Jean II de Croÿ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Croÿ.
Jean II de Croÿ dans l'armorial de la Toison d'or, 1473
Armes de Jean II de Croÿ

Jean de Croÿ (né vers 1380 - Valenciennes, 25 mars 1473) seigneur de Chimay et de Tours-sur-Marne, était un homme d'État au service des ducs de Bourgogne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean de Croÿ était le troisième fils de Jean I de Croÿ, seigneur de Renty et un frère d'Antoine de Croÿ. Ensemble avec ce-dernier, il se mit au service de Philippe le Bon. Il eut l'honneur en 1433 de tenir le futur Charles le Téméraire lors de son baptême.

À partir de 1429, Jean devient gouverneur du comté de Namur nouvellement intégré aux Pays-Bas bourguignons. Lors de la fondation de l'Ordre de la Toison d'or, il fut l'un des premiers à y être nommé chevalier.

Il fut en 1435, à Nevers, l'un des négociateurs des pourparlers de paix qui menèrent au traité d'Arras. Il fut alors chargé de soumettre Amiens à l'autorité bourguignonne.

Un an plus tard, il commanda une armée qui devait tenter de prendre Calais aux Anglais. Cette armée était constituée surtout de milices flamandes mécontentes du traitement que les Anglais avaient fait subir à leurs semblables après le traité d'Arras. Calais étant bien défendue, il devenait évident après un certain temps que le siège de Calais deviendrait une longue et difficile opération et l'ennui commença à gagner les milices. Celles-ci accusèrent Jean de Croÿ de trahison pour se couvrir, ce qui l'obligea à quitter l'armée après quoi le siège fut levé.

Il eut également la charge de Grand-Bailly du Hainaut de 1434 à 1456.

Pendant la révolte de Gand, il libéra la garnison de Audenarde assiégée par les Gantois. En 1453, il défait Guillaume de Brunswick près de Thionville et assure ainsi la mainmise ce Philippe le Bon sur le duché de Luxembourg. Puis, en 1454, il prit part au vœu du faisan.

Lors de l'exil du dauphin Louis, futur Louis XI, en Brabant de 1457 à 1461, ce conseiller du duc de Bourgogne devint un de meilleurs amis du dauphin. Notamment, avec le duc Philippe le bon, il accepta le 5 août 1459 le parrain du premier enfant de Louis, Joachim de France né le 15 juillet[1].

Aussi, lorsque Charles le Téméraire devint duc de Bourgogne, fut-il contraint à cause de ses positions pro-françaises, ainsi que son frère Antoine et son fils Philippe, à l'exil. Le retour en grâce eut lieu en 1473 lorsque la seigneurie de Chimay fut élevée en comté. Il décéda la même année et est enterré dans la collégiale de Chimay.

Famille[modifier | modifier le code]

Jean épousa en 1428 Marie de Lalaing qui lui donna 5 enfants ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

« Les seigneurs de Tours-sur-Marne » [PDF], sur le site de la commune,

  1. Jacques Héers, Louis XI, p.47 et 48, Perrin, Paris, 2003