Jean Jullien (dessinateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Jullien
Image dans Infobox.
Œuvres de Jean Jullien exposées chez Colette à Paris.
Naissance
(38 ans)
Drapeau de la France Cholet
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Influencé par
Site web
Œuvres principales

Jean Jullien, né le à Cholet en France, est un illustrateur et dessinateur français, qui vit à Londres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Jullien naît d'une mère architecte et scénographe[2] à Cholet[3] le [4] et grandit à Nantes[5]. N'ayant pas réussi à rentrer aux Beaux-Arts[2], il suit un BTS en communication visuelle au lycée des métiers Le Paraclet à Quimper[6], où il est notamment élève de Fañch Le Henaff[2] avant de poursuivre ses études au Central Saint Martins College of Art and Design et au Royal College of Art à Londres[3], où il vit depuis[7].

Carrière de dessinateur[modifier | modifier le code]

En 2012, Le Voyage à Nantes lui confie l'aménagement de l'œuvre-bar Le Nid située en haut de la tour Bretagne à Nantes[8],[9],[10]. En 2013, après avoir exposé à Londres dans la Kemistry Gallery, il expose dans deux galeries parisiennes[11],[12] sa série Allô ?, pour laquelle il a de très bons retours[2]. En 2015, il expose de nouveau à Paris dans les galeries L'Imprimerie et Colette[13]. Cette même année, Jean Jullien est présenté par M, le magazine du Monde, comme un « illustrateur français renommé sur la scène internationale des arts graphiques »[14].

icône image Image externe
Peace for Paris.

En , après l'attentat contre Charlie Hebdo, il s'exprime à travers une illustration représentant un fusil mitrailleur s'opposant à un crayon[15] puis, à la suite des attentats du 13 novembre 2015 en France, il crée le symbole du slogan de solidarité « Peace for Paris »[16],[17]. Cette illustration est une variation du symbole de Peace and love modifiée pour intégrer la Tour Eiffel. L'image s'est rapidement répandue en ligne et a été utilisée dans le monde entier pour des messages de solidarité et de paix contre le terrorisme[18].

Il propose du au une exposition d'affiches (nommée Recyclage.) à Nantes[19]. Une soixantaine d'œuvres sont ainsi disposés sur diverses panneaux et arrêts de bus. Le magazine critique Télérama dit que Jean Jullien « croque d'un regard aigu et tendre notre monde contemporain, [...] va à l'essentiel. Quelques traits d'encre au pinceau, des aplats de couleur apposés à la palette graphique, de l'humour, et voilà un coq gaulois affublé d'une étiquette Made in China, la statue de la Liberté accro au téléphone portable, ou une jeune femme s'exerçant sur un vélo d'appartement avec un enfant sur son porte-bagage[19]. » En il réalise l'affiche pour le seizième mois des produits tripiers[20] puis celle du festival Jazz sous les pommiers en 2017[21]. La même année il illustre un article sur les séries télévisées écrit par Cécile Mury pour Télérama[22]. Il expose au même moment à Bangkok[2].

En 2016, Jean Jullien fait partie des 15 illustrateurs invités par La Guarimba International Film Festival à participer à l'exposition Artists for La Guarimba dans le cadre du festival[23].

Jullien propose en à Bruxelles son exposition Le Volet jaune[24].

Un art protéiforme[modifier | modifier le code]

Jean Jullien propose un travail protéiforme[24] : après avoir créé Le Nid en 2012, il œuvre dans la publicité et décore des vêtements coréens en 2017[2]. Il diversifie ses créations avec le textile ; à la toute fin 2017, il réalise un tee-shirt de la collection Champion d'Essential Homme, dans sa capsule en édition limitée Artists Series (dans laquelle participent également Jody Barton et Yu Nagaba)[25], après avoir en septembre collaboré pour la seconde fois avec Olow[26]. En 2019, il dessine plusieurs habits pour Petit Bateau[27].

En il illustre huit bouteilles de vins tirés de grands domaines viticoles français, en partenariat avec le magazine Kiblind[28]. En 2016 et 2018 il propose deux gammes de vaisselles décorées, une aux visages humains, « Faces plates »[29],[30], et une avec des têtes d'animaux[31]. En 2018, il propose à la vente un calendrier de l'Avent, réalisé en collaboration avec La Maison Plisson[32].

Jean Jullien illustre la chanson Imagine de John Lennon dans un album publié aux éditions Little Urban pour Amnesty International. Il sort le , à l'occasion de la Journée internationale de la paix[33]. Les dessins suivent un pigeon qui voyage à travers le monde pour diffuser son message pacifiste[34]. L'ouvrage est suivi par Je veux être le héros d'une histoire qui fait peur, un conte pour enfants scénarisé par Sean Taylor et sorti à l'occasion d'Halloween 2017[35].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Peace for Paris : qui est Jean Jullien, l'illustrateur derrière le symbole ? », sur Télérama (consulté le ).
  2. a b c d e f et g Xavier de Jarcy, « Jean Jullien », Télérama, no 3522,‎ , p. 4-5.
  3. a et b « Attentats à Paris. Jean Jullien : Mon dessin Peace for Paris est un signe de solidarité », sur Ouest-France (consulté le ).
  4. Notice BnF
  5. Florence Pagneux, « Le beau dessein », sur La Croix, .
  6. Quentin Descamps, « Jean Jullien, traits for Paris », sur Libération, .
  7. « Attentats à Paris. Peace for Paris, symbole créé par un graphiste nantais », sur Ouest-France, (consulté le ).
  8. « Le Nid, œuvre-bar à Nantes », sur France Culture, .
  9. « Le Nid par Jean Jullien », sur Le Journal du design, .
  10. « Nantes. Le bar Le Nid (tour Bretagne) souffle ses 5 bougies d'anniversaire », sur Presse Océan, (consulté le ).
  11. « Le double masque de Jean Jullien », sur Étapes, (consulté le ).
  12. [ « Exposition Jean Jullien », sur Art actuel, .
  13. « Petit appétit : Jean Jullien cuisiné en 10 minutes... », sur Étapes, .
  14. « Ils ont participé à ce numéro », M, le magazine du Monde,‎ , p. 12.
  15. « 15 illustrateurs répondent à l'attentat contre Charlie Hebdo », sur La Tribune, (consulté le ).
  16. « "Peace for Paris", le dessin qui émerge sur les réseaux sociaux », sur The Huffington Post, (consulté le ).
  17. Sébastien Catroux, « Qui est l'auteur du dessin Peace for Paris ? », sur Gala, (consulté le ).
  18. « "Peace for Paris", le dessin qui émerge sur les réseaux sociaux », sur Le Huffington Post (consulté le ).
  19. a et b Xavier de Jarcy, « Les Expos de l'été : Jean Jullien », Télérama,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  20. Camille Gayral, « Ce novembre, les produits tripiers prennent la route », sur L'Express, .
  21. « À Coutances, le festival Jazz sous les pommiers dévoile son affiche », sur La Manche libre, (consulté le ).
  22. Cécile Mury (ill. Jean Jullien), « Séries : à chacun sa tactique », Télérama,‎ , p. 16-20 (lire en ligne).
  23. (en) « Artists for La Guarimba », sur Artists for La Guarimba (consulté le )
  24. a et b Flora Eveno, « Le Volet Jaune de Jean Jullien à Encore Brussels », sur RTBF Culture, (consulté le ).
  25. « Champion, collection capsule en édition limitée de T-Shirts "Artists Series" », sur Essential Homme, (consulté le ).
  26. Fleur Burlet, « Trois questions à l'illustrateur Jean Jullien sur sa collab avec Olow », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  27. « L’Instant mode : Petit Bateau x Jean Jullien, la collection capsule pour toute la famille », sur Elle, (consulté le ).
  28. Valentine Cinier, « Le magazine Kiblind et l'illustrateur Jean Jullien sortent une collection de vins », sur Konbini, (consulté le ).
  29. Lucas Lauer, « L'objet du désir : les assiettes Jean Jullien x Case Studyo », sur Le Journal des femmes, (consulté le ).
  30. Bérangère Perrocheau, « Les assiettes de l'artiste Jean Jullien », sur Marie Claire (consulté le ).
  31. Delphine Perez, « Les bols animaux de Jean-Jullien », sur Le Parisien, (consulté le ).
  32. Alice Bosio, « Les 5 calendriers de l'Avent chocolat à (s')offrir à Paris », sur Le Figaro, (consulté le ).
  33. Florent D., « Jean Jullien illustre la chanson Imagine de John Lennon », sur ActuaLitté, (consulté le ).
  34. (el) Πέπη Νικολοπούλου, « H αντιπολεμική μπαλάντα Imagine του John Lennon γίνεται εικονογραφημένο βιβλίο », sur ελculture,‎ (consulté le ).
  35. Guillaume Launay, « Petit Monstre joue à se faire peur », sur Libération, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]