Jean Joseph de Rafélis de Broves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Joseph de Rafélis
Comte de Broves
Jean Joseph de Rafélis de Broves
Portrait par Edme Quenedey des Ricets, Château de Blérancourt

Naissance
au château de Brovès
Décès (à 67 ans)
au château de Brovès
Origine Français
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Lieutenant-général des armées navales
Années de service 1730-1782
Conflits Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance des États-Unis
Distinctions Ordre royal et militaire de Saint-Louis (Grand-Croix)
Ordre de Cincinnatus

Emblème

Jean-Joseph de Rafélis, comte de Broves né le au château de Brovès, près de Fréjus, et mort le , est un officier de marine français du XVIIIe siècle. Il sert dans la Marine royale pendant la guerre de Succession d'Autriche, la guerre de Sept Ans et la guerre d'indépendance des États-Unis et termine sa carrière avec le grade de Lieutenant-général des armées navales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Jean-Joseph de Rafélis descend de la famille Rafélis, seigneurs puis comtes de Brovès. Originaire de Lucques, en Italie, ses membres s'établissent à Draguignan en Provence, depuis 1400, où ils font bâtir une chapelle dans l'église paroissiale. Cette famille a fourni au royaume de France plusieurs officiers généraux.

Il est le fils aîné de Joseph Barthélémy de Rafélis de Broves (1685-1758), seigneur de Broves et de Saint-Roman, et d'Anne Marguerite de Glandevès du Castelet (†1768), sœur du commandeur de Glandevès (son oncle). Ses parents se marient le 27 novembre 1713 à Draguignan. De cette union naissent cinq fils et une fille :

Carrière dans la Marine royale[modifier | modifier le code]

Il entre jeune dans la Marine royale et intègre une compagnie de garde-marine le , alors qu'il n'a pas encore quinze ans. Il suit alors le parcours classique de tout « officier bleu » et passe par les différents échelon de la hiérarchie. Il bénéficie alors de soutiens familiaux influents dans la Marine[1]. Promu enseigne de vaisseau en 1734 puis lieutenant de vaisseau le , il est nommé capitaine de vaisseau le , au début de la Guerre de Sept Ans.

Commandant l'escadre contre la Corse en 1768, il est fait premier comte de Brovès en 1770. La même année, il commande une flotte qui va bombarder, les 4 et 5 juillet, les villes de Bizerte, Porto Farina et Monastir pour venger des actes de piraterie[2].

Il reçoit son brevet de chef d'escadre le et est promu Lieutenant-général des armées navales le .

Il décède le à Brovès, à l'âge de 67 ans.

Selon l'historien Frédéric d'Agay, il appartient « à l'une des plus brillantes générations d'officiers de marine provençaux, celle de Barras St Laurent, de Grasse, Chabert-Cogolin, Fabry-Fabrègues, Faucher, Bausset, Rafélis de Broves, tous entrés au service entre 1730 et 1740 et dont la carrière se déroula jusqu'au début de la Révolution[3]. »

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouses en premières noces, en 1770, Mlle de Ripert de Montclar. Il se remarie en 1782 à Mlle de Lestang de Parade.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric d'Agay décrit ces mécanismes de cooptations. « Chaque groupe familial se présente en effet comme une pyramide ; au sommet toujours un ou deux officiers ayant commencé à servir à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe, et pouvant dans les années 1730 exercer une quelconque influence en faveur de leurs protégés. Ainsi à Draguignan, les deux baillis de Glandevès, lieutenant général et chef d'escadre, et M. de Raimondis, major général de la Marine, tué à la Hougue, sont à la tête d'un groupe très important. À la génération suivante, douze officiers de marine parmi leurs neveux, dont un lieutenant-général (Rafélis de Broves), et trois chefs d'escadre (Raimondis, Glandevès, Chailan de Moriès-Castellet) ; à la troisième génération, seize officiers de marine, dont d'Entrecasteaux et trois contre-amiraux, (Rafélis de Broves, Richery, Cambis-Velleron). »
  2. (en) Martijn Theodoor Houtsma, E.J. Brill's first encyclopaedia of Islam, 1913-1936, vol. II, éd. Brill, Leyde, 1987, p. 64, p. 735, [lire en ligne]
  3. « http://www.stratisc.org/pub_mo2_DAGAYGUER.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian de La Jonquière, Officiers de Marine Aux Cincinnati : Annuaire, Ferrières, Brassac, éd. de Poliphile, , 285 p. (ISBN 2868880207)
  • René Borricand, Nobiliaire de Provence : Armorial général de la Provence, du Comtat Venaissain, de la Principauté d'Orange, Aix-en-Provence, Éditions Borricand, , 1739 p. (ISBN 2853970027)
  • André Lasseray, Les Français sous les treize étoiles, Mâcon, Imprimerie Protat frères, , 684 p. (OCLC 2114163)
  • Jules Fontan, La Marine Provençale dans la guerre d'Indépendance des États-Unis, Marseille, Institut historique de Provence, , 226 p., In-8°

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]