Jean Perrée-Duhamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Pierre Nicolas Perrée-Duhamel, né le à Granville, et mort probablement dans cette même ville à une date inconnue, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une illustre famille granvillaise de corsaires et de négociants, remontant au moins au XVe siècle siècle, et dont l'un des aïeux, Jean Perrée-Duhamel, fut corsaire à la fin du XVIIe siècle[1], il est le cousin de Pierre-Nicolas Perrée-Duhamel.

Négociant et échevin avant la Révolution française, il était administrateur de l'hôpital de la cité.

Le 27 février 1789, il participe avec son cousin à la rédaction du cahier de doléances, et tous deux font partie des huit électeurs représentant la ville à l'Assemblée préliminaire du tiers état à Coutances. Il est élu deuxième sur 8 députés[2] le 28 mars suivant. Il signe le serment du Jeu de paume et siège au comité d'agriculture et de commerce. Il vote entre autres pour les assignats et la rattachement d'Avignon à la France[3].

À la dissolution de la Constituante, il rentre à Granville, où il est élu officier municipal. Le 8 octobre 1793, Jean-Baptiste Le Carpentier le fait arrêter et assigné à résidence durant dix mois. Il décline toute proposition de nouveau poste jusqu'en 1814 où il est adjoint à la mairie. Avec l'ensemble du conseil municipal, il jure obéissance à l'Empereur sous les Cent-jours puis reconnaît la Seconde Restauration[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Lebrument, Généalogie des Perrée, Section généalogique de l'association artistique de la Banque de France
  2. Contrairement à la mention de plusieurs ouvrages, son cousin n'est quant à lui pas élu.
  3. a et b Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Constituants : 1789-1791. Paris : Universitas ; 1991

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A Reulos, « Une vieille famille granvillaise, les Perrée-Duhamel », in Le Pays de Granville, août 1949
  • Michel Reulos, « La juridiction consulaire de Granville », in Le pays de Granville, 1949
  • Charles de La Morandière, Histoire de Granville, Bayeux, 1947