Jean Pruvost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Pruvost
280x400
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Linguiste, lexicographe, chroniqueur ou chroniqueuseVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Dir. de thèse
Site web
Distinctions

Jean Pruvost, né le [1] à Saint-Denis[2] est un lexicologue et historien de la langue française. Il a enseigné la lexicologie et la lexicographie à l'université de Cergy-Pontoise (95) où, Professeur des universités, il dirigeait le master Sciences du langage et le laboratoire CNRS Lexiques Dictionnaires Informatique. Fondateur en 1994 de l'annuelle Journées des dictionnaires[3], rendez-vous international des lexicologues et lexicographes, Directeur éditorial des éditions Honoré Champion depuis 2009, auteur d'environ 800 publications, il assure depuis 2000 des chroniques radiophoniques hebdomadaires ou quotidiennes. Distingué par l'Académie française en 2006 pour les Dictionnaires français, outils d'une langue et d'une culture puis, en 2019 avec la Grande Médaille de la Francophonie, Jean Pruvost, par ailleurs Directeur des Études de linguistique appliqué et grand collectionneur de dictionnaires, fait partie des références dans le domaine de l’histoire de la langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Denis, il passe sa scolarité primaire et secondaire à Vichy où son père et sa mère, professeurs de sténodactylographie, sont nommés en 1949. Son père, auteur d’une sténographie, militant espérantiste, lui apprend avant d’entrer au collège la sténographie, la dactylographie et l’espéranto. L’éducation stricte qu’il reçoit ainsi que ces trois expériences, la transcription phonétique pour la première, les lettres au bout des doigts pour la seconde, et pour la troisième la morphologie artificielle proche du latin et des langues européennes, avant même la découverte des langues étrangères, participèrent selon son point de vue à son goût affirmé pour les langues et la littérature[4]. Sept ans de conservatoire lui permettent par ailleurs d’intégrer un orchestre local, Les Barycentres, déterminant quant à son engouement marqué pour la guitare.

Formation universitaire[modifier | modifier le code]

C’est en 1967 qu’il entre à l’Université de Clermont-Ferrand pour des études de Lettres modernes et, en 1970, qu’il part travailler trois mois aux États-Unis, confirmant ainsi son intérêt pour la langue anglaise tout en restant étudiant en Lettres. Issu d’une famille d’instituteurs et de professeurs, il souhaite vite rejoindre l’Éducation nationale. Aussi, avant même d’avoir fini ses études, il exerce dès 1970 la fonction de surveillant d’externat à Saint-Éloy-les-Mines, puis passe en 1971 le concours de PEG Lettres Histoire Géographie dans l’enseignement technique qui le conduit en région parisienne. Il se marie en 1973 et trois enfants naîtront de cette première union, qui seront enseignants ou chercheurs. Il commence alors un doctorat sous la direction du Professeur Bernard Quemada, directeur du Trésor de la langue française et doyen de l’Université Paris XIII, doctorat soutenu en 1981 avec une thèse ayant pour sujet Les dictionnaires onomasiologiques, portant sur la synonymie et l’analogie.

Fonctions officielles[modifier | modifier le code]

De 1975 à 1993[modifier | modifier le code]

Par le biais des concours, il sera successivement de 1975 à 1980 Maître-formateur et Conseiller pédagogique à l’ENNA (Paris), puis Chargé de mission d’inspection en Lettres de 1981 à 1983. Il est reçu au concours d’Inspecteur de l’Éducation nationale en 1983, et sera nommé dans l’Essonne. En 1990, il exerce la fonction de Directeur d’École Normale de l’Essonne, puis de 1991 à 1992, celle de directeur du centre IUFM de l’Académie de Versailles.

Depuis 1993 à 2016[modifier | modifier le code]

Reçu au concours de Maître de Conférences en sciences du langage à l’Université de Cergy-Pontoise en 1993, il rejoint ainsi l’université et, tout en enseignant, il y sera successivement Directeur du département de Lettres et sciences humaines, Vice-président, avec la responsabilité de la Commission de Documentation. En 2000, il passe son Habilitation à diriger des recherches dans le domaine de la lexicologie, de la lexicographie et de l’histoire de la langue française.

La même année, il est élu Professeur des universités, en sciences du langage, et il est nommé Vice-président pour le Conseil de la Vie universitaire, avant de prendre en 2002 la direction du Master Sciences du langage. S’y ajoute à partir de 2002 la direction d’un laboratoire CNRS consacré aux dictionnaires et au lexique. En 2007, il est par ailleurs nommé membre du Conseil National Universitaire, puis accède au dernier échelon de la Classe exceptionnelle en 2011, avant de devenir Professeur émérite en 2016. En 2011, Jean Pruvost épousait en secondes noces Marinette Blot. Il fait passer en 2020 la dernière de la centaine de thèses qu’il a dirigées. Les linguistes de l’Université de Cergy-Pontoise décident en 2017 de donner son nom au laboratoire déjà rebaptisé Lexiques, Textes, Discours, Dictionnaires[5].

Autres fonctions universitaires et institutionnelles[modifier | modifier le code]

Il est parallèlement sollicité pour diverses fonctions ayant trait à sa spécialité reconnue en langue française. En 1998, il est élu Vice-président du Groupe d’Étude d’histoire de la langue française rattaché alors à l’École Normale Supérieure, le GEHLF étant le tout premier centre de recherches auquel il s’est affilié. Puis en 2000, il est élu Président de l’Association des sciences du langage[6], regroupant la majorité des linguistes de France. Il organise alors un colloque à la Sorbonne aboutissant à la publication d’un bilan : Mais que font les linguistes ? Les Sciences du langage vingt ans après[7].

En 2000, il devient Membre de l’Editorial Board de l’International Journal of lexicography, de l’Oxford University Press[8], et en 2001 il est également nommé Membre du Comité scientifique international de la revue Mots, Palabras Words[9] pilotée par le Dipartimento di Scienze del Linguaggio e Letterature Straniere de l’Université de Milan.

En 2007, il est alors nommé au Conseil National des Universités, en tant que spécialiste des travaux portant sur la lexicologie et la lexicographie, puis en 2013, il devient Membre du Collège Éducation et Enseignement supérieur chargé de la Terminologie auprès de la Commission d’enrichissement de la langue française[10].

Adhérent depuis les années 2000 de l’Association Défense de la langue française[11], il est sollicité pour en être vice-président en 2016, il y est alors élu et réélu en 2018 dans cette fonction.

En 2015, en amitié avec Jérôme Robert, lexicographe et petit-fils de Paul Robert, il accepte d’être Président de l’Association des amis de Paul Robert[12]. Enfin, en 2016, il est Président d’honneur de l’Eurodictée[13], la dictée des cités dont Rachid Santaki est le fondateur et l’organisateur. En 2019, il est élu membre de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts d’Angers[14].

Directions éditoriales[modifier | modifier le code]

C’est au début du XXIe siècle que lui sont confiées diverses directions éditoriales.

Pour le Nouveau Littré[modifier | modifier le code]

De 2000 à 2002, il sera tout d’abord co-directeur avec Gaston Gross des Cahiers de lexicologie fondés par Bernard Quemada, puis de 2003 à 2005, il est nommé Directeur scientifique et rédacteur en chef du Nouveau Littré[15] publié par les Éditions Garnier.

Pour les Éditions Honoré Champion[modifier | modifier le code]

C’est surtout en janvier 2009 qu’il prend son élan dans le monde éditorial en devenant Directeur éditorial des Éditions Honoré Champion, maison d’édition spécialisée dans l’érudition, publiant en sciences humaines, littérature et langue, entre 120 et 150 ouvrages par an.

Avant d’être sollicité pour être directeur éditorial en charge de toute l’édition de la maison, Jean Pruvost était déjà depuis 1999 co-directeur de la collection Lexica, mots et dictionnaires avec Bernard Quemada. En 2020, cette collection comptait 37 volumes portant sur des travaux d’étymologie, de sémantique historique, de dialectologie, ou de lexicographie romane.

Jean Pruvost tint à créer dès 2010 deux collections supplémentaires, Champion les dictionnaires et Champion les mots, en écho à son domaine privilégié, les mots et les dictionnaires.

La première collection, Champion les dictionnaires, toujours active en 2020, a été conçue selon ses vœux pour offrir sur des sujets différents des informations précises apportées par des spécialistes, qu’il s’agisse du rugby, du « désir de lire », des écrivains francophones classiques, des penseurs, du cyclisme, du tennis, de Jean Renoir, de Georges Brassens, ou encore de l’École et ses mots ou de La vie à la campagne.

La seconde collection, Champion Les mots[16], se présente comme un voyage lexical au cœur d’un thème précis, en parcourant les dictionnaires et la littérature du XVIe au XXIe siècle. Cette collection s’arrêtera en 2015 au 21e volume, avec dix volumes dont il est l’auteur.

Pour Klincksieck et les Belles Lettres : les Études de linguistique appliquée[modifier | modifier le code]

En 2010, Jean Pruvost est nommé Directeur de la revue scientifique Études de linguistique appliquée, offrant quatre numéros par an, numéros publiés par les éditions Klincksieck et les Belles Lettres, ainsi que, numériquement, par Cairn. De fait, membre du Comité de direction de cette revue depuis 2000, Jean Pruvost s’est inscrit dans le sillage de Robert Galisson, maître et ami de longue date. Dirigé à titre gracieux, chacun des 40 numéros publiés depuis 2010 est précédé d’une préface rédigée par ses soins à caractère sémantique et lexicologique.

Pour les Éditions Bordas[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2010, il a dirigé la collection des Dictionnaires Bordas, de poche et grand format, dictionnaires de synonymes, de rimes, des difficultés de la langue, et un dictionnaire de citations dont il est l’auteur.

Création d’événements[modifier | modifier le code]

La Journée des dictionnaires[modifier | modifier le code]

En 1994, Jean Pruvost créait la Journée des dictionnaires, qui a lieu chaque année en mars au cours de la Semaine de la langue française, à l’exception de son annulation lors du confinement de mars 2020. En accueillant chaque année sur des thèmes différents des spécialistes du sujet, cette Journée est devenue un rendez-vous attendu des professionnels et des amateurs que passionnent le lexique et son étude. Se déroulant d’abord à l’Université de Cergy-Pontoise, elle a ensuite eu lieu à partir de 2013 à Paris, notamment en partenariat avec l’Alliance française. Elle est toujours patronnée par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France.

Mots en musique[modifier | modifier le code]

En 2016 puis 2017, il a lancé dans le cadre de l’Alliance française une nouvelle manifestation, intitulée Mots en musique[17], rassemblant des humoristes, des comédiens, des linguistes et des musiciens. C’est la première fois qu’il s’exposait à la guitare avec des chansons de son cru (« Avec mes dictionnaires[18]… », « On pourrait la comparer[19]… »).

Chroniques de langues[modifier | modifier le code]

Jean Pruvost pratique de manière assidue le genre particulier que représentent les chroniques de langues qu’elles soient écrites, radiophoniques ou plus rarement télévisées, et ce sont environ 5000 chroniques qui ont été données en trente ans. Les toutes premières ont été écrites en 1980 pour Miroir de l’histoire. Puis elles furent radiophoniques en 2005 avec tout d’abord Mathieu Vidard sur France Inter, avant de prendre de l’ampleur en 2010 dont une bonne partie à titre gracieux. Il compte en 2020 un peu plus de 4000 chroniques radiophoniques.

Chroniques écrites[modifier | modifier le code]

Elles sont tantôt hebdomadaires pour La Croix (depuis 2016), pour L’Est Républicain avec « Le mot de la semaine » (2006-2007), pour La Revue du Secrétariat et de la comptabilité avec « De la sémantique à l’orthographe » et « Rétrovocabulaire » (1979-1983), et pour le site du Figaro littéraire, dans la rubrique langage tenue par Alice Develey, avec « Mots de tous les âges » (2017-2019).

Tantôt mensuelles pour Femmes actuelles Jeux avec « Mots à la loupe » puis « Les dicos insolites » (depuis 2017), pour Les timbrés de l’orthographe avec « Les timbrés du dictionnaire » (2014-2016), pour Miroir de l’histoire avec « les noms au passé » (1979-1981) ;

Tantôt encore trimestrielles pour Défense de la langue française avec « De dictio(n)naires en dictionnaires » (depuis 2010) ; pour la Revue de l’AMOPA avec « À mots découverts, au cœur de l’éducation » (depuis 2011).

Chroniques radiophoniques[modifier | modifier le code]

Lorsqu’elles sont quotidiennes, il les présente volontiers comme une ascèse joyeuse. C’est le cas des chroniques données sur France Bleu, depuis 2016, avec « Les Noms de lieux », puis « Les Mots de l’actu », et « Les mots de l’été », ou pour RCF, depuis 2011, avec « Un mot, un jour », associée au « grand invité » à la rentrée 2020. Enfin, pour Mouv’ sur Radio France[20], il devient de 2015 à 2018 « Doc Dico », expliquant « Les mots du rap », chronique tantôt quotidienne tantôt hebdomadaire.

Les chroniques hebdomadaires ont commencé par celles données à France Inter de 2005 à 2008 dans la matinale avec Mathieu Vidard, « Trésor de mots », puis avec Sylvie Larocca. De 2011 à 2018, sur RCF Lyon, avec Lucie Baverel et Renaud Volle, c’était « Rendez-vous avec l’histoire des mots ». Pour Radio Curie, en 2014-2015 ce furent les mots du cancer[21]. Enfin, depuis juin 2020, pour RFI, dans l’émission De vive(s) voix, dirigée par Pascal Paradou, est donnée « Mots à mots ».

A aussi été tenue une chronique bimensuelle, « Mot pour mot », sur Canal Académie de 2008 à 2012.

Chroniques télévisuelles[modifier | modifier le code]

Elles ont toujours été hebdomadaires, avec notamment « Mots et expressions de l’été » sur TF1 en 2017, à la fin du Journal télévisé, « Voyage dans nos dictionnaires » pour VO TV en 2003, et, pour TV5, dans « Trouvez le mot juste » en 1989 avec Jean-Pierre Foucault. Depuis octobre 2021, passe sur France Info télé, le samedi et le dimanche la chronique « Version originale »[22]où Jean Pruvost, interrogé par Jérôme Cathala à propos des anglicismes, propose des traductions en français élégant.

Distinctions et Prix[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

- 2000 : Prix Logos par le Collège de France pour Dictionnaires et nouvelles technologies (PUF).

- 2008 : Prix de l’Académie française pour Les dictionnaires français, outils d’une langue et d’une culture (Ophrys).

- 2019 : Grande Médaille de la Francophonie[23], de l’Académie française.

- 2019 : Prix Émile Littré, Cénacle européen francophone[24].

Décorations[modifier | modifier le code]

- 2009 Commandeur de l’Ordre des Palmes académiques.

- 2013 Officier de l’Ordre des Arts et des lettres[25].

Livres[modifier | modifier le code]

De ses 800 publications écrites, articles de revues et participations à des manuels scolaires tels que la collection scolaire Textes et méthodes, chez Nathan (1996-1999) de la sixième à la troisième, la Méthode d’orthographe Hachette (1985) et des ouvrages collectifs comme l’Histoire de la langue française (1945-2000) publiée au CNRS en 2000, Le Grand livre de la langue française au Seuil en 2003, ne sont retenus ci-dessous que les livres à part entière.

L'Ecole et ses mots, Editions Honoré Champion, 2021.

La story de la langue française, ce que le français doit à l’anglais et vice versa, Éd. Tallandier, 2020.

Les mots qui ont totalement changé de sens (en collab. avec A. Develey), Coll. Mots & Caetera, Le Figaro littéraire, 2020.

L’histoire de la langue française, un vrai roman, Coll. Mots & Caetera, Le Figaro littéraire, 2020.

Les Secrets des mots, Librairie Vuibert, 2019.

Pleins feux sur nos dictionnaires, en 2500 citations et 700 auteurs du XVIe au XXIe siècle, Honoré Champion, 2018.

Expressions et proverbes disparus de Pierre Larousse (en collab. avec B. Cerquiglini), Larousse, 2018.

Nos ancêtres les Arabes, Ce que notre langue leur doit, JC Lattès, 2017.

Mots, expressions et proverbes oubliés (en collab. avec M. Mettra), Éd. Garnier et Le Monde, 2017.

Les mots disparus de Pierre Larousse, (en collab. avec B. Cerquiglini), Larousse, 2017.

La Guitare, « profusions d’harmonie, contre mon ventre dans mes bras », Honoré Champion, 2015.

La Bière, (en collab. avec B. Meyer), Honoré Champion, 2015.

Le Dico des dictionnaires, Histoire et anecdotes, JC. Lattès, 2014.

Le Champagne, « une pluie d’étoiles à l’envers… », Honoré Champion, 2014.

À vélo ou à bicyclette, nom d’un tour, Honoré Champion, 2014.

Le Jardin « qui repose l’œil sans l’égarer », Honoré Champion, 2013.

Le Cirque, « féerie… qui me jette dans un état d’émotion étrange », Honoré Champion, 2013.

Journal d’un amoureux des mots, Larousse, 2013.

Les Élections ou comment « s’eslire quelque manière de vivre » ?, Honoré Champion, 2012.

Le Train « grâce auquel l’homme n’a plus rien à envier aux poissons et aux oiseaux », (en collab. avec A. Rozet), Honoré Champion, 2012.

Le Fromage « qui doit tout son mérite aux outrages du temps… », Honoré Champion, 2012.

Le Chocolat « qui favorise la paresse et dispose à ces voluptés qu’inspire une vie langoureuse » ?, (en collab. avec N. Cholewka), Honoré Champion, 2011.

Le Chat, Honoré Champion, 2011.

Le Loup, Honoré Champion, 2010.

La Mère, (en collab. avec S. Soufi), Honoré Champion, 2010.

Le Vin, Honoré Champion, 2010.

Alphabet des mots du cancer, tome 3, Institut Merck Serono, 2009.

Dictionnaire de la Chine, la Chine des dictionnaires (dir.), Éditions des Silves, 2008.

Alphabet des mots du cancer, tome 2 (en collab. avec Y. Jaulin), Institut Merck Serono, 2008.

Dictionnaire du Japon, le Japon des dictionnaires (dir.), Éditions des Silves, 2007.

Dictionnaire de citations de la langue française, Bordas, 2007.

Alphabet des mots du cancer, tome 1 (en collab. avec M.-Cl. Sicard), Institut Merck Serono, 2007.

Les Dictionnaires français : outils d’une langue et d’une culture, Ophrys, 2006, Prix de l’Académie française.

Le Nouveau Littré (dir.), Éditions Garnier, 2004.

La dent de lion, la Semeuse et le Petit Larousse, Biographie du Petit Larousse, Larousse, 2004.

Les néologismes, Coll. Que sais-je ? n° 3674, PUF, 2003.

Pierre Larousse, Du Grand Dictionnaire au Petit Larousse (dir.), Coll. Lexica, Honoré Champion, 2002.

Les dictionnaires de langue française, Collection Que sais-je ? n° 3622, PUF, 2002.

Les dictionnaires de langue française, (dir.), Honoré Champion, 2001.

Dictionnaires et nouvelles technologies, PUF, 2000, Prix International Logos.

L’Histoire de mon nom, Autoédition, 1989.

Travail et société, TPF, Éd. Bertrand Lacoste, 1988.

Vive les sportifs (en collab. avec V. Bizot), Paris, Dicojeux, Hachette, 1987.

Des jours et des saisons (en collab. avec V. Bizot), Dicojeux, Paris, Hachette, 1987.

Cherchons notre chemin (en collab. avec V. Bizot), Dicojeux, Paris, Hachette, 1987.

À la maison (en collab. avec V. Bizot), Dicojeux, Paris, Hachette, 1987.

Bouquinons et bibliothéquons, Paris, Istra, 1986.

Lectures silencieuses XXe s., Paris, Éd. Bertrand Lacoste, 1985.

Cent gammes et cent dictées sténographiques inédites, Textes et dessins, Paris, Éd. Bertrand-Lacoste, 1984.

Lectures silencieuses XVIIIe et XIXe s., Paris, Éd. Bertrand Lacoste, 1982.

Les mots et moi, Éd. Casteilla, 1981.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pruvost, Jean (1949-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 20316-frfre (consulté le )
  2. « Jean Pruvost: "La langue française se porte joyeusement" », sur lexpress.fr, (consulté le )
  3. « Journée des dictionnaires », sur jeanpruvost.com (consulté le )
  4. « Jean Pruvost: "La langue française se porte joyeusement" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  5. Yanic Carbasa, « Laboratoire LT2D - (EA 7518) », sur Laboratoire Lt2D (consulté le )
  6. « Association des Sciences du Langage », sur www.assoc-asl.net (consulté le )
  7. Camille Esmein, « Mais que font les linguistes ? Les Sciences du langage, vingt ans après », sur http://assoc-asl.net (consulté le )
  8. « International journal of lexicography »
  9. « MPW – Mots Palabras Words », sur www.ledonline.it (consulté le )
  10. « Le haut fonctionnaire chargé de la langue française et de la terminologie », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le )
  11. « DLF (Défense de la langue française) », sur www.langue-francaise.org (consulté le )
  12. « L'association des Amis de Paul Robert | L'aventure du Robert », sur www.paul-robert.net (consulté le )
  13. Par Le 7 janvier 2016 à 18h40, « Saint-Denis : la dictée des cités à la conquête de l'Euro de foot », sur leparisien.fr, (consulté le )
  14. « PRUVOST Jean », sur Les Imaginales (consulté le )
  15. Michaela Heinz, Le dictionnaire maître de langue: Lexicographie et didactique, Frank & Timme GmbH, (ISBN 978-3-86596-200-3, lire en ligne)
  16. « Collection Champion les mots », sur jeanpruvost.com (consulté le )
  17. « Mots en musique autour de Jean Pruvost », sur Livres Hebdo (consulté le )
  18. « Jean Pruvost - Avec mes dictionnaires » (consulté le )
  19. « Je pourrais la comparer… - Jean Pruvost (Mots en musique 2014) » (consulté le )
  20. « Jean Pruvost : biographie, vidéos et musique gratuite – Mouv’ », sur Mouv (consulté le )
  21. Canal Académies, « L’Alphabet des mots du cancer », sur Canal Académies (consulté le )
  22. « Version originale, une production France info TV », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )
  23. « Grand Prix de la Francophonie | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le )
  24. « Prix Émile Littré », sur cenacle europeen (consulté le )
  25. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres juillet 2013 », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]