Jean Le Gros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean Le Gros (carme)
Jean Le Gros
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Activité
Parentèle

Jean Le Gros est un peintre français né à Paris le , et mort au Pecq, le [1], actuel département des Yvelines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre Le Gros l'aîné et de Marie Lepautre[2] Jean Le Gros fut un élève puis collaborateur de Hyacinthe Rigaud[3], dont il fut un aide régulier de 1694 à 1699 puis en 1706[4]. Mais, hormis les portraits réalisés pour sa réception à l'Académie Royale de Peinture, on ne connaît de lui qu'un autre tableau de son grand-père maternel, qui ressort de l'intimité familiale.

Deux de ses frères seront également artistes : Pierre Le Gros le jeune et Simon Le Gros, musicien du roi de Pologne.

Son décès au Pecq, s'explique sans doute par les travaux de son père au château de Marly tout proche. L'acte est toujours conservé aux Archives municipales du Pecq (orthographe ancienne) :

« Le vingt huit du moy de janvier Lan mil sept cent quarante cinq a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de jean Legros pintre de L'academie Royalle de pinture, âgé de soixante et quatorze ans, décédé le jour précédent, messe haute prières et suffrages pour le repos de son ame, présents Messire jean Charles François Legros docteur des Maison et société de Navare son neveu, jean Nicolas Duflos, ancien capitaine dans le régiment d'Averne et chevalier de l'ordre Militaire de St Louis son parent et plusieurs autres personnes qui ont signé avec nous. [signé :] Le Gros - Duflot - Caron prêtre - Cartigny - Hamel curé »

Cet acte permet donc de préciser la généalogie du peintre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nicolas Coustou par Jean Le Gros - Versailles
Claude Guy Hallé par Jean Le Gros - 1725 Versailles
  • Portrait du sculpteur Nicolas Coustou, Morceau de réception à l'Académie de Peinture en 1725, Versailles, musée national du Château de Versailles et de Trianon.
  • Portrait du peintre Claude Guy Hallé, Morceau de réception à l'Académie de Peinture en 1725, Versailles, musée national du Château de Versailles et de Trianon.
  • Portrait du sculpteur Pierre Le Pautre, (grand-père de l'artiste), 1729, Paris, musée Carnavalet, don en 1949 des Amis du musée Carnavalet.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue de l'exposition, 80 ans de mécénat, Paris, musée Carnavalet, notice signée H. G. p. 45[9].
  • François Souchal, French Sculptors of the 17th and 18th Centuries. The Reign of Louis XIV, vol. II, Oxford (Cassirer) 1981, vol. IV, London (Faber) 1993.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Yvelines, « Registres des Baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint Wandrille du Pecq pour l'année 1745 » (2087001, fol. 3, v°).
  2. Fille aînée du maitre maçon Jean (lejeune) Lepautre (frère du graveur Jean (l'aîné) Lepautre et de l'architecte Antoine LePaultre)
  3. Dominique Brême, « Rigaud, de la volupté comme cérémonial », dans L'art du portrait sous Louis XIV, Dossier de l'art, n°37, avril 1997, p. 57-58.
  4. Stéphan Perreau, « Jean Le Gros (1671-1745), à l'image de Rigaud », Hyacinthe Rigaud, toute l'actualité, page juillet 2011 [1]
  5. Il tint les fonctions de chanoine de la Sainte Chapelle, vicaire général de Reims, abbé commendataire de Saint-Acheul d'Amiens, prévôt de l'église Saint-Louis-du-Louvre, directeur de la Maison et Société de Navarre, député du clergé aux États-Généraux [2]
  6. Madame Couybes qui a aimablement relevé l'acte, signale que le mot Auvergne est particulièrement difficile à lire et que Jean Charles François mentionné dans l'acte comme Legros signe Le Gros.
  7. Inhumée dans les caves de la nouvelle église de Saint-Germain-en-Laye le . Ms de la Bibliothèque du XVIe arrondissement, in « Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Paris », Paris, Plon, 1909, t. 1, p. 74.
  8. Jean Dumas, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse aristocratique au XVIII{e}, Publication de la Sorbonne, Paris, 1995, p. 256
  9. Jean Le Gros y est présenté comme mort au Port de Pecy. Cela s'explique un peu, car Le Pecq était appelé jadis Le Port au Pecq, et ce nom ancien traîne dans les références sur Jean Le Gros.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site Joconde [3]