Jean Price Mars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Price Mars
Illustration.
Fonctions
Secrétaire d'État des Affaires étrangères et des Cultes
Prédécesseur Joseph D. Charles
Successeur Evremont Carrié
Secrétaire d'État des Affaires étrangères, des Cultes et de l'Éducation nationale
Président Léon Dumarsais Estimé
Prédécesseur Antoine Levelt (Affaires étrangères et Cultes)
Daniel Fignolé (Éducation nationale)
Successeur Edmée Manigat (Affaires étrangères et Cultes)
Émile Saint-Lot (Éducation nationale)
Biographie
Nom de naissance Jean Mars
Date de naissance
Lieu de naissance Grande-Rivière-du-Nord (Haïti)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Pétion-Ville (Haïti)
Nationalité Haïtien
Conjoint Clara Perez
Enfants Marie-Madeleine Price-Mars, Louis Price-Mars
Profession Médecin, ethnologue, enseignant

Jean Price Mars ou Jean Price-Mars est un médecin, ethnographe, diplomate, homme d'État, pédagogue, philosophe, essayiste et écrivain haïtien, né le à la Grande-Rivière-du-Nord, décédé le à Pétion-Ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Jean Price Mars est né en 1876 à Grande-Rivière-du-Nord. Après ses études secondaires au lycée Grégoire du Cap-Haïtien, qu'il achève au lycée Pétion à Port-au-Prince, il reçoit en 1899 une bourse qui lui permet d'entreprendre à Paris des études en médecine[1] . Il deviendra plus tard éditeur-en-chef des Annales de médecine haïtienne.

Il s'engage dans d'autres études, les sciences humaines et sociales, en fréquentant la Sorbonne, le Collège de France et le musée d'ethnographie du Trocadéro.

Carrière diplomatique et politique[modifier | modifier le code]

Revenu à Haïti, il commence une carrière de diplomate qui lui permettra d'être en poste en Europe et aux États-Unis. Il est successivement secrétaire d'ambassade à Berlin, représentant d'Haïti lors de l'exposition internationale de Saint-Louis en 1904, chargé d'affaires en poste à Washington, ministre plénipotentiaire à Paris de 1915 à 1916, ambassadeur à Saint-Domingue en 1946 puis ministre des Affaires étrangères sous la présidence de Léon Dumarsais Estimé.

Il fut également député à l'Assemblée nationale de 1905 à 1908 et sénateur de 1930 à 1935 et de 1941 à 1946. Il est inspecteur général de l'Instruction publique de 1912 à 1915.

Carrière intellectuelle[modifier | modifier le code]

Écrivain prolifique, il affirme, dans son ouvrage, Ainsi parla l'oncle, paru en 1928, que les Haïtiens ne sont pas des « Français colorés », mais des hommes nés en des conditions historiques déterminées et ayant un double héritage, français et africain. Dans les années 1930, il se lie avec d'autres intellectuels de la diaspora d'Afrique notamment à travers la Revue du monde noir et le salon littéraire de Paulette Nardal. Il participe activement au mouvement de la Négritude avec d'autres personnalités intellectuelles telles qu'Aimé Césaire ou Léopold Sédar Senghor ; ce mouvement littéraire qui a contribué largement au nationalisme culturel d'Afrique.

En 1941, il fonde l'Institut d'ethnologie à Port-au-Prince. Il y occupe les chaires de sociologie et d'africologie jusqu'en 1947. Il contribua au développement des sciences sociales à Haïti.

En 1956, lors du premier Congrès des écrivains et artistes noirs qui se tient à Paris, Jean Price-Mars est élu président à l'unanimité. La même année, il devient le premier président de la Société africaine de culture, un organisme lié à l'UNESCO. Il est élevé au rang de commandeur de la Légion d'honneur à Paris cette année-là. En 1960, recteur de l'université d'État d'Haïti, il est admis à la retraite.

En 1965, il est le premier lauréat du prix littéraire des Caraïbes. En 1966, Price-Mars est invité au Sénégal, par le président sénégalais Senghor, où il est nommé docteur honoris causa de l'université de Dakar[2].

Jean Price Mars meurt le à Pétion-Ville près de Port-au-Prince. Il était grand-croix de l'ordre souverain de Malte, commandeur de El Sol du Pérou et grand cordon de l'ordre national du Cèdre du Liban.

L’Académie française lui décerne le prix pour un ouvrage écrit en langue française par un étranger en 1959 et le prix de la langue-française en 1969[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1928 : La Vocation de l'élite. Port-au-Prince : Éditions Edmond Chenet, 1919[4].
  • 1928 : Ainsi parla l'oncle (essai d'ethnographie)[5]. Compiègne (France) : Imprimerie de Compiègne, 1928[6].
  • 1929 : Une étape de l'évolution haïtienne. Port-au-Prince : Imprimerie La Presse, 1929.
  • 1939 : Formation ethnique, folklore et culture du peuple haïtien. Port-au-Prince, Éditions Virgile Valcin, 1939.
  • 1942 : Contribution haïtienne à la lutte des Amériques pour les libertés humaines. Port-au-Prince, Imprimerie de l'État] 1942.
  • 1948 : Jean Pierre Boyer Bazelais et le drame de Miragoâne : à propos d'un lot d'autographes, 1883-1884. Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1948.
  • 1953 : La République d'Haïti et la République dominicaine. Les aspects divers d'un problème d'histoire, de géographie et d'ethnologie[7] s.n., 1953, Lausanne, Imprimerie Held, 1954.
  • 1954 : Le Bilan des études ethnologiques en Haïti et le cycle du Nègre. Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1954.
  • 1959 : De Saint-Domingue à Haïti. Essai sur la Culture, les Arts et la Littérature. Paris, Présence africaine, 1959[8].
  • 1960 : Silhouettes de nègres et de négrophiles. Paris, Présence africaine, 1960.
  • 1961 : Vilbrun Guillaume-Sam: ce méconnu. Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1961.
  • 1962 : De la préhistoire d'Afrique à l'histoire d'Haïti. Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1962.
  • 1967 : Lettre ouverte au Dr René Piquion, directeur de l'École normale supérieure, sur son manuel de la négritude. Port-au-Prince, Éditions des Antilles, 1967.
  • 1978 : Joseph Anténor Firmin. Port-au-Prince, Imprimerie du Séminaire Adventiste, 1978, (posthume).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Nicholls, « Idéologie et mouvements politiques en Haïti, 1915-1946 », Annales. Histoire, Sciences sociales,‎ , p. 658 (lire en ligne, consulté le ).
  2. https://www.ucad.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=1483&Itemid=408
  3. « Prix de l'Académie française », sur Académie française (consulté le )
  4. Rééditions : Port-au-Prince: Ateliers Fardin, 1976 ; Port-au-Prince : Les Éditions des Presses Nationales d'Haïti, 2001
  5. Ainsi parla l'oncle (essai d'ethnographie)
  6. Rééditions : Montréal: Leméac, 1973, 1979; Port-au-Prince: Imprimeur II, 1998.
    Ainsi parla l'oncle suivi de Revisiter l'Oncle, Mémoire d'encrier, Montréal, 2009
  7. (tome 1, tome 2)
  8. Jean Price-Mars, De Saint Domingue à Haïti : Essai sur la culture, les arts et la littérature: XVe – XIXe siècle : 1492-1804, Paris, Editions, . (notice BnF no FRBNF32545968)

Liens externes[modifier | modifier le code]