Jean-Baptiste-Auguste-François-Marie de La Laurencie de Charras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Lalaurencie de Charras)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de La Laurencie.
Jean-Baptiste-Auguste-François-Marie de La Laurencie de Charras
Fonctions
Parlementaire français
Député 1824-1827
Gouvernement Restauration
Groupe politique Majorité ministérielle
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 77 ans)
Résidence Charente

Jean-Baptiste-Auguste-François-Marie de La Laurencie, marquis de Charras (, château de Neuvicq - , château de Montchaude), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du marquis François de La Laurencie de Charras, seigneur de Neuvicq, ancien mestre de camp de cavalerie, député suppléant de la noblesse de la sénéchaussée de Saint-Jean-d'Angély aux États généraux de 1789, et d'Anne-Jeanne Roëttiers de La Chauvinerie, et gendre du marquis Charles-Antoine-Louis de Barentin de Montchal, il devint officier des gardes du corps du roi et lieutenant-colonel de cavalerie sous la Restauration.

Sa mère et sa tante furent guillotinées pendant la Terreur comme complices de l'émigration, sa famille hormis son père en mauvaise santé qui resta à Asnières ayant rejoint l'armée de Condé[1].

Propriétaire à Paris et en Charente[2], il fut élu, le , député du collège de département de la Charente.

Ultraroyaliste, il vota le milliard des émigrés, ainsi que les lois sur le sacrilège et la presse. Il ne fut pas réélu aux élections législatives de 1827.

Il décèda à Montchaude, près de Barbezieux, sans postérité.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 117
  2. Il avait reçu en donation le château de Montchaude en 1813.