Jean Kambanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Kambanda
Fonctions
Premier ministre du Rwanda

(3 mois et 10 jours)
Président Théodore Sindikubwabo
(intérim)
Prédécesseur Agathe Uwilingiyimana
Successeur Faustin Twagiramungu
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Parti politique Mouvement démocratique républicain
Profession Banquier d'affaires
Religion catholique
Résidence Koulikoro, Mali

Jean Kambanda Jean Kambanda
Premiers ministres du Rwanda

Jean Kambanda, né au Rwanda le 19 octobre 1955, est le Premier ministre du gouvernement intérimaire pendant le génocide au Rwanda. Accusé de génocide, comme la plupart des membres de son gouvernement, il plaide coupable devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Il forme le gouvernement Kambanda.

Implication dans le génocide et condamnation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Génocide au Rwanda.

Arrêté le à Nairobi, Jean Kambanda est condamné le à une peine de réclusion à perpétuité pour sa participation au génocide[1]. Il est ensuite revenu sur ses aveux et a interjeté un recours où il s'est plaint de ne pas avoir pu choisir l'avocat qu'il désirait pour le défendre et d'avoir été détenu dans des conditions non conformes au droit. Amnesty International a écrit à ce sujet : « Les risques associés au maintien d'un détenu dans un lieu de détention non reconnu ont été aggravés dans cette affaire, car Jean Kambanda n'avait pas d'avocat pour le conseiller pendant toute la durée de son interrogatoire[2]. » L'avocat qui lui a été imposé par le TPIR, maître Inglis, ne parle pas le français, alors que Jean Kambanda est francophone. Selon le journaliste Charles Onana, maître Inglis est aussi « très proche du procureur adjoint, Bernard Muna, lui aussi de nationalité camerounaise[3] ».

La Cour d'appel du TPIR a rejeté l'appel en 2000. Concernant le choix de l'avocat, la Cour d'appel a estimé que Kambanda aurait eu l'occasion de s'en plaindre en première instance, ce qu'il n'a jamais fait.

Il purge actuellement sa peine au Mali, dans la prison de Koulikoro[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le procureur contre Jean Kambanda : affaire no. ICTR-97-23-S : jugement portant condamnation, International Criminal Tribunal for Rwanda, Arusha, 1998, 66 p.
  2. Cité dans Charles Onana, Les Secrets de la justice internationale, éd. Duboiris, 2005, p. 239
  3. Ibid.
  4. « 'My conscience is clear': Former Rwanda PM Jean Kambanda tells ITV News he was tricked into genocide confession », ITV News, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  5. « Réception des prisonniers de la Cour Pénale Internationale (CPI)par le ministre de la Justice - aBamako Photos », sur news.abamako.com (consulté le 7 novembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André-Michel Essoungou, « La preuve par Akayesu et Kambanda », in Justice à Arusha : un tribunal international politiquement encadré face au génocide rwandais, L'Harmattan, 2006, p. 117-152 (ISBN 9782296011342)
  • (en) Aimable Twagilimana, « Jean Kambanda », in Historical dictionary of Rwanda, Scarecrow Press, Lanham, Md., 2007, p. 98 (ISBN 978-0-8108-5313-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]