Jean Leroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Leroy
Illustration.
Fonctions
Député
[a]
(4 ans, 3 mois et 8 jours)
Élection 3 mai 1936
Circonscription Mirecourt (Vosges)
Groupe politique Gauche indépendante
Prédécesseur Louis Guillon
Biographie
Nom de naissance Marie Henri Jean Joseph Leroy
Date de naissance
Lieu de naissance Charmois-l'Orgueilleux
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Golbey
Parti politique Ligue de la jeune République
Profession Agriculteur

Jean Leroy, né le à Charmois-l'Orgueilleux (Vosges) et mort le à Golbey (Vosges), est un homme politique français et une figure du monde des anciens combattants. Il est notamment député des Vosges de 1936 à 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Henri Marie Léon Leroy est issu d'une famille d'agriculteurs du village vosgien de Saucenot (commune de Harol). Orphelin à neuf ans, il est élevé par sa grand-mère maternelle, très pieuse. Il est envoyé au séminaire de Saint-Dié. Il découvre à 14 ans un mouvement catholique, le Sillon de Marc Sangnier et milite à partir de 1905 au Sillon lorrain. Il participe ensuite à la fondation de la Ligue de la jeune République, fondée par Sangnier en 1912, et devient un confident de ce dernier[2].

Agriculteur, il exploite une petite ferme de 25 hectares à Harol[3].

Mobilisé en 1914 en tant qu'officier subalterne, il est durant la Première Guerre mondiale quatre fois cité et deux fois blessé, notamment à Soyécourt dans la Somme. Il est soigné par une infirmière qu'il épouse le , Marguerite Gaume. Il obtient la croix de chevalier de la Légion d'honneur en 1920, à titre militaire[4].

Cet ancien combattant accède à la présidence de l'Union vosgienne des associations indépendantes des mutilés et anciens combattants (UV), fondée en 1927, qui n'est affiliée à aucune des grandes fédérations nationales d'anciens combattants[5]. Il démissionne de la présidence de l'UV au début de l'année 1936, à la veille des élections législatives, et est remplacé par André Maurice, de Xertigny[6]. Devenu président d'honneur de l'UV, il participe à ses congrès, en 1936 et 1937[7], aux côtés de ministres du Front populaire.

Il est élu conseiller municipal de Harol en 1925 et il se présente comme candidat aux élections législatives de 1936 à Mirecourt. Candidat du Parti de la Jeune République qui rassemble les catholiques de gauche, il bénéficie de l'appui du député radical-socialiste Marc Rucart. Il bat au second tour le député sortant Louis Guillon, du Parti républicain agraire et social, soutenu par la presse de droite, grâce au bon report des voix de la gauche, dans le contexte du Front populaire, et devient ainsi député le [8],[9]. Il adhère alors au groupe progressiste de la Gauche indépendante. Il est élu secrétaire de la Chambre des députés en 1939 et 1940.

Quoique résolument pacifiste, il se rend deux fois à Madrid durant la guerre d'Espagne[10] et en revient convaincu qu'il faut secourir les républicains. Ce catholique de gauche cosigne en 1937 une pétition « pour le peuple basque » à la suite du bombardement de Guernica, aux côtés d'intellectuels catholiques comme François Mauriac, Emmanuel Mounier ou Jacques Maritain[11],[12],[13]. Il reconnait les « excès antireligieux » commis par les anarchistes espagnols en 1936 mais affirme en 1939 que les églises incendiées sont surtout la conséquence des « bombardements fascistes »[14]. Il enquête ensuite sur les fortifications en Tunisie. Il est alors un pacifiste convaincu et un homme de gauche anti-hitlérien, acceptant malgré leurs imperfections les accords de Munich en 1938[15]. Il dénonce l'annexion du reste de la Tchécoslovaquie en 1939 ainsi que l'agression italienne en Albanie[réf. souhaitée].

Face au basculement du Front populaire, il soutient le gouvernement Chautemps en octobre[Quand ?] et espère que le Parti radical restera fidèle à l'esprit du Front populaire. Il vote pour Daladier en 1938 avant de s'en éloigner après Munich et la répression contre la grève générale du 30 novembre 1938, votant contre le gouvernement le 10 décembre[16]. Il est alors fortement attaqué par les députés de droite des Vosges, l'assimilant à un communiste et un stalinien[réf. nécessaire]. Leroy et son parti critiquent le recours aux décrets-lois par le gouvernement Daladier[17].

Il appuie la candidature d'un autre membre de la Jeune République à une élection législative partielle à Remiremont en mai 1939, le docteur André Jacquot, contre le candidat des droites, Marcel Deschaseaux, vainqueur au second tour[18].

Non-mobilisable en 1939 car parlementaire, il fait la demande d'une affectation au front comme chef d'escadron et devient commandant d'étape dans la réserve, il est fait prisonnier par les Allemands durant l'évacuation du Doubs, ce qui l'empêche de prendre part au vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940[19]. Il reste officiellement député jusqu'au , à la suite d'un décret de juillet 1939 qui proroge le mandat des députés jusqu'à cette date. Il est libéré en mai 1941 en tant qu'ancien combattant.

Il entre ensuite en contact avec les résistants vosgiens, aidant les réfractaires au STO, notamment son fils, qui prend le maquis[réf. souhaitée]. À la Libération, il refuse un poste de préfet proposé par le ministre de l'intérieur et milite à nouveau à la Jeune République[20],[21].

Il participe au 21e congrès de ce parti, en septembre 1945[22] et se présente aux cantonales le même mois, à Bruyères, mais il est battu dès le premier tour. En octobre 1945, il figure à la deuxième place sur une liste comprenant des membres de la Jeune République et des radicaux, à l'élection législative constituante mais aucun candidat de cette liste n'est élu[23],[24].

Il participe à la relance de la Jeune République en 1959. Ce petit parti s'oppose à la Ve République gaullienne[25]. Vice-président du parti en juin 1963, il le préside de novembre 1963 à 1974[26].

En parallèle, il milite encore dans l'univers des anciens combattants : il préside de 1953 à 1964[27] l'Union française des associations de combattants et de victimes de guerre (UFAC) des Vosges. L'UFAC, fondée en 1945, est une confédération rassemblant les grandes fédérations d'anciens combattants, seule habilitée par l’État pour intervenir auprès des pouvoirs et administrations publics[28].

Il meurt le à Golbey (Vosges)[29].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. De facto, puisque durant la période de l'Occupation, le Parlement n'est pas dissous, mais le Sénat et la Chambre des députés sont « ajournés jusqu'à nouvel ordre », seul le chef de l'État pouvant les réunir. Le Parlement ne se réunit plus durant cette période, entérinant dans les faits le caractère autoritaire du régime de Vichy[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Acte constitutionnel no 3 du 11 juillet 1940 », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le ).
  2. Jean-Paul Rothiot, op. cit., p. 520
  3. Ibid., p. 522
  4. Ibid., p. 521
  5. L'Est républicain, , p. 2, Ibid., , p. 6, Notice de la BNF
  6. L'Express de l'Est, 23 mai 1936
  7. L'Express de l'Est, 14 juin 1937
  8. Jean-Paul Rothiot, op. cit., pp. 524-525
  9. L'Express de l'Est, 4 mai 1936, Ibid., 27 avril 1936, Ibid., 21 avril 1936 (candidats), Ibid., 17 avril 1936 (profession de foi), La Jeune République, 10 mai 1936. Il devance au premier tour un candidat radical, un candidat socialiste SFIO et un candidat communiste.
  10. La Jeune République, 12 mars 1939, Ibid., 5 février 1939, Ibid., 8 janvier 1939
  11. La Jeune République, 16 mai 1937
  12. Denis Pelletier, Les catholiques en France de 1789 à nos jours, Albin Michel, 2019
  13. Geneviève Dreyfus-Armand, Guerre d’Espagne : les débats chez les intellectuels français, dans le Bulletin hispanique, 118-1/2016 (Lire en ligne)
  14. La Jeune République, 5 février 1939
  15. La Jeune République, 12 mars 1939, Ibid., 16 octobre 1938, J. Leroy, "C'est tout de suite qu'il faut organiser la paix", La Jeune République, 9 octobre 1938
  16. J. Leroy, "Les grèves et la paix devant le Parlement", La Jeune République, 18 décembre 1938
  17. La Jeune République, 9 avril 1939
  18. La Jeune République, 4 juin 1939, Ibid., 28 mai 1939. Fils d'instituteurs de Vittel, médecin diplômé de l'école coloniale de médecine de Paris, ancien médecin sanitaire de la Compagnie générale transatlantique, Jacquot préside à Remiremont la Ligue des droits de l'homme (à partir de mai 1933) et la section locale des anciens combattants républicains (à partir de novembre 1936) et a été vice-président du comité local du Front populaire (constitué en juillet 1936) et de la Ligue de l'enseignement et délégué cantonal de l'enseignement public (collection en ligne de L'Express de l'Est). Il sera sous l'Occupation délégué départemental d'un parti collaborationniste, le Rassemblement national populaire (RNP) (L'Echo de Nancy, 29 juin 1943 ; François Moulin, Lorraine années noires, de la collaboration à l'épuration, Strasbourg, La Nuée bleue, 2009, p. 124), et le premier médecin de la colonie française installée à Sigmaringen en 1944-1945 ; il y exercera un temps aux côtés de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline qui le mentionne.
  19. Revue d'histoire moderne et contemporaine, Jean-François Kesler, La Jeune République, de sa naissance au tripartisme, 1912-1947, janvier-mars 1978, p. 81
  20. Jean-Paul Rothiot, op. cit., p. 533
  21. La Jeune République, avril 1945
  22. L'Aube, , La Jeune République, 22 septembre 1945
  23. Jean-Paul Rothiot, p. 534
  24. La Jeune République, 13 octobre 1945, Ibid., 27 octobre 1945
  25. Le Monde, , "La Jeune République : Ne pas consolider la monocratie" : « Le parti de la Jeune République, qu'animent notamment MM. Claude-Roland Souchet, secrétaire général, Jean Leroy et Philippe Serre, anciens députés, estime qu'en transférant ses pouvoirs à un président de la République élu au suffrage universel le peuple aliénerait totalement sa souveraineté. Il s'oppose au fond même du projet qui consoliderait la monocratie actuelle et engendrerait un régime monarchique ou dictatorial, alors que la démocratie doit évoluer dans le sens d'une participation toujours plus active et plus directe des citoyens et notamment des travailleurs au gouvernement de la nation. »
  26. Jean-Paul Rothiot, op. cit., pp. 536-539
  27. La Légion vosgienne, décembre 1964
  28. Site de l'UFAC
  29. Archives départementales des Vosges, commune de Charmois-l'Orgueuilleux, année 1887, acte de naissance no 10, vues 8-9/21 (avec mention marginale de décès)
  30. La Jeune République, 16 juillet 1939

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Jean Leroy », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Jean-Paul Rothiot, « Jean Leroy, agriculteur, ancien combattant, député et militant de la Jeune République », Le Pays de Dompaire, Fédération des Sociétés savantes, 2012, p. 519-540
  • Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République. Histoire et influence, 1912 à nos jours, Paris, Champion, Bibliothèque d'études des mondes chrétiens, 2017
  • Bertrand Munier, Le Grand Livre des élus vosgiens, 1791-2003, Haroué, Gérard Louis, 2003
  • Dir. Jean El Gammal, François Roth et Jean-Claude Delbreil, Dictionnaire des Parlementaires lorrains de la Troisième République, Metz, Serpenoise, (ISBN 2-87692-620-2, OCLC 85885906, lire en ligne), p. 380-382

Liens externes[modifier | modifier le code]