Jean Pâris de Monmartel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean PARIS DE MONMARTEL)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paris (homonymie).
Portrait de Jean Pâris de Montmartel par Maurice Quentin de La Tour, 1746.

Jean Pâris de Monmartel, né le à Moirans, mort dans son château de Brunoy le , est un financier français.

Benjamin des quatre frères Paris, financiers sous Louis XIV puis Louis XV, il a investi, au sommet de sa fortune, 375 000 livres dans la puissante société d'Angola, première société européenne de la traite négrière, dirigée par Antoine Walsh, le plus riche et le plus célèbre des Irlandais de Nantes.

Il a porté de nombreux titres : marquis de Brunoy, comte de Sampigny, baron de Dagouville, comte de Châteaumeillant, d'Argenton et de Veuil d'Argenson, vicomte de la Motte Feuilly, baron de Saint-Jeanvrin, Saligny et Marigny, seigneur de Villers-sur-Mer, Chateauneuf, La Chétardie, Varenne, Lamotte-Glauville, Bourgeauville, Drubec, des Humières, Le Donjon, La Forest les Dureaux, Lamirande, Lachetardie, et autres lieux.

Une famille d'aubergistes du Dauphiné[modifier | modifier le code]

Monmartel vient d'un lieu-dit situé à Moirans et orthographié « Montmartel », terres acquises par son père Jean qui tient avec sa femme une auberge familiale. L'auberge est située sur le chemin des convois de ravitaillements pour l'armée française en Italie ; en 1693 les fils servent de guides aux munitionnaires, dont ils finiront par joindre les bureaux à Paris[1].

Fils d'une famille de la petite bourgeoisie dauphinoise, Jean passe les premières décennies de son existence à Moirans. Il participe aux affaires commerciales de son père et devient soldat pour un temps avant de rejoindre ses frères aînés Antoine et Claude à Paris. Jean va ainsi bénéficier du précieux réseau commencé par ces derniers pour gravir à son tour les marches du pouvoir : en 1704 Antoine est déjà intendant général de l'armée de Flandre[1].

Le commerce du grain peut générer à cette époque des plus-values considérables, dans une France pauvre en moyens de transport, où la moindre pénurie fait flamber les prix de revente, au bénéfice de quiconque a le pouvoir et la capacité de gérer des stocks importants.

Fournisseur des armées du Roi et châtelain esthète de Brunoy[modifier | modifier le code]

Commissaire des Guerres en 1709, sous Louis XIV, il achète la charge de Trésorier des Ponts et Chaussées en 1715. Associé à l'opération dite « opération du visa » en 1716, il y fait ses premières armes en matière de finance. Exilé en 1720 avec ses frères, il ne regagne la capitale que fin décembre. Associé à ses frères pour l'approvisionnement aux armées et dans le commerce de gros, l'argent coule à flot et lui permet d'acquérir en 1722 la seigneurie de Brunoy et son château. C'est en 1721 que l'un de ses protégés lui demande d'être le parrain de sa fille. Elle s'appelle Jeanne-Antoinette Poisson, et est la future Madame de Pompadour.

Considéré comme le personnage le plus riche du royaume après Louis XV, il en fait un chef-d'œuvre de l'art paysager du XVIIIe siècle. Point d'orgue de la mise en scène : les « grandes eaux de Brunoy », qu'il souhaite aussi grandioses que celles de Versailles, sur la pente du plateau de la forêt de Sénart, venant à la fois de la forêt et de l'Yerres, grâce à un système de pompes. Le parc comporte plusieurs bassins, des massifs de fleurs, des statues, un long canal et une cascade, animée grâce à la machine de Laurent. Le résultat collectionne les éloges. Brunoy devient le lieu de visite favori de la marquise de Pompadour, Voltaire ou le ministre Choiseul.

La disgrâce en 1726 puis le retour à Versailles en 1730[modifier | modifier le code]

La banqueroute de Law provoque le retour des quatre frères dans l'entourage du pouvoir. Philippe d'Orléans leur confie la mise en œuvre de l'opération du visa, dont l'objectif est de rétablir les finances de la France après le krach financier consécutif au système de Law, inventé pour refinancer les dettes de Louis XIV.

Leur position se renforce encore fin 1723 avec la mort du Régent Philippe d'Orléans. Jean Paris de Monmartel acquiert en 1724 l'office de Garde du Trésor Royal. Cette emprise sur les finances du Royaume, un enrichissement jugé trop rapide par certains, cristallisent la rancœur d'une partie de la noblesse, mais aussi du tiers-état, sur les quatre frères. Ils sont évincés du pouvoir à l'occasion d'une « révolution de palais » le 11 juin 1726. À nouveau exilé, Jean Paris de Monmartel passe quelque temps à Saumur, avant de gagner Sampigny puis Brunoy.

L'état désastreux des finances du Royaume contraint le cardinal Fleury, alors Premier Ministre, à rappeler Jean Paris à Versailles en 1730. Jean et son frère Joseph Paris Duverney profitent alors de circonstances favorables pour retrouver les antichambres du pouvoir : la mort de Fleury et l'arrivée de Madame de Pompadour.

Le parrain de la Marquise de Pompadour[modifier | modifier le code]

Jeanne Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour est la filleule de Jean Paris de Monmartel. Son père a travaillé comme commis pour les quatre frères Paris. Cette relation privilégiée va permettre à Jean Paris d'exercer progressivement la mainmise sur les domaines clefs de la politique du Royaume. Les Ministères des Finances, de la Guerre et des Affaires Étrangères sont contrôlés indirectement par Jean Paris de Monmartel et son cadet Paris Duverney. Le duc de Saint Simon ne s'y trompe pas et écrit dans ses Mémoires : « ils (les Paris) sont redevenus les maîtres des finances et que l'on voit la Cour à leurs pieds ».

Banquier de la Cour en 1740 puis conseiller d'État en 1755, son influence est considérable. L'abbé de Bernis, ministre des Affaires Étrangères, écrira en 1758 : « Nous sommes dépendants de Monmartel (…) Passez vous de cet homme, la banqueroute s'ensuivra ». Le maréchal de Saxe écrit en 1746 à propos de Monmartel et de son frère Duverney : « Ce sont deux personnages qui ne veulent pas paraître, et qui, dans le fond, sont fort considérables dans ce pays-ci, parce qu'ils font mouvoir toute la machine. Ce sont mes amis intimes de tous les temps, et ce sont les plus honnêtes gens et les meilleurs citoyens ».

Banquier de la Cour jusqu'en 1759[modifier | modifier le code]

Jean Paris de Monmartel demeurera Banquier de la Cour jusqu'en 1759, date à laquelle il passera le relais au Fermier Général Jean-Joseph de Laborde.

Il se marie trois fois : d'abord en 1720 avec Marguerite Françoise Mégret (1704-1720), fille de François-Nicolas Mégret d’Étigny, une autre fortune faite dans le blé, puis en 1724 avec sa nièce Antoinette Justine Paris (morte en 1739). La troisième fois le 19/2/1746 il épousa Marie Armande de Béthune (1709 - morte à Paris en son hôtel rue de Grenelle-Saint-Germain le 14 mai 1772 âgée de 62 ans 9 mois et 20 jours, inhumée à Brunoy), sœur d'Armand marquis de Béthune.

Son fils Armand-Louis Joseph Paris de Montmartel (1748 - avril 1781), conseiller d'État, premier maître d'hôtel du Roi, marquis de Brunoy, pour son château. Acculé à la faillite après avoir notamment défrayé la chronique en organisant des fêtes macabres, il cède l'édifice en 1774 au comte de Provence. Il épouse le 8 juin 1767 Jeanne de Pérusse d'Escars (1745-1823), dont il se sépare très vite, sans enfants.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Paris de Montmartel sur geneanet.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Association Moirans de Tout Temps, exposition sur les Frères Paris réalisée en 2003,
  • Publications de la S.A.H.A.V.Y. (Société d'Art, Histoire et Archéologie de la Vallée de l'Yerres),
  • « En Dauphiné la jeunesse d'un grand financier » par Jean-Luc Cartannaz, article publié dans « Le Monmartel » no 33, décembre 2006 édité par la S.A.H.A.V.Y.
  • Marc Cheynet de Beaupré, Joseph Paris Duverney, financier d'État (1684-1770) - Ascension et pouvoir au Siècle des Lumières, thèse de doctorat en histoire, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2010, 1640 p.
    Un premier volume, issu de cette thèse, est paru en octobre 2012 aux éditions Honoré Champion (896 p.). Il s'intitule "Joseph Pâris-Duverney, financier d'État (1684-1770) - Les sentiers du pouvoir (1684-1720)". Étudiant les trente-six premières années de la vie de Joseph Paris Duverney, il démonte les ressorts de l'ascension sociale des Pâris, explicitant le rôle des munitionnaires sous l'Ancien Régime et en particulier durant les dernières guerres du règne de Louis XIV. Il retrace par ailleurs avec minutie l'action des quatre Pâris dans les années de la Régence ainsi que leur opposition au système de John Law.
  • Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, « Le Tartare à la Légion », Édition établie, présentée et annotée par Marc Cheynet de Beaupré, Bordeaux, Le Castor Astral, Collection « Les Inattendus », 1998.
    Longue introduction sur les Paris, en particulier sur les rapports de Beaumarchais avec Paris-Duverney, et généalogie très complète de la descendance des quatre frères Paris.
  • Irène de Château-Thierry « Hôtel Monmartel, la demeure parisienne d'un grand financier », mémoire de recherche de l'École du Louvre, 1993-1998.
  • Robert Dubois-Corneau « Jean Paris de Monmartel, Banquier de la Cour », Librairie E. Jean-Fontaine, Paris, 1917.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices biographiques[modifier | modifier le code]