Jean IV d'Harcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean IV d'Harcourt
Fonctions
Comte d'Harcourt
Prédécesseur Jean III d'Harcourt
Successeur Jean V d'Harcourt
Biographie
Dynastie Maison d'Harcourt
Date de décès
Lieu de décès Crécy-en-Ponthieu
Père Jean III d'Harcourt
Mère Alix de Brabant
Conjoint Isabeau de Parthenay
Enfants Jean V d'Harcourt
Jean IV d'Harcourt délaissera son château de La Ferté-Imbault, qu'il avait hérité de sa mère, Alix de Brabant. Le château, ancienne forteresse de la Maison de Vierzon, fut reconstruit aux XVIème et XVIIème siècles.

Jean IV d'Harcourt, premier comte d'Harcourt, tué le 26 août 1346 à Crécy, fut chevalier, vicomte de Châtellerault et de Saint-Sauveur-le-Vicomte, seigneur de Vierzon, d'Aarschot en Brabant, d'Elbeuf, de Brionne, de Lillebonne, de Bolbec, de Montgommery, de Gravençon, d'Osmonville.

Biographie[modifier | modifier le code]

La bataille de Crécy.

Jean IV est le fils de Jean III d'Harcourt, dit « le Tort », baron d'Harcourt, et d'Alix de Brabant, dame d'Aarschot.

Il assiste au sacre de Philippe VI à Reims (29 mai 1328)[1] et participe à la victoire de Cassel (1328)[2].

Il délaisse son château de La Ferté-Imbault.

Aux côtés de Louis de Clermont, duc de Bourgogne, Pierre de Chappes, évêque de Chartres, Jean de Marigny, évêque de Beauvais et Jean II de Tancarville, Jean IV d'Harcourt fait ensuite partie de l'ambassade envoyée par Philippe VI à Londres afin de négocier durant l'hiver 1331-1332 l'hommage d'Édouard III pour la Guyenne[3].

Voulant s'assurer le soutien d'un des principaux défenseur des libertés normandes[4], le roi Philippe VI fait ériger la baronnie d'Harcourt en comté (1338). Le comte d'Harcourt participe avec son fils Jean V, à la campagne d'Amiens (1339), accompagné de huit chevaliers bannerets, 13 chevaliers bacheliers et de 37 écuyers[2]. En 1345, il est nommé capitaine de Rouen.

Fidèle au roi de France, il trouve la mort lors de la bataille de Crécy (1346), alors que son propre frère, Geoffroy d'Harcourt, maréchal d'Angleterre, est l'un des chefs de l'armée anglaise victorieuse. Froissart relate cet épisode dans ses chroniques : « Il est bien vrai que messire Godefroi d'Harcourt, qui était de lès le prince et en sa bataille, eu volontiers mit peine et entendu à ce que le comte d'Harcourt, son frère, eut été sauvé ; car il avait ouï à aucun anglais qu'on avait vu sa bannière, et qu'il était avec ses gens venu combattre aux anglais. Mais le dit messire Geoffroy n'y pu venir à temps, et fut la mort sur la place le dit comte, et aussi le comte d'Aumale, son neveu. »

Le roi Édouard III d'Angleterre le fait enterrer avec les honneurs, ainsi que tous les chevaliers français de haut rang, dans l'église de Montreuil.

Geoffroy d'Harcourt, pris de remords à la vue de la mort de son frère, quitte alors le camp anglais et se présente au Louvre pieds nus et vêtu d'une robe de bure devant le roi Philippe VI de France afin d'implorer son pardon qui lui est accordé.

Descendance[modifier | modifier le code]

Jean IV d'Harcourt avait épousé le 22 juin 1315 Isabeau de Parthenay, dame de Vibraye, de Bonnétable. Ils eurent pour descendance :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Roque, T. 2, p. 1675.
  2. a et b La Roque.
  3. Froissart.
  4. Raymond Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe VI de Valois, p. 137.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Froissart, Les chroniques de sire Jean Froissart, Éd. F. Wattelier, 1867.
  • Gilles-André de La Roque, Histoire généalogique de la maison de Harcourt, 1662.
  • Dom Le Noir, Preuves généalogiques et historiques de la Maison d'Harcourt, 1907.
  • Georges Martin, Histoire et Généalogie de la Maison d'Harcourt, 1994.
  • Dictionnaire de biographie française, 1989.