Jean Marcellin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Marcellin
Gap-photo047.jpg

Détail du Monument à Charles-François de Ladoucette (1866) à Gap.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Jean Esprit Marcellin, né le à Gap, et mort le à Paris, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Marcellin est issu d'un milieu modeste. Il devient apprenti en 1837 chez un sculpteur et peintre-décorateur qu'il quitte rapidement pour un de ses concurrents. Se montrant très doué pour la sculpture, il souhaite se rendre à Paris, et est soutenu par le maire de Gap, Élisée Roubaud, et le député d'Embrun, Antoine Allier, lui-même sculpteur. En 1841, Marcellin suit des cours du soir à la petite École à Paris, tout en travaillant pour un atelier de sculpture.

Vers 1844, le conseil général des Hautes-Alpes et la ville de Gap le soutiennent financièrement pendant plusieurs années. Après être entré à l'École des beaux-arts de Paris, Allier le recommande à François Rude qui le prend dans son atelier.

C'est en 1848 que la réussite lui sourit à travers des œuvres comme Le Berger Cyparisse tenant son faon qu'il vient de tuer par mégarde et Cypris allaitant l'Amour. Son talent est unanimement reconnu, il est décoré de la Légion d'honneur en 1862.

Jean Marcellin envoie fréquemment ses œuvres au Salon jusqu'en 1864. Il en devient membre du jury.

En 1866, il fait don à la ville de Gap du Monument à Charles-François de Ladoucette. Fortement attaché à la région qui l'a vu naître, il revenait très souvent dans les Hautes-Alpes. De par ses origines, il est à la base de ce qui deviendra à sa mort la Société fraternelle des Hautes-Alpes à Paris.

Il repose aujourd'hui à Paris au cimetière du Montparnasse.

Célestin Blanc (1818-1888) a peint son portrait (Grenoble, musée dauphinois)[1]. En son honneur, la ville de Gap donna, en 1892 le nom de Jean Marcellin à la place nommée jusqu'alors place Saint-Étienne.

Le Musée Muséum départemental des Hautes-Alpes à Gap conserve quelques-unes de ses œuvres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Célestin Blanc, Jean Esprit Marcellin, huile sur toile, Grenoble, musée dauphinois (« Jean Esprit Marcellin », notice no 09940005141, base Joconde, ministère français de la Culture).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix Allemand, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, 1911, p.301.
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 303.
  • Gérard Bres, Jean Esprit Marcellin, Gap, Musée Muséum Départemental-Gap, , 301 p. (Notice en ligne).
  • Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Gap, Société d'études des Hautes-Alpes, , 481 p. (ISBN 2-904071-05-9), p. 277-278.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :