Jean Leon Gerome Ferris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
La traduction de cet article ou de cette section doit être revue. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean Leon Gerome Ferris
The First Thanksgiving cph.3g04961.jpg

The First Thanksgiving

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
PhiladelphieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Père
Stephen James Ferris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
La chute de la Nouvelle Amsterdam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Léon Gérôme Ferris (né le à Philadelphie en Pennsylvanie et mort le ) est un peintre américain surtout connu pour sa série de 78 scènes de l'histoire américaine, intitulée La reconstitution historique d'une nation, la plus grande série de peintures historiques américaines réalisée par un seul et unique artiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Léon Gérôme Ferris est le fils de Stephen James Ferris, un portraitiste, admirateur des peintres Marià Fortuny et Jean-Léon Gérôme, en l'honneur duquel il nomme son fils.

Il grandit dans un environnement artistique. Neveu de deux peintres renommés Edward Moran et Thomas Moran et formé par son père, Ferris s'inscrit à la Pennsylvania Academy of Fine Arts en 1879 et complète sa formation à l'Académie Julian au début de l'année 1883 sous la direction de William-Adolphe Bouguereau.

Ferris épouse Annette Amelia Ryder en 1894 avec qui il a une fille, Elizabeth Mary. Il meurt à Philadelphie en 1930.

Travaux[modifier | modifier le code]

Jean-Léon Gérôme Ferris rencontre le peintre Jean-Léon Gérôme dans sa jeunesse. Celui-ci l'influence grandement dans sa décision de peindre des scènes de l'histoire américaine. Comme Ferris l'écrit dans son autobiographie : « L'axiome [de Gérôme] était que l'on peint d'autant mieux ce avec quoi l'on est le plus familier ».

Ses premiers sujets lui sont cependant peu familiers puisqu'ils sont orientalistes par nature, ce mouvement étant en vogue dans sa jeunesse. Certains de ses documents sont originaux, mais d'autres sont des copies d'après Fortuny, lui-même n'ayant jamais connu l'[Asie]].

En 1882, il expose un tableau intitulé « Nourrir les Ibis », évalué à 600 $. En 1895, Ferris s'est forgé une réputation en tant que peintre historique, et il entreprend son rêve de créer une série de tableaux qui racontent un récit historique. En 1898, il vend un de ceux-ci, le Lever du général Howe, 1777, ce qu'il regrette par la suite en se rendant compte qu'une telle série ne peut être complète que si les différents tableaux sont conservés ensemble.

Il ne vend jamais un autre de ces tableaux en tant que tel mais il fait vendre les droits de reproduction à différentes maisons d'édition. Cela a plus tard pour effet de populariser considérablement son travail, car ces sociétés en tirent des gravures, cartes postales, calendriers et cartes commerciales vierges à utiliser dans les publicités. Des cartes tirées de ces travaux sont encore vendues jusqu'en 1984. Les peintures montrent des représentations idéalisées de grands moments de l'histoire américaine et sont souvent historiquement inexactes.

Le débarquement de William Penn, par exemple, montre son accueil à New Castle par des Amérindiens vêtus selon la tradition des tribus des Grandes Plaines. Dans sa représentation du premier Thanksgiving, de 1621, des tenues noires sont à tort données aux pèlerins tandis que les Wampanoags ne portaient pas, historiquement, de bonnets de guerre à plumes et ne s'asseyaient pas non plus sur le sol.

La série complète est exposée à l'Independence Hall de Philadelphie de 1913 à 1930, avant d'être déplacée près du Congress Hall. Dans les années suivantes, elle est exposée dans un certain nombre d'endroits, dont la Smithsonian Institute, avant d'être rendue à la famille Ferris.

Postérité[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Ferris ont été très populaires pendant de nombreuses années, cependant les critiques modernes sont beaucoup moins élogieuses.

La Société américaine de philosophie reproche à ses peintures historiques de « [ confondre ] l'exactitude avec la vraisemblance ». L'historien de l'art Gerald Ackerman, professeur émérite à Pomona College, les décrit comme « splendide dans l'exactitude des accessoires, des vêtements et surtout dans les détails des véhicules de transport terrestre et les bateaux », mais « extrêmement arides dans l'exécution et assez monotone dans la composition ».

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :