du III° Reich l’avaient emporté, M. Quéval eût pu se prévaloir de ses fonctions à Inter France pour se faire titulariser, sans peine, pionnier de l’Europe Nouvelle. (...) C’est ici que s’affirma la conscience proprement romaine de M. Quéval. Tout autre, moins affranchi des préjugés petits bourgeois, eût peut-être renâclé à se faire le pourvoyeur des charniers et des bagnes de l’épuration, à mâcher la sale besogne des argousins à fourragère rouge et des magistrats parachutés. Cet autre se fût dit qu’il n’était sans doute pas excessivement élégant de désigner aux feux de salve tant de confrères avec qui l’on avait partagé le pain et le sel des temps difficiles. (...) En 1945, dans la clandestinité autrichienne, j’avais lu cette compilation avec un furieux écoeurement. Parce ce que les bourriques me donnent des nausées. Parce que, dans la hiérarchie des vilenies, Première page, Cinquième colonne est sans doute ce que l’on peut concevoir de plus vil[26],[27]. »

L'affirmation est reprise par Saint-Paulien (écrivain)[28] et Henry Coston[29]. Plus récemment par le biographe de Jean Luchaire[30]. Pierre Assouline commente sévèrement le livre de Queval : « Trois cent cinquante huit pages de règlements de comptes. (...) Ca se voulait un annuaire des traîtres. Un slogan eût suffi à le résumer : mort aux confrères ! Condamnés ou en instance de l'être, ils n'avaient pas les moyens de répondre »[31]. Le journaliste et historien Gérard Bonet confirme en 2021 son appartenance à Inter-France.

C'est alors qu'il épouse sa première femme, Jeanne Duhamel, qui était très proche de Georges Izard, cofondateur de la revue Esprit et ancien député du Front populaire pour la circonscription de Longwy, qui fut l'un des 80 parlementaires qui refusa de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. De cette union naissent deux filles jumelles, Élisabeth et Françoise. Jeanne Queval meurt cependant des suites de l'accouchement.

Il collabore à partir de 1945 au service province de l'AFP, au service politique des Nouvelles du matin et collabore en même temps à Clartés[32], « hebdomadaire de combat pour la résistance et la démocratie », fondé à la Libération par Georges Izard, et écrit sur différents sujets[33]. Il adhère à l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR)[34]. Il devient critique de cinéma pour différents journaux, de Clartés[35],[36] à L'Écran français[37] ou l'hebdomadaire France[38]. Il assure ainsi la chronique cinématographique du Mercure de France de 1947 à 1962[39]. Il n'écrit pas cependant que sur le cinéma et collabore aussi à d'autres journaux comme le quotidien Combat[40], Le Populaire, Radio-Cinéma-Télévision, Paris-Normandie, Les Nouvelles littéraires, etc. Il travaille aussi pour la télévision dans les années 1950 et 1960[41].

Il est membre du jury du festival de Cannes en 1953 et 1954 (pour les courts métrages)[42], sous la présidence de Jean Cocteau. Il publie des monographies sur Marcel Carné, Jacques Prévert et Jacques Becker. Il est reconnu comme spécialiste du cinéma britannique.

Il crée aussi avec Boris Vian et Raymond Queneau une association des amateurs de science fiction, le Club des savanturiers. Parallèlement, il commence une carrière littéraire, publiant L'Air de Londres en 1947, puis De l'Angleterre en 1956. Toute sa vie, il restera admiratif du Royaume-Uni pour son courage à affronter l'Allemagne nazie pendant la guerre. Il épousa sa seconde femme, une Britannique, Nan Kenyon, à Londres en 1949. De cette union nait leur fils Axel Queval en 1952. Ils viennent vivre à Héricy-sur-Seine, initialement à l'invitation de Georges Hourdin, le patron de la presse catholique française.

Toujours très proche de son ami Raymond Queneau, il participe à la création de l'OULIPO en 1960[43],[44] et sera un participant assez assidu pendant de nombreuses années.

Parallèlement, il entame une carrière de traducteur de littérature de langue anglaise en français, notamment James Agee, Iris Murdoch, George Orwell, Scott et Zelda Fitzgerald, John Cowper Powys, Bertrand Russell, Thackeray[45].

Il collabore aussi à l’Encyclopédie de la Pléiade et écrit des feuilletons pour la télévision (Les Beaux yeux d’Agatha, 1964 ; La Malle de Hambourg, 1972)[46]. Jean Queval a également publié un récit autobiographique, Tout le monde descend (1959) et un roman, Etc (1963).

Écrivain discret mais prolifique, il a notamment laissé de nombreux inédits, notamment des scénarios d'après Les Feux du Batavia de Pierre Mac Orlan, de nombreux textes sur Hector Malot dont un scénario d'après L'Auberge du monde, un projet de film sur la langue française, un livre sur les précurseurs en littérature, un livre sur les écrivains français ayant écrit sur l'Angleterre, etc. qui sont tous conservés à l'IMEC à Caen, dans les archives Jean Queval.

Jean Queval meurt le à Fontainebleau[1]. Il est enterré avec sa seconde femme au cimetière d'Héricy (Seine-et-Marne)[47].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dans la Bibliothèque oulipienne[modifier | modifier le code]

  • , ; : ! ? !?! () [], BO no 24, 1984.
  • Insecte contemplant la préhistoire suivi de Six autres exégèses tout aussi passionnantes, BO no 31, 1985.
  • Écrits sur mesure, La Bibliothèque Oulipienne, no 32, 1985.

Publications[modifier | modifier le code]

Essais
  • Jacques Dormeuil (pseudonyme), Vert et gris, chroniques du temps présent, Librairie de l'Arc, Paris, 1937.
  • Communauté d'entreprise, Fayard, 1943.
  • Première page, cinquième colonne, la collaboration dans la presse sous l'occupation, Fayard, 1945 (Lire en ligne le début)
  • Qu'est-ce qu'Inter-France, dans Etudes de presse, n° 1, février 1946.
  • Londres, Les Nouvelles littéraires, 1945.
  • L'Air de Londres, Julliard, 1947.
  • Rendez-vous de Juillet, avec Raymond Queneau, n°1 de cinéma en marche, Chavannes.
  • De l’Angleterre, Gallimard, 1956.
  • Tout le monde descend, essai d'autobiographie, Mercure de France, 1959, rééd. Plein Chant, 1988.
  • Lexique des Dieux, Delpire 1968.
Poésie
  • Lieux-dits, Mercure de France, 1963.
  • Le voyage en Belgique, ou le petit livre de la protection, Temps mêlés, 1964.
  • Le Point, Temps mêlés, 1967.
  • En Somme, Paris, Gallimard, 1970 ; rééd. 1971.
  • pour écrire un pont une île un poème, Entendez-vous, dans nos campagnes, Blues, Le cancre qui lisait Hector Malot, quatre poèmes Dans la nouvelle guirlande de Julie, Les Éditions ouvrières, 1976.
  • Un fablier, Plein Chant, 1985.
Romans
  • Etc, roman, Gallimard, 1963.
  • Tout est bien qui finit mieux, Bordas, 1984.
  • Nestor et Agamemnon, Messidor/Temps Actuels, 1986.
Télévision et cinéma
  • Rubrique cinéma, puis cinéma et TV du Mercure de France 1947-1965.
  • Le Cinéma anglais a-t-il tenu ses promesses?, dans Radio Cinéma, février 1951.
  • Le Cinéma italien , Radio Cinéma, juin 1951.
  • Marcel Carné, Editions du Cerf dans la collection 7e art, 1952.
  • Marcel Carné, en langue anglaise, monographie du British Institute, 1952.
  • Jacques Prévert, Mercure de France 1955.
  • TV, de Jean Queval et Jean Thévenot, L'air du temps, Gallimard, 1957
  • Jacques Becker, Seghers, Cinéma d'aujourd'hui, 1962.
  • Encyclopedie du cinéma, sous la direction de Roger Boussinot, Bordas, tous les artiches sur le cinéma anglais et la moitié des articles sur le cinéma français.
  • Henri Storck ou la Traversée du cinéma, Bruxelles, Festival national du film belge, 1976.
  • L'Angleterre et son cinéma, d'Olivier barrot, Philippe Pilard et Jean Queval, Cinéma d'aujourd'hui, n° 11, février-mars 1977.
Critique littéraire
  • Max-Pol Fouchet, étude, Nouvelle édition, Paris, Seghers, 1969.
  • Max-Pol Fouchet, Seghers, Poètes d'aujourd'hui.
  • Queneau, discours et rêve, Nouvelle Revue Française, février 1971.
  • Raymond Queneau : portrait d’un poète, iconographie rassemblée et légendée par André Blavier, Paris, Veyrier, 1984.
  • Raymond Queneau, essai, 1960,
  • Essai sur Raymond Queneau Paris, Seghers, 1971 (il s'agit bien d'un autre livre, cf archives IMEC, QVL/10/21.
  • Le Chiendent, édition annotée du roman de Raymond Queneau, Classiques contemporains, Bordas, 1975.
  • Hector Malot, notre meilleur instituteur?, Cahiers Robinson n° 45, p.111 à 132, Artois presse université, 2019.
  • Jacques Prévert, détonations poétiques, Les colloques Cerisy, inédit de Jean Queval p.297 à 311, Classiques Garnier, 2019.
Écrits de télévision et de cinéma
  • Les Beaux Yeux d'Agatha, téléfeuilleton de Bernard Hecht et Jean Queval, disponible à l'INA.
  • La Malle de Hambourg, téléfeuilleton de Bernard Hecht et Jean Queval, disponible à l'INA.
  • Les Filles impossibles, téléfeuilleton d'André Dhôtel et Jean Queval, commandé et accepté par l'ORTF mais non réalisé, texte inédit disponible dans les archives Queval à l'IMEC, QVL/4/10.
  • Deux scénarios différents d'après Les Feux du Batavia de Pierre Mac Orlan, inédits conservé dans les archives Queval à l'IMEC, QVL/4/11.
  • Scénario d'après L'Auberge du monde d'Hector Malot, inédit conservé dans les archives Queval à l'IMEC, QVL/5/9.
Théâtre
  • Dieu avec nous, temps mêlés, 1965.
  • Les Nouveaux commis-voyageurs, Aarevue, 1967.
Traductions
  • La Ferme des animaux de George Orwell, Folio, Gallimard, réédité en 1984
  • La Rose et l'anneau, de W.M. Thackeray, Club Français du livre, 1960, et Mercure de France, 1964.
  • Mémoires, de David Crockett, Club Français du livre, 1961.
  • Le Nuage noir, de Fred Hoyle, Club Français du livre, et Dunod, 1962.
  • Œuvres de H. G. Wells, Mercure de France, 1963.
  • L'Innommable Skipton, de Pamela Hansford Johnson, Mercure de France, 1966.
  • Mao et la révolution chinoise, de Jérôme Ch'en, Mercure de France, 1968.
  • Infantilia, de Lars Gyllensten, traduction de C. G. Bjurström et Jean Queval, Gallimard, 1969.
  • Pratique et théorie du bolchévisme de Bertrand Russel, Mercure de France, 1969.
  • Médée l'Etrangère, de Willy Kirklund, traduction de C. G. Bjurström et Jean Queval, Théâtre di monde entier, Gallimard,1970.
  • Le rêve de Bruno, d'Iris Murdoch, Gallimard, 1969.
  • Louons maintenant les grands hommes, de James Agee, collection Terre humaine, 1972
  • Le Corbeau d'Arabelle, de Joan Aiken, Arc-en-poche/Nathan, 1972.
  • En explorant toute l'île de Grande-Bretagne, de Daniel Defoe, Payot, 1974.
  • Une mort dans la famille, de James Agee, Flamarion, 1975.
  • Arabelle en croisière, de Joan Aiken, Arc-en-poche/Nathan, 1976.
  • Le fantôme de Thomas Kempe, de Penelope Lively, Nathan, 1976.
  • Les Enchantements de Glastonbury, volumes I à IV, de John Cowper Powys, Gallimard, 1976.
  • Eclats du paradis, de Zelda et Francis Scott Fitzgerald, Julliard, 1977.
  • De mémoire indienne, de Richard Erdoes, Terre Humaine, Plon, 1977.
  • Les Orties fleurissent de Harry Martinsson, traduction de C. G. Bjurström et Jean Queval, Stock, 1978.
  • Est-ce que tu m'aimes de R. D. Laing, Stock/Monde ouvert, 1978.
  • Peregrin ou la chevalerie, romans de la cour du roi Arthur, Garnier frères, 1979.
  • Catchpole Story: L'incroyable aventure des enfants Catchpole, de Catherine Starr, Nathan 1979.
  • Harriet l'espionne, de Louise Fitzburgh, Nathan, 1980.
  • Beowolf, Gallimard, 1981.
  • Une licorne pour son anniversaire, de Janice Elliott, Arc-en-poche/Nathan, 1981.
  • Les aventures de Compère lapin, de Joel Chandler Harris et Ruth Sprigs, Nathan, 1981
  • Le conte de la biche blanche, de James Thurber, Bordas, 1981.
  • Histoire des animaux restés seuls sur la terre, de Penelope Lively, Arc-en-poche/Nathan, 1981.
  • Un mouton pas comme les autres, de Richard Hughes, Arc-en-poche/Nathan, 1983.
  • Puce et Cath, de Catherine Starr, Arc-en-poche/Nathan, 1985.
  • Les Incroyables aventures de Mister Mac Miffic, de Sid Fleischman, Arc en poche 1988.
  • Nijinski et autres poèmes, de Lars Forssel, traduit par C. G. Bjurström et Jean Queval, Orphée/LaDifférence, 1992.
  • Madame la colonelle et autres nouvelles, de Somerset Maugham, Pavillon/Poche/Robert Laffont, 2010.
Dictionnaires et encyclopédie
  • Dictionnaire de la Pléiade, Jeux et Sports, article cricket.
  • Dictionnaire des œuvres contemporaines, Laffont Bompiani, 100 articles.
Divers
  • Les Mauvaises fréquentations, de Gaston Ferdière et Jean Queval, Jean-Claude Simon, 1978.
  • Tout est bien qui finit mieux, illustrations de Gilles Vuillemard, Paris, Bordas, 1984.
  • Ecrire pour les enfants, dans Lire au collège, Grenoble, 7 janvier 1984, p 29-31.
  • Un fablier, collages de Gilles Chapacou, Châteauneuf-sur-Charente, Plein chant, 1985.
  • Nestor et Agamemnon, préface d’Henry Thomas, avant propos d’Iris Murdoch, Paris, Messidor, 1986.
  • Zinzin ; suivi de Une vie de chat, Paris, Messidor-la Farandole, 1987.

Prix[modifier | modifier le code]

Jean Queval a reçu

  • le prix Halpérin Kamenski pour l'ensemble de ses traductions.
  • la bourse Beowulf pour son livre L’air de Londres.
  • le prix de la traduction pour Les enchantements de Glastonbury.
  • le prix Andersen pour Les Incroyables aventures de Mister Mac Miffic.
  • le prix Mac Orlan pour l’ensemble de son œuvre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Ziegelmeyer (dir.), « Jean Queval en somme », Plein Chant, n° 29-30, avril-juillet 1985
  • Noël Arnaud , La vie de Jean Queval par un témoin, l ' Agence Quenaud, Ed . Plein Chant , 1987
  • Raconter l'OULIPO, Camille Bloomfield, Honoré Champion, 2017

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mairie de Paris 18e, Acte de naissance no 1486 avec mention marginale du décès, sur Archives de Paris, (consulté le 18 mai 2020), vue 22.
  2. Archives Queval à l'IMEC QVL/13/1 à 4 pour la partie inédite de ce livre
  3. Gérard Bonet, L'agence Inter-France de Pétain à Hitler. Une entreprise de manipulation de la presse de province (1936-1950), édition du félin, 2021, p. 134
  4. L'Homme libre, 15 août 1934
  5. La Liberté, 8 septembre 1936, L’Action française, 9 janvier 1938
  6. Gérard Bonet, op. cit., p. 135
  7. Etudes de presse, mars 1946, J. Queval, "Qu'est-ce qu'Inter-France ?", p. 170
  8. Gérard Bonet, op. cit., p. 135
  9. Notice de la BNF
  10. Gérard Bonet, op. cit., p. 135
  11. La Liberté, 8 septembre 1936, L’Action française, 9 janvier 1938
  12. Notice de la BNF
  13. J. Queval, Communauté d'entreprise, Fayard, 1943, Avant-propos
  14. La Gazette de Château-Gontier, 5 mars 1939
  15. L’Action française, 26 mars 1937, Ibid., 14 août 1937, Ibid., 9 janvier 1938
  16. L’Action française, 9 janvier 1938
  17. Gérard Bonet, op. cit., p. 136, 340
  18. Ibid., p. 342
  19. Gérard Bonet, op. cit., p. 342
  20. Gérard Bonet, op. cit., p. 753
  21. Gérard Bonet, op. cit., p. 343
  22. J. Queval, Communauté d'entreprise, Fayard, 1943, Avant-propos
  23. Gérard Bonet, op. cit., p. 343
  24. Gérard Bonet, op. cit., p. 344
  25. Clartés, 10 août 1945, "Visite à Jean Quéval"
  26. P-A Cousteau, Après le déluge, 1956, partie III, "tout ce joli monde...", chap. "Queval (Jean)"
  27. Site hyssens.com, Année 1945 (mars)
  28. Histoire de la collaboration, L'Esprit nouveau, 1964, p. 506
  29. Tome II de son Dictionnaire de la politique française : « Ce journaliste obscur eut son heure de notoriété lorsqu’il publia contre ses anciens amis un livre qui souleva l’indignation des familles de ses confrères emprisonnés, à tel point que l’éditeur, conscient du scandale renonça à faire paraître le second tome annoncé. (...) c’est grâce à ses fonctions à Inter-France qu’il réunit les éléments du livre qu’il publia en 1945 et qui a facilité la besogne des magistrats et des policiers chargés de poursuivre les journalistes qui avaient écrit dans la presse pendant l’Occupation »
  30. Cédric Meletta, Jean Luchaire : L'enfant perdu des années sombres, Perrin, 2013
  31. Cité par Gérard Bonet, op. cit., p. 755 : extrait de Le Fleuve Combelle d'Assouline, publié en 1997, réédité en 2009. Assouline est aussi sévère dans L'épuration des intellectuels, publié en 1985.
  32. Gérard Bonet, op. cit., p. 754
  33. Clartés, 14 septembre 1945, J. Quéval, "La paix sera socialiste", Ibid., 30 novembre 1945, J. Quéval, "Le gang du quartier latin"
  34. Gérard Bonet, op. cit., p. 757
  35. Paul Guth, Le Chat Beauté, Flammarion, 1975, p. 50
  36. Gavroche, 30 août 1945
  37. Valérie Vignaux, Jacques Becker, ou, L'exercice de la liberté, CEFAL, 2000, p. 263
  38. France, 15 août 1947
  39. Site de l'IMEC, archives Jean Queval
  40. Combat, 23 août 1947, Ibid., 13 novembre 1950
  41. Gérard Bonet, op. cit., p. 756
  42. Site festival-cannes.com
  43. Site de l'IMEC, archives Jean Queval
  44. Le Monde, 15 décembre 1990
  45. Site de l'IMEC, archives Jean Queval
  46. Ibidem
  47. Philippe Landru, « Héricy (77) : cimetière », sur Cimetières de France et d'ailleurs, (consulté le 18 mai 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]