Jean Macias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Macias
Image illustrative de l’article Jean Macias
Statue de saint Juan Macias.
Frère dominicain
Naissance 2 mars 1585
Ribera del Fresno, Estramadure
Décès 16 septembre 1645  (à 60 ans)
Lima
Nationalité Flag of Spain.svg Espagnole
Ordre religieux Ordre des Prêcheurs
Béatification 1837 Rome
par Grégoire XVI
Canonisation 28 septembre 1975 Rome
par Paul VI
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 16 septembre

Jean Macias (en espagnol Juan) ( - ) est un moine dominicain espagnol, frère lai, qui a vécu comme portier dans un couvent de Lima. Contemporain de Martin de Porrès, il a été béatifié en 1837 et canonisé par l'Église en 1975.

Vie[modifier | modifier le code]

Jean Macias naquit le dans un village d'Estrémadure en Espagne. Orphelin à l'âge de quatre ans, il fut recueilli par un oncle qui en fit un berger. Déjà sensibilisé aux plus pauvres de ses semblables, il leur distribuait ses maigres biens.

En 1619, il partit pour l'Amérique du Sud en compagnie d'un riche homme d'affaires. Il arriva d'abord en Colombie, puis il partit à Quito en Équateur avant de se fixer à Lima au Pérou.

Il commença par travailler chez un boucher. Trois ans plus tard, il entrait chez les dominicains comme Frère lai, au couvent Sainte-Madeleine. Il prononça ses vœux définitifs le .

Il occupa l'emploi de portier pendant les 22 ans qu'il passa au couvent, dans une vie de contemplation, d'humilité et de prière, portant secours aux pauvres qui le sollicitaient.

Jean Macias mourut le . Il a prédit, dit-on, avec exactitude le jour et l'heure de sa mort.

Béatification, canonisation et fête[modifier | modifier le code]

Vénération[modifier | modifier le code]

La procession de Lima.

Les reliques de Jean Macias sont transférées tous les ans, le , du sanctuaire péruvien de Santo Domingo à l'église éponyme de Lima. Une procession se déroule chaque troisième dimanche de novembre à Lima où son effigie ainsi que celle de Martin de Porrès sont promenées dans les rues et vénérées par les fidèles.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Henri-Charles Chéry, Saints et bienheureux de la famille dominicaine, Fraternité dominicaine Lacordaire, Lyon, 1991.
  • Documentation catholique, 1975, p. 859.