Jean Mauriac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mauriac.
Jean Mauriac
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (92 ans)
Nationalité
Activité

Jean Mauriac est un journaliste et écrivain français né le (92 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de François Mauriac et le frère de Claude Mauriac, Claire Mauriac (Claire Wiazemsky) et Luce Mauriac (Luce Mauriac Le Ray).

Jean Mauriac est entré comme journaliste politique à l'Agence France-Presse (AFP) en 1944, et a été affecté auprès du général de Gaulle dès la Libération et jusqu'à la démission du Général en avril 1969.

Souvenirs du gaullisme[modifier | modifier le code]

À 82 ans, en 2006, il livre de nombreux propos recueillis auprès des acteurs du gaullisme, dans L'après-de Gaulle.

« Le gaullisme, cette belle aventure commencée le 18 juin 1940, était mortel. C'est sa dégénérescence que retrace Jean Mauriac dans ce livre implacable et pour tout dire démoralisant. Cinq cents pages de confidences recueillies pendant trois décennies auprès des héritiers, qui relatent leurs rivalités, leurs haines recuites et leur aveuglement, entrecoupé de rares éclairs de lucidité (Le Monde)[1]. »

« C'est un psychodrame de jalousies et d'ambitions querelleuses qui s'empare, au lendemain du départ du Général, de ceux qui l'ont servi, et qui s'exacerbera encore, cinq ans plus tard, à la mort de Pompidou, autour de la rivalité entre Chaban et Giscard ; les ralliements à ce dernier étant encore plus mal perçus, et avec plus de raisons, que ceux dont put profiter Pompidou (Le Figaro)[2]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Malagar, éditions Sables, 1998
  • Mort du général de Gaulle, Paris, Grasset, 1972 (réédition 1999), Prix Aujourd'hui 1972.
  • L'après-de Gaulle. Notes confidentielles 1969-1989, présenté et annoté par Jean-Luc Barré, Paris, Fayard, 2006.
  • Le Général et le journaliste, conversations avec Jean-Luc Barré, Paris, Fayard, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaullisme crépusculaire, Bertrand Le Gendre, Le Monde du 7 octobre 2006
  2. C'était la Ve République, Philippe de Saint Robert, Le Figaro du 21 septembre 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]