Jean Omnès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Omnès né le [1] à Lourdes, en France, de mère néerlandaise et de père français est un auteur voyageur d’ouvrages régionalistes, ancien collaborateur libre du Routard. Il est marié et a deux enfants.

Études[modifier | modifier le code]

Après une scolarité chez les Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel à Lourdes et un bac philo au Lycée Théophile Gautier de Tarbes, il suit la filière communication et politique à l’université de Toulouse après un passage en 1962 et 1963 à l’école supérieure de commerce de la ville (ESCT). Diplômé en 1965 de l’Institut d’études politiques (IEP), section affaires extérieures, en 1966 de l’Institut d’études internationales et de développement (IEID), et en 1967 de l’Institut de préparations aux affaires (IPA-IAE), il passe par la faculté des Lettres pour obtenir un certificat d’Histoire moderne et contemporaine en vue de la préparation au concours de l’ENA. Durant l'année préparatoire, il est recruté par les laboratoires pharmaceutiques Clin-Byla à Paris.

Vie syndicale à Toulouse[modifier | modifier le code]

Lors de son passage à Toulouse, il devient en 1964, président de la FGET (Fédération des étudiants de Toulouse, adhérente à la FNEF) et dirige un journal le Midi étudiant dont le rédacteur en chef sera Bernard Antony alias Romain Marie. Il édite un des premiers guides pour étudiants, l’ ABC de l’étudiant et fait adopter par le congrès national de Poitiers la charte de la FNEF. Partisan de l’Algérie française, il subira deux interpellations, l’une à Lourdes, l’autre à Toulouse. Cette dernière lui vaudra une exclusion de l’ESCT et une lettre de recommandation de son directeur à celui de l’IEP. En 1967, il participe en tant que représentant d'étudiants au jumelage de l'université de Toulouse avec celle de Bonn.

Vie professionnelle à Paris[modifier | modifier le code]

Après son passage chez Clin-Byla (1967-1968), il s’intéresse à l’immobilier et entre successivement à la Saci, chez Bouygues Immobilier (Stim) et à la Seeri. Responsable de programmes, il s’occupe de chantiers de maisons individuelles, d’appartements et de tours à la Défense. Puis, après une formation permanente en 1982 à l’ICI (Institut du Commerce international), il crée une société immobilière d’études et de gestion et s’intéresse à l’immobilier international.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Vers la fin de son passage à la Seeri, il participe aux luttes pour la réhabilitation d'un quartier du 14e arrondissement de Paris(Plaisance-Gaité) avec la création collective de la librairie Le Rhododendron à côté du Merdic théâtre de Jean-Paul Sèvres, puis crée et gère durant huit ans (1979-1987) le Café littéraire et artistique l’Écume, un café-théâtre-galerie, rue de l'Ouest, dont Actuel le magazine de Jean-François Bizot puis Métal hurlant no 118 seront les révélateurs auprès d'un public averti. La galerie sera patronnée par Gérard Di-Maccio et Roger Chapelain-Midy. Le mini théâtre avec son directeur artistique, Jean-Jacques Legalle, a présenté nombre d'artistes comme les chanteurs Jean-Pierre Réginal, Ray Bonneville, Antoine Tomé... et des comédiens comme Pierre Pèlerin, Praline et Berlingotte devenues par la suite Les Vamps, et bien d'autres..., Il participe vers 1980, à la demande de Bruno Tillette, aux journées du mouvement Autrement d’Henri Dougier. Elles seront à l'origine de l’un de ses premiers numéros (No 34) Dix heures par jour avec passion[2].

Participations - œuvres[modifier | modifier le code]

Alors qu'il vivait à Lourdes, il participe en 1960, avec son ami Pierre Pène[3] au film Il suffit d'aimer, avec les actrices Madeleine Sologne et Daniele Ajoret... À la fermeture de l’Écume, il renoue avec sa passion pour les voyages et ne cesse de parcourir les continents, ce qui l’amène à travailler vers 2001 pour le Routard, avec des missions dans les pays d’Asie du Sud-Est et d’Amérique latine. À la suite de sa coopération auprès du fameux guide, il crée en 2003 une collection de guides régionaux axés sur Lourdes et les environs (Béarn-Bigorre) : Les Guides du Curieux édités par PyréMonde et participe régulièrement avec les auteurs locaux aux journées de Vivre dans les Pyrénées de l’association de Jacqueline Peyrot, dans le village de Saint-Savin (Hautes-Pyrénées), près de Lourdes. Il collabore avec Anne-Marie David-Serres[4] à la rédaction du Petit Bigourdan de Paris en tant qu'administrateur de l’amicale des Bigourdans de Paris [5]. Il est l’invité en 1990 de l’émission de télévision de TF1, Médiations de François de Closets intitulée La peur dans la Ville, et participe en 2008 avec Anne de La Varende, en qualité de conseiller, à la réalisation du film d’Étienne Faure sur Ibiza Des illusions, l'auteur ayant été un certain temps résident sur l´île, puis sur France 5 au documentaire de Nicolas Robida sur Lourdes, à l’occasion du 150e anniversaire des Apparitions et le 16 septembre 2008 à l’émission radiophonique de François Ruffin Là-bas si j’y suis intitulée Lourdes en haut Lourdes en bas. Il rédige la même année avec Baudouin Eschapasse, journaliste au Point, Les archives secrètes de Lourdes[6]. Il participe en mars 2010 à l’émission de télévision de Romain Marchal de Direct 8 sur les guides de voyages et les enquêteurs desdits guides. Cette participation faisait suite à une intervention de l'auteur en 2006 sur FR3 après la sortie de l'ouvrage de Baudouin Eschapasse Enquête sur un guide de voyages dont on doit taire le nom.

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1963 Histoire de l’Amérique préhispanique et conquêtes espagnoles (éditions FGET- fascicules complémentaires des cours d’histoire de Xavier Yacono de l’université de Lettres de Toulouse)
  • 1966 Incidences économiques du « fait » de Lourdes (mémoire pour l’Institut d’études internationales.)
  • 2001-2003 piges pour le Routard (Mexique, Équateur, Floride, Viêt Nam, Birmanie…)
  • 2003 De Lourdes à Gavarnie (édition Le Randonneur) diffusé par Rando diffusion, Groupe Sud Ouest

Collection Guides du Curieux (éditions PyréMonde)

Autres

Dernières activités[modifier | modifier le code]

En 2008, il enquête sur l’attrait qu’exerce la cité mariale sur les non catholiques romains : les adeptes du protestantisme, ceux de l'islam en passant par les défenseurs de l'occultisme, de la franc-maçonnerie, du rationalisme, de l'athéisme militant, de l'agnosticisme, etc. Il en retire un ouvrage édité par Golias intitulé L’Autre Lourdes, dont la seconde édition revue, corrigée et actualisée doit sortir courant 2010.Il réalise des posts sur le Post.fr et sur le journal en ligne Lourdes-actu.fr, sous le pseudo yucatan

Distinction[modifier | modifier le code]

Les guides sur Lourdes et le Lavedan (Pays des vallées des Gaves) ont reçu le label européen Leader +

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Omnès, Jean (1942-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 1er octobre 2016)
  2. Dix heures par jour avec passion, Autrement numéro 34, page 175,1981
  3. Auteur de Lourdes, les secrets, édition Augé, 2003. http://claude.larronde.pagesperso-orange.fr/billet-Lourdes-secrets.html
  4. http://www.lourdes-infos.com/bigourdan%20paris%2012.pdf
  5. Les Bigourdans de Paris Maison des Pyrénées, 15, rue Saint-Augustin 75002
  6. Les archives secrètes de Lourdes.

Liens externes[modifier | modifier le code]