Jean Pestré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Pestré
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Jean Pestré[1], né à Saint-Geniez-d'Olt en 1723 et mort en 1821 à Paris, est un théologien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lié avec les abbés encyclopédistes Yvon et de Prades, l’abbé collabora, lui aussi, à l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert en rédigeant les articles, signés « C », « baconisme ou philosophie de Bacon », « bonheur », « cabale », « calomnie », « Campanella », « Canadiens », « Cardan », « cartésianisme » et « complaisance » pour les tomes II et III. Empreints de la philosophie des Lumières, ses articles adoptent un point de vue sensualiste.

Pestré cessa de contribuer à l’Encyclopédie après la polémique suscitée par la thèse de l’abbé de Prades qui vit l’exil temporaire de ce dernier et d’Yvon. Il est possible que, resté proche de son compatriote, l’abbé Raynal, il ait contribué anonymement à son Histoire des deux Indes.

Il a ensuite gagné sa vie en donnant des cours particuliers, notamment à Antoine Allut, futur encyclopédiste.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou Pestre

Référence[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Arthur Kafker, The encyclopedists as individuals: a biographical dictionary of the authors of the Encyclopédie, Oxford, Studies on Voltaire and the eighteenth Century, (ISBN 978-0-7294-0368-9, LCCN 89146459), p. 304-6