Jean Pisani-Ferry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pisani.
Jean Pisani-Ferry
Jean Pisani-Ferry par Claude Truong-Ngoc janvier 2016.jpg

Jean Pisani-Ferry en janvier 2016.

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Parentèle
Abel Ferry (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Jean Pisani-Ferry, né le , est un économiste français. Il est commissaire général de France Stratégie, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective du 1er mai 2013 au 11 janvier 2017. Il est professeur de politique économique à Sciences-Po Paris et d'économie et de politique publique à l'Hertie School of Governance à Berlin[1]. Il est un soutien proche d'Emmanuel Macron.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Pisani-Ferry est le fils d'Edgard Pisani et de Fresnette Ferry, sa deuxième épouse ; il est ainsi le petit-fils d'Abel Ferry, neveu de Jules Ferry, et en conséquence l'arrière-petit-neveu de ce dernier.

Ingénieur Supélec de formation, il a été directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales, conseiller économique de Dominique Strauss-Kahn et de Christian Sautter au ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, président délégué du Conseil d'analyse économique, expert pour la Commission européenne et le FMI et professeur à l'École polytechnique ainsi qu'à l'Université libre de Bruxelles.

Depuis , il est directeur du think tank Bruegel[2]. Il est aussi membre du Cercle des économistes[3], membre (juillet 2006) du conseil d'administration du think tank Notre Europe fondé par Jacques Delors en 1996[4], membre du CAE, professeur associé à l’Université Paris-Dauphine et vice-président de l'association française de science économique (AFSE). Il est membre du Conseil d'orientation du think tank En temps réel[5].

Il préside la fondation Supélec entre 2005 et 2011[6].

Il se présente le comme candidat à la direction de Sciences-Po Paris[7], mais le poste échoit finalement à Frédéric Mion.

Il est, durant deux mois (mars-avril 2013), membre du Haut Conseil des finances publiques.

Il est nommé commissaire général à la stratégie et à la prospective le [8],[9].

Le , Jean Pisani-Ferry est nommé président du comité de suivi du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi par le gouvernement[10].

Le , il donne sa démission de France Stratégie pour rejoindre l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron[11], qu'il côtoie au sein du think tank « En temps réel »[12]. Il est chargé du « projet de transformation » du mouvement et de son cadrage budgétaire[13]. Il est l'un des principaux inspirateurs de la réforme du droit du travail promise par Emmanuel Macron lors de sa campagne[14].

Positionnement[modifier | modifier le code]

L'Humanité le présente comme social-libéral[13].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Pisani-Ferry | Hertie School of Governance », sur www.hertie-school.org (consulté le 8 mai 2015)
  2. http://www.bruegel.org/index.php?pid=59
  3. http://www.lecercledeseconomistes.asso.fr/html/fr/presentations.membres.php?wid=942572022425FF8D4E4BF7
  4. Composition du Conseil d'administration de Notre Europe
  5. Composition du conseil d'orientation
  6. « Philippe Carli : nouveau Président de la Fondation Supélec » (consulté le 31 mars 2011)
  7. « Jean Pisani-Ferry: candidat à la direction de SciencesPo » (consulté le 13 février 2013)
  8. Conseil des ministres du 24 avril, mesures d'ordre individuel[1]
  9. Pisani-Ferry commissaire à la stratégie, Le Figaro, 24 avril 2013.
  10. Gaspard Dhellemmes, « Suivi du CICE : "Un travail de fond qui prendra des années" », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  11. « Jean Pisani-Ferry rejoint Emmanuel Macron pour diriger son projet », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  12. Mathieu Magnaudeix, « A l’Assemblée, le pouvoir installe ses têtes », sur Mediapart.fr, (consulté le 28 juin 2017)
  13. a et b « En marche ! Un social-libéral pour piloter le projet de Macron », sur L'Humanité.fr, (consulté le 12 janvier 2017).
  14. Pierre de Gasquet, « Les Ferracci, une tribu macroniste », sur lesechos.fr, (consulté le 8 juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]