Jean Pralong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Pralong est un psychologue, professeur et chercheur français en gestion des ressources humaines. Il est auteur de travaux critiques sur plusieurs notions régulièrement utilisées gestion des ressources humaines (vocation, génération, projet, personnalité).

Parcours[modifier | modifier le code]

Il obtient un DEA de Psychologie et Sciences de l’Education à l’Université Victor-Segalen, Bordeaux, en 1996.

Il est ensuite psychologue et consultant en RH, puis directeur des ressources humaines, pendant une douzaine d’années[1].

En 2005, Jean Pralong participe à la naissance en Seine-Saint-Denis de l'expérimentation avec le Medef Nos Quartiers ont des Talents.

Entre 2008 et 2017, Jean Pralong est professeur associé à NEOMA Business School (campus de Rouen). En 2009, il devient docteur en Sciences de Gestion, avec une thèse sur « les mondes de la carrière. Approche socio-cognitive du succès objectif de carrière des cadres français », à l’Université Paris X[2]. Il est également titulaire de la chaire « Nouvelles Carrières » à NEOMA Business School depuis 2011[3],[4]. Ses travaux concernent les facteurs individuels et organisationnels de la réussite professionnelle[1].

Depuis septembre 2018, il est professeur de GRH à l'Ecole de Management de Normandie.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • The Good Job. Le mode d’emploi pour trouver le bon emploi, Paris, Pearson, 2016[1].
  • En collaboration avec Loïc Cadin, Francis Guérin, Frédérique Pigeyre, Gestion des Ressources Humaines : pratiques et éléments de théorie (4ème édition). Paris, Dunod, 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Margherita Nasi, « Réussir, c’est s’orienter », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Les mondes de la carrière. Approche socio-cognitive du succès objectif de carrière des cadres français, par Jean Pralong », sur theses.fr
  3. « Jean Pralong », sur EM Lyon Business School
  4. « Ce ne sont pas les compétences mais les croyances qui comptent pour retrouver un emploi, explique Jean Pralong », L’Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)